Grâce à la liberté dans les communications, des groupes d’hommes de même nature pourront se réunir et fonder des communautés. Les nations seront dépassées.
Friedrich Nietzsche (Fragments posthumes XIII-883)

2014-05-25

2013 - SEP et OCT - chap. XXXVII

Page précédente

XXXVII. Jeux de scène et changement de décor






Septembre





01 – Entrée en vigueur du nouveau Code de procédure civile.

04 –   "Réponse" du Home Office à une question faite à l'abri du FOI.

05 – Diffusion de The Guilty (ITV, 3 parties) où, comme dans Broadchurch et tant d'autres productions TV, tout commence par la disparition d'un enfant le 3 mai... 2008. Étant la plus grande crainte des parents avec la pédophilie, qui peut y être associée, l'enlèvement est un sujet populaire, mais l'abondance des fictions n'est guère en rapport avec une réalité sociale somme toute extrêmement rare.
La mère trouve le lit de son enfant vide. 5 ans plus tard... Les trois épisodes sont ici.



12 – Jour 1 du volet "préjudices et compensations" de Famille MC vs GA et al (l'éditeur de A verdade da Mentira, le producteur du film TV d'après le livre et le distributeur du DVD) au tribunal civil de Lisbonne (primeira vara). Il s'agit donc de l'aboutissement d'une suite d'actions en justice qui débuta par l'assignation en référé du 6 juin 2009. Selon les termes de l'assignation, les parents MC et leurs trois enfants demandent des dommages et intérêts pour diffamation répétée et pour l'influence néfaste que la thèse "mort accidentelle/recel de cadavre" a eue sur la recherche de l'enfant. GA est décrit comme égocentrique, manipulateur et grippe-sou
Toutefois la Cour suprême, qui avait confirmé la décision d'appel annulant la censure sur le livre, avait rejeté l'accusation de diffamation qui n'est donc plus en vigueur. Il ne peut être question de diffamation dans cette affaire, puisque le ministère public n'a pu établir ce qui était arrivé à MMC. La dernière chance de le faire exigeait de reprendre l'affaire à zéro, le MP n'a pas réussi à faire revenir à PDL pour une reconstitution les principaux protagonistes, pourtant avertis que leur refus signerait l'arrêt de l'enquête. Cela n'empêchera pas les médias de continuer à parler de cette action comme d'un procès en diffamation.  
Les dommages demandés s'élèvent à 1,25 million d'euros (250 mille euros par personne). Au Royaume-Uni et selon la jurisprudence les compensations dans ce type d'affaire plafonnent à environ 215 mille livres, le montant étant infiniment moindre dans la pratique. 

La défense demande que les médias soient exclus de l'audience, l'accusation s'y oppose, et la juge Maria Emília Melo e Castro rejette la requête. 

Trois témoins de l'accusation sont entendus :

. Susan Hubbard (amie "post-disparition" des MC)
. Emma Loach (réalisatrice de Madeleine was here, 2009)
. Dave Edgar (le chef de la troisième équipe d'enquêteurs privés des MC)




13 – Jour 2 du procès MC vs Amaral et al. Deux témoins de l'accusation sont entendus, mais l'audience de l'après-midi est reportée par la juge.

. David Trickey (pédo-psychologue)
. Angus McBride (avocat de défense en matière d'affaires criminelles)


Dans Wright Stuff (Channel 5), Matthew Wright se dit mal à l'aise par rapport à l'argent dans ce procès en diffamation. Il fait remarquer à ses invités que GA a le droit d'exprimer son opinion et que les MC ont un droit de réponse. Même si les MC ont perdu un enfant, il n'y a pas lieu de juger GA. C'est au tribunal d'en décider.


19 – Jour 3 du procès. 6 témoins de l'accusation sont entendus :

. Alan Pike (spécialiste de situations de crise envoyé par le tour-opérator MW)
. JoãoMelchior Gomes (procureur général de la république adjoint)
. AlípioRibeiro (ex-directeur général de la PJ)
. ClaudiaNogueira (ex-chargée de communication des MC, pt)
 
20 – Jour 4 du procès. 2 témoins de l'accusation sont entendus :

. Michael Wright (cousin des MC, observateur des opinions exprimées sur les réseaux sociaux)
. Isabel Stilwell (journaliste, PT)

21 – Le témoin Michael Wright ayant évoqué une menace, sur la Toile, d'enlèvement des jumeaux MC pour faire avouer leurs parents, plaisanterie qui n'a donné lieu à aucune plainte, les tabloïds en font leurs choux gras de la journée.
 
27 – Jour 5 : l'audience est ajournée. Gerald MC est venu, selon son spin doctor, pour être entendu, comme il suffisait de se présenter devant un tribunal pour l'être.  Or si, selon le nouveau CPC, l'accusation et la défense peuvent s'exprimer, cette audition ne peut avoir lieu qu'après celle de tous les témoins. GMC a-t-il été mal informé par son avocate ou savait-il à quoi s'en tenir ? Le docteur folimage a après tout construit le système de défense des MC sur la notion de victime, sans spécifier ni de qui ni de quoi.
En assignant GA en justice, les MC ont indirectement suscité la garantie médiatique que les faits mentionnés dans son livre proviennent de l'enquête et y sont documentés. 
   Le doute pèse sur les opinions des deux parties. Selon GA et son équipe, MMC est morte dans l'appartement et son cadavre a été caché. Rien ne le prouve, rien ne le dément. Selon les MC, MMC a été enlevée. Rien ne le prouve, rien ne le dément. Mais si l'on creuse un peu, on s'aperçoit qu'il n'y a de présomption qu'en faveur de la première thèse et que celle-ci ne peut pas être tenue pour de la malveillance Dans ces conditions, dire que Madeleine est morte dans l'appartement n'est pas diffamatoire, ce n'est qu'une opinion. Dire que ses parents ont été "probablement impliqués dans l'escamotage de son corps" n'est pas les accuser, mais postule qu'une telle possibilité existe. Reste à le démontrer pour porter l'affaire devant la justice. Le Procureur de la République ne dit pas le contraire dans son ordonnance de classement.
L'argument des MC est que si les gens pensaient que Madeleine est morte, ils arrêteraient de la chercher. Qui sont ces "gens" qui cherchent sinon quotidiennement, du moins régulièrement, l'idée de trouver MMC occupant continûment leur esprit ? Le public en général ? Et qu'arrêterait-on exactement de faire ? Seulement d'y penser ? Les principaux intéressés n'ont en fait jamais cherché physiquement, de leur propre aveu, mais argumentent qu'ils se sont dépensés copieusement en organisation de campagnes de mobilisation de chercheurs.
Compte tenu du fait que, après 48 heures maximum, l'enfant enlevé n'est plus en vie, l'argument n'a guère de consistance. 


30 – Un nouveau règlement, qui vise clairement les paiements illégaux et les pots-de-vin de la presse Murdoch, précise dans quel cadre les informations peuvent être obtenues, le paiement étant toutefois acceptable dans certains conditions et si l'information est d'intérêt public. Toute corruption de fonctionnaire est particulièrement grave.













Octobre




01 –   Il y a vingt ans un homme enleva une fillette de 12 ans de sa chambre en Californie. Des milliers de personnes la recherchèrent, son image fut reproduite en un éclair à des milliards d'exemplaires et diffusée encore plus vite par moyen analogique ou numérique, les chaînes TV couvrirent largement ce kidnapping, un portrait-robot assez ressemblant du kidnappeur s'imposa. L'enfant d'Internet, Polly Klaas, avait été violée et étranglée quelques heures après l'enlèvement, de sérieuses bévues toutefois firent qu'on ne la retrouva que plus de deux mois plus tard.

 

 
02 Jour 6 du procès MC vs Amaral et al. Sont entendus trois témoins de l'accusation, dont le dernier est aussi de la défense :
. Patricia Cameron (soeur de Gerald MC)
. Henrique Machado (reporter au Correio da Manhã)
. Eduardo Damaso (journaliste au Correio da Manhã)

03 Lors d'un briefing (le lien direct n'existe plus) du Met qui est aussi un appel à renseignements, on apprend que Operation Grange (37 enquêteurs, 6 millions d'euros) a analysé (ou ré-analysé) des milliers de données de téléphonie mobile, examiné 21.614 des 39.148 documents à étudier. Trente et un pays (dont le Portugal) sont mis à contribution. À Faro six inspecteurs s'emploient à répondre aux demandes faites via lettre rogatoire par le Crow Prosecution Service (sorte d'équivalent du parquet). Parmi les 41 personnes "d'intérêt", 15 sont britanniques. 
Remarquer que le Met offre une récompense de 20 mille livres (somme standard) non pour le retour, saine et sauve, de MMC, mais pour l'identification, l'arrestation et la poursuite en justice de la(les) personne(s) responsables de son enlèvement. Où l'on voit là encore confirmé que OG prend pour fait établi ledit enlèvement.  
 

04Mise à jour de l'enquête du Met. SY a principalement ciblé toutes les communications cellulaires des milliers de vacanciers présents à PDL le 3 mai 2007, d'où les missions rogatoires dans 31 pays différents, le problème étant les numéros sans nom associé, nombreux dans une région touristique. En outre la directive européenne de rétention des données en est encore à ses balbutiements.

– Le directeur national de la police judiciaire, Almeida Rodrigues, fait savoir que 6 enquêteurs travaillent depuis août pour répondre à la lettre rogatoire des autorités britanniques, tandis que l'équipe de Porto continue à analyser le procès entier, en quête d'éventuelles erreurs et d'éléments pouvant justifier la réouverture du dossier.


05 – Alors qu'un des griefs est que le livre de GA a desservi la recherche de Madeleine, alors que l'on s'apprête à entendre les témoins de la défense, non seulement SY annonce des progrès notables, mais s'apprête à diffuser une "reconstruction" Crimewatch pour attiser l'aide d'un public privé de motivation selon l'accusation. 





On remarque que la "reconstruction" (avec acteurs) n'a pas été filmée au Portugal où pourtant le tournage aurait relancé une affaire qui semble n'avoir jamais assez de publicité. SY ne sait pas ce qui s'est passé, mais pourrait faire savoir, l'enquête étant toujours en cours, ce qui est peut-être arrivé !  

07 Gerald MC,  interrogé sur le nouveau cap de Operation Grange, répond que de nouveaux éléments probants ont été mis au jour et qu'il espère que les appels à témoin mèneront à encore plus d'éléments probants qui aideront à compléter le puzzle et à rapprocher les enquêteurs du moment où Madeleine et les prédateurs seront découverts. On le voit, le discours ne varie pas, mais aussi, quoi dire ?

08 Jour 7 au tribunal civil de Lisbonne où sont entendus 5 témoins de la défense :

. Ricardo Paiva (inspecteur de la PJ) 
. Vitor Tavares de Almeida (inspecteur-chef de la PJ) 
. Luis Neves (coordinateur de la lutte contre le banditisme)
. Manuel Catarino (rédacteur en chef du Correio da Manhã)
. Francisco Moita Flores (ex-inspecteur de la PJ, chroniqueur, écrivain) 


Maria Miller, la ministre de la culture britannique annonce le rejet du dispositif d'auto-régulation proposé par l'industrie de la presse, qui ferait fi de certains principes fondamentaux du rapport Leveson. 

Sortie du film américain Prisoners du Canadien Denis Villeneuve, encore une histoire de disparition, cette fois de deux fillettes amies dans les environs de Boston. Fou de douleur, le père de l'une d'elles se lance dans une course éperdue pour retrouver sa fille.


10 – Selon l'ex-procureur américaine Wendy Murphy, l'initiative Crimewatch est de la com plus qu'autre chose et serait liée à l'action contre Gonçalo Amaral. Transcription ici.



11 – Le directeur de l'école de journalisme de l'université de Cardiff, John Jewell, publie Innuendo becomes currency of news in MMC case in The Conversation :  
Nous avons vu à la TV et dans la presse, des allusions et des spéculations présentées un jour comme des faits  et  le lendemain comme des inepties.. Nous et la famille MC sommes devenus une Grande-Bretagne en représentation contre l'incompétence étrangère et les dangers étrangers. Il y a eu un complexe de supériorité peu subtil dans la manière dont les médias britanniques ont traité ce qu'ils percevaient comme des inadéquations de la police portugaise.

13 – Pas un jour ne passe depuis l'annonce de l'appel Crimewatch/SY sans que ladite meilleure police du monde, et 00en tout cas la plus célèbre, ne livre un détail supplémentaire sur l'événement médiatique annoncé. Ainsi on apprend que la ligne de temps et la version établie des faits ont été modifiées de manière non négligeable, sans que l'on sache bien ni quelle est cette version reconnue ni à qui on la doit ni qui l'a reconnue.. Suspense, suspense ! Ce qu'on verra en tout cas d'emblée, c'est que DCI Redwood a, des deux récits différents faits à une semaine d'intervalle par Gerald MC, choisi la seconde version (sans indiquer, ce qui laisse perplexe, l'existence de deux versions et sans justifier son choix).






14 – Dans Crimewatch (BBC1), DCI Redwood révèle que le seul indice d'enlèvement (le porteur d'enfant vu par Jane T) était presque certainement un touriste ramenant sa fille de deux ans de la crèche de nuit. Six ans et demi de projecteur braqué par les MC sur un ravisseur qui finalement n'en était pas un, en raison d'un signalement que la PJ n'avait jamais trouvé crédible, mais avait fini par divulguer sous forte pression de l'ambassade britannique ! Comment cet innocent père, rapidement baptisé Crecheman sur les forums, a-t-il soudain surgi ? 
Il était impossible que la PJ interroge en une journée tous les touristes liés à l'OC, la plupart repartant le lendemain, aussi le LC s'est-il chargé de recueillir leurs dépositions ou leurs réponses à un questionnaire. Il n'y a pratiquement pas de données du LC dans les PJFiles, probablement parce que celles-ci n'ont pas été transmises à la PJ. Pourquoi ? Probablement parce qu'elles ne semblaient apporter d'élément nouveau ou parce qu'elles étaient jugées "sensibles" sans pour autant apporter un quelconque éclairage.  Il est aussi possible que, comme utilisateur de la crèche de l'OC, Crecheman ait répondu à l'appel de Crimestoppers. Dans ce cas on sait qu'il y a eu une requête des autorités britanniques pour que l'information, par définition anonyme et secrète, ne figure pas dans les PJFiles

L'exclusion presque certaine de Tannerman et le fait qu'aucun détail n'est fourni sur Crecheman (à quelle heure est-il passé près du G5, où était son appartement, quel chemin a-t-il pris, venant de la crèche, a-t-il vu des gens dans les rues ?) soulèvent plus de questions qu'ils n'apportent de réponse. Quel étrange chemin pour venir de la crèche (s'il a traversé la rue FGM comme Jane T l'a rapporté) ! Dans le silence de la nuit, il devrait avoir entendu les éclats de voix de GMC et JW à une vingtaine de mètres et les claquettes de Jane TB remontant la rue dans sa direction. Il est remarquable que finalement, et à part Crecheman si..., tant de gens (les Carpenter, les Moyes, GMC , Jeremy W, Jane T et Russell OB, Matthew O) se soient trouvés près du Tapas entre 21h et 21h30 sans se voir ni s'entendre. Par ailleurs l'enfant de Crecheman avait deux ans de moins que MMC, il est douteux que ses mollets (la seule partie du corps vue par Jane T) aient eu la même taille. Pour ne rien dire du pyjama lui-même et de la présence d'une couverture (non signalée par Jane T).
À l'appui de son moment de révélation, DCI Redwood exhibe un pyjama assez peu ressemblant avec celui décrit par Jane T et la silhouette de l'innocent père, les bras tendus en avant, habillé comme l'homme sans visage. Détail qui tue, on ne sait pas dans quelle direction ce touriste emportait l'enfant : vers la crèche ou en provenance de celle-ci ? Autrement dit, par une nuit froide et venteuse et pour une raison inconnue et n'ayant pas à être élucidée, ce père au demeurant chaudement vêtu portait un enfant en pyjama, sans couverture et les pieds nus alors que ses pas traçaient un large cercle dans le petit village.
Outre l'exclusion peu convaincante de Tannerman, outre le manque de suivi de la piste Smithman (on n'en entendra quasiment plus parler), outre enfin le fait que, après avoir encouragé de nouveaux témoignages, le Met ne répond pratiquement pas aux questions du public se réclamant de la Freedom of Information, il faut prendre en compte la réouverture de l'enquête portugaise qui suivra (moins de dix jours plus tard) alors que, en guise d'élément probant nouveau, est avancé le cas Tractorman, cousu de fil blanc, qui ne tardera pas à s'effilocher, on est tenté d'interpréter d'une toute autre manière l'opération Crimewatch.  
Hasardons une explication. Après deux ans et demi de relecture du dossier, OG souhaitait investiguer. Or investiguer était délicat, au moins sur le long terme, puisque l'affaire était sous juridiction portugaise. Le parquet refusait de rouvrir l'enquête, faute d'élément nouveau. La PJ n'a jamais cru à Tannerman. Le prix pour que les Portugais rouvrent l'enquête a-t-il été l'éviction de Tannerman et la prise en compte de Smithman ? OG pourrait avoir délibérément présenté Crecheman comme quelque peu différent de Tannerman afin de ne pas discréditer Jane T. Il est peu probable que la PJ n'y ait vu que du feu. Mais quelle importance ?
Il est aussi possible qu'il se soit agi de sauver la face de JT dont le témoignage, même si "pour la bonne cause", avait en fait mis des bâtons dans les roues de l'enquête portugaise. L'éviction de Tannerman compromet en revanche la face de l'ex-inspecteur-chef du Met Ian Horrocks, envoyé par The Sun à PdL début juillet 2012, en portant un rude coup à sa théorie  : Finalement et, à mon avis, le fait le plus remarquable est qu'un individu mâle ait été vu à 21:15 portant un enfant qui clairement correspond à la description de Madeleine. Quand on prend tout en compte c'était clairement Madeleine, ce qui exclut donc à 100% Mr et Mme MC de quelque implication que ce soit.  
On trouvera ici une étude comparative des deux articles de Ian Horrocks, datés respectivement de juillet 2012 et d'aujourd'hui, 14 octobre, montrant comment il a procédé à des ajustements dans le second article, à la lumière de la probable croyance (encore une) de Andy Redwood en l'innocence de Tannerman, un simple père ramenant son enfant de la crèche. 

L'effet Crecheman : La révélation de DCI Redwood modifie singulièrement la lecture de la  ligne de temps collective des TP9. Quelle part fait-elle finalement aux faits et à la fiction ? Au cœur de cette ligne de temps revisitée sinon reconstruite, il y a l'homme que Jane TB vit s'éloigner avec un enfant sur les bras (à la lettre), Tannerman, un personnage crucial, puisque reposait sur ses seules épaules la thèse de l'enlèvement? Or ce pilier s'avère n'avoir pas existé ! Le plus grand soin est déployé pour décrire ses  habits et le pyjama de l'enfant afin de situer dans l'espace et le temps la scène qu'aperçut Jane, en présence de Gerald MC et d'un témoin indépendant qui toutefois ne virent ni Tannerman ni Jane. Tous détails qui n'auraient de sens et de poids que si la réalité de Tannerman était attestée. Comme la porte mouvante trop ouverte que l'on referme, qui se trouve à nouveau trop ouverte et finalement claque... une porte qui, faute de signaler les mouvements de Tannerman, devient un mystère de plus, une anomalie inexplicable, condamnant la seule et étroite "fenêtre d'opportunité" possible à être occupée par un ravisseur imaginaire ! 
À 20H30, quand les MC s'en vont, la porte de la chambre des enfants est entrebâillée.
GMC est le premier à entrer vers 21h05/10. La porte est ouverte, beaucoup plus ouverte qu'il ne l'avaient laissée. Il exclut implicitement que MMC l'ait ouverte, puisqu'elle est dans son lit exactement dans la même position qu'à 20h30. Comme les enfants dorment profondément, Gerald oublie le mystère de la porte. Il n'en parle pas dans sa (première) déposition, le lendemain.
GMC s'en va vers 21h15 après avoir laissé à nouveau la porte entrebâillée.
Matthew se trouve dans l'appartement vers 21h30. La porte de la chambre des enfants est grande ouverte. Comment saurait-il que cela est contraire aux habitudes de la famille MC ? Il profite de l'ouverture pour ne pas entrer dans la chambre : il regarde de loin.
Qui a ouvert la porte laissée entrebâillée entre 21h15 et 21h30 ? On imaginait que c'était Tannerman, mais Tannerman n'est plus. Alors qui ? Sûrement pas MMC, que Tannerman est censé avoir emportée. Qui donc ?
À moins que la porte  ouverte n'ait été qu'une vue de l'esprit, détail incontournable pour apercevoir les jumeaux dormant dans leurs lits sans risque de découvrir que Madeleine n'était pas dans le sien. Jeter un coup d’œil sur deux enfants en prenant soin d'éluder le troisième serait un coup de maître s'il n'y allait pas de la crédibilité du témoignage. Une chose est d'évoquer une ronde où on se contente de ne rien entendre, une autre est d'inventer la présence de quelqu'un qui peut-être n'était plus là.
Comment dans ces conditions et compte tenu en outre du refus de répondre aux questions (Kate MC) et de coopérer dans une reconstitution (les TP9), les enquêteurs pouvaient-ils espérer découvrir quel avait été le destin de l'enfant disparue et, si elle était vivante, la sauver ? 
Il n'y a rien dans les PJFiles qui indique que les TP9 aient trempé dans la disparition de MMC, mais il n'y a rien non plus qui justifie de rechercher l'enfant au-delà des limites de PdL. L'extension, la dispersion toujours plus lointaine de la recherche s'est substituée indûment à l'approfondissement et au croisement des témoignages, les signalements se sont multipliés massivement, alimentés par les campagnes des parents, au détriment de l'analyse des faits, de la simplicité de ce qui réellement est arrivé à MMC. L'imaginaire a été mis au service de la diversion, délétère artifice.

Éliminé le ravisseur de 21h5, celui de 22h, surnommé Smithman dans les forums, a vocation de détenir le statut de suspect numéro un. Deux portraits-robots de cet homme mystérieux sont exhibés. Le DCI Anday Redwook, qui les présente comme inédits, laisse entendre qu'ils ont été produits par deux membres de la famille S. On ne sait ni qui les a dessinés ni qui a orienté les dessins. Comme Crimewatch ne dit rien de la ressemblance que Martin et Mary S lui ont trouvée avec Gerald MC, comment la substitution d'un signalement par un autre déclencherait-elle une réaction dans les médias, sinon une certaine incrédulité?


transcription ici
Simon Israel (apparaissent deux portraits-robots à l'image) est interrogé quelques heures avant la diffusion de Crimewatch dans un bulletin de Channel 4. Il dévoile que la PJ n'a jamais eu connaissance de portraits-robots, élaborés en 2008 alors que les MC étaient arguidos.
Il s'agit du même homme, un homme qui pourrait détenir la clef de la disparition. Ces portraits-robots ont été mis sous clef pendant 5 ans. Ils ont été élaborés à partir des récits de deux témoins sur la nuit où Madeleine a disparu, mais ils n'ont jamais été remis aux enquêteurs portugais. Maintenant la police britannique les considère comme extrêmement importants.
Où l'on comprend que, en dépit de ce qui fut déclaré plus tard, les portrait-robots ont été mis au fond d'un tiroir pendant 5 ans et n'ont jamais été transmis à la PJ. Non qu'ils soient bien éclairants, du reste, surtout qu'ils sont deux et différents quoique censés représenter le même individu. Leur intérêt principal est finalement le fait qu'on les ait cachés.

Il faudra attendre l'édition du Sunday Times du 27 octobre pour que l'information, connue du public depuis le 14, s'affiche à la une d'une manière qui sera considérée comme offensante (voir plus loin). Pourquoi ?
En avril 2008, alors même que Metodo 3 vient de voir son contrat renouvelé, malgré la promesse du retour de MMC chez elle pour Noël (2007), Brian Kennedy (le milliardaire du double vitrage) engage Halligen, qui se prend pour James Bond ou aimerait qu'on le prenne pour tel. Celui-ci charge Henri Exton, ex-MI5 doté d'expérience comme agent infiltré, de constituer une équipe et d'enquêter en Algarve. Halligen, qui a été payé par Madeleine's Fund, fait main basse sur l'argent et disparaît. Quand le contrat se termine en septembre 2008 (BK a compris qui était Halligen), Exton, détenant un rapport et des portraits-robots, contacte les MC en vue de récupérer des sous. Il négocie avec MF. Les documents sont remis à MF, mais les MC, ne les trouvant pas "utiles", les mettent au fond d'un tiroir. Exton, qui est rentré dans ses fonds, comprend que ces documents sont enterrés, mais il n'est ni chercheur de vérité, ni lanceur d'alerte.
Lorsque Operation Grange rassemble tous les documents existants afin de procéder à la re-lecture de l'affaire, en 2011, on s'étonne qu'il n'y ait rien ou pratiquement rien en provenance de Halligen, par ailleurs en prison pour escroquerie aux EU (mais pas pour l'affaire MC car MF n'a pas porté plainte). MF fait valoir l'escroquerie Halligen, mais est-il crédible que MF ait payé pendant si longtemps sans rien recevoir en retour ? Les portraits-robots sont finalement remis à OG. Du reste ils sont peu compromettants puisqu'ils représentent la même personne tout en étant assez différents. On ignore si le rapport a été remis à OG intégralement, en version expurgée ou pas du tout.
Henri Exton, regardant Crimewatch, apprend que les portraits-robots sont présentés comme une breaking news et s'esclaffe. Puisque les portraits-robots sont désormais dans le domaine public, il a quelques points à mettre sur quelques "i" et entrera en contact avec le Sunday Times à qui l'aventure finira par coûter cher

Rire un peu des portraits-robots en général ici

Pourquoi AR monte-t-il en épingle Smithman tout en le noyant quelque peu au milieu d'autres suspects auxquels la PJ avait rapidement mais sûrement fait un sort ? 
A-t-il une idée sur l'identité de Smithman et espère-t-il seulement la confirmation d'un témoin l'ayant vu ailleurs avec ou sans enfant ? 
S'agit-il seulement de montrer que Operation Grange progresse ? 
Ou l'objectif est-il d'éliminer officiellement l'encombrant Tannerman, suspect en titre depuis 6 ans malgré son absence totale de crédibilité ? 
Par ailleurs Jane T, qui s'en voulait tant d'avoir vu le ravisseur et de n'avoir rien fait, ne manifestera publiquement aucun soulagement de découvrir que Tannerman était un père innocent. Gerald MC aurait pu aussi se dire soulagé puisque, comme Jane, il était dans la rue, n'avait rien vu venir et s'était donc laissé enlever sa fille sous le nez. Il est remarquable que GMC ait à plusieurs reprises publiquement remarqué que Jane T "avait presque attrapé le ravisseur", alors que lui-même, selon son récit, s'était trouvé deux fois en présence du malfrat sans le voir. 

Les MC n'ont pas démenti que des menaces d'action légale pesaient sur leurs ex-investigateurs privés, auteurs du rapport interdit, en cas de rupture de confidentialité.  
Si, lorsque Kate MC a lancé l'alerte, plusieurs témoins localisent Gerald MC à la table du Tapas, lui fournissant un alibi (de moins bonne qualité que l'alibi fourni par le signalement "Tannerman"), à quoi bon se soucier de ce que Martin S et sa femme ont pensé lorsqu'ils ont vu Gerald descendre de l'avion avec son fils dans les bras ?
Reste que l'auteur de la fausse information aux médias sur Martin S qui aurait changé d'idée doit avoir suspecté que l'alibi de Gerald MC n'était pas indestructible.

Quant au Daily Mail, il rapporte les faussetés suivantes :
Selon la famille irlandaise, l'homme portait un enfant dans une rue secondaire déserte et l'enfant blonde avait une peau typiquement "britannique". Elle portait aussi un pyjama similaire à celui que portait Maddie. Le récit de M. Smith, qui a fourni les détails d'un des portraits-robots, a été mis en question parce qu'il avait initialement dit aux enquêteurs que le suspect marchait comme Gerald MC et lui ressemblait. Mais les policiers britanniques sont certains que M. McCann n'a absolument rien à voir avec la disparition de sa fille.
Comment les S auraient-ils pu savoir comment était le pyjama de MMC ? Aucun d'eux ne voit du reste un pyjama, tout au plus un vêtement léger qui pourrait être en être un. L'un des membres de cette famille remarque des manches longues. Or les MC ont souvent insisté sur le fait que le pyjama de MMC avait des manches courtes..
On ignore (Henry Exton le sait) lesquels des S ont orienté la construction des portraits-robots. Il serait surprenant que ce soit Martin S, compte-tenu de son témoignage de septembre 2007 et aussi que ce soit sa fille Aoife, alors mineure.
Ce qui est certain, c'est que SY n'a pas dit qu'il était certain que Gerald MC n'était pas impliqué dans la disparition de sa fille, cette idée n'a tout simplement jamais été envisagée. Et pourquoi l'aurait-elle été si la mission est de retrouvée une petite fille enlevée ?



Transcription ici


Par ailleurs les détectives de SY recherchent plusieurs hommes blonds aperçus dans les parages de l'appartement des MC, quêtant pour un orphelinat ou cambrioleurs potentiels qui auraient pu réveiller Madeleine, toutes pistes suivies par la PJ il y a 6 ans et demi. Selon DCI Redwood, les indices peuvent être lus comme caractéristiques d'un enlèvement programmé par un gang qui aurait surveillé la famille MC.


Les MC,  présents sur le plateau de CW, découvrent la "reconstruction" (acteurs), plus proche d'une dramatisation que d'une reconstitution. Kate MC évoque son sentiment de culpabilité pour la décision de dîner au restaurant Tapas, mais remarque que le criminel est la personne qui est entrée dans l'appartement et a enlevé une petite fille à sa famille. Gerald confie que son mantra est de regarder toujours en avant ce qui est encore faisable.

Un détail assez troublant pour avoir été un des points motivant la requête de reconstitution par le parquet, le passage, invisiblement, de Jane Tanner à côté de Gerald MC et de Jeremy W est résolu par sa suppression pure et simple : Gerald, après avoir bavardé avec Jeremy, revient à la table du Tapas. C'est seulement alors que Jane se lève pour aller faire sa ronde et, en chemin, aperçoit Tannerman.

Kate MC livre un récit inédit de la découverte : ce n'est plus grâce à l'envol des rideaux mais à force de scruter l'obscurité qu'elle s'aperçoit que le lit de Madeleine est vide, court vers sa propre chambre, sent la panique monter, revient dans la chambre des enfant où alors, whoosh avec geste indiquant un mouvement centrifuge par rapport à l'observateur, les rideaux s'envolent en s'écartant, révélant que les persiennes et la fenêtre sont ouvertes.


Publication de l'appel sur le site de SY (en portugais ici). Une somme de 20 mille livres est offerte à qui fournira des renseignements. 

The Sun fait faire des posters avec les portraits-robots de Smithman, avec les indications de contact etc. en anglais et en portugais, et envoie un reporter les distribuer à PDL et dans la région.

Crimewatch date de 1984 et a présenté plus de 4000 affaires, cold cases inclus, dont une sur cinq aurait été résolue grâce à une "reconstruction". Vu en moyenne par 5 millions de personnes le programme consacré à Madeleine MC a battu les records d'audience (7,3 millions) et sa page Internet est très intensément visitée.

Parmi les centaines d'appels et de courriels consécutifs à la diffusion, DCI Redwood distinguera deux témoins, différents, qui ont apporté des informations (naturellement ?) cruciales.

Interview de Carlos Anjos (CMTV), transcription ici.

15 – Diffusion de la version néerlandaise de CW dans le programme Opsporing Verzocht. Seule différence, DCI Andy Redwood est présent et interrogé. Alors que la présentatrice fait allusion aux soupçons concernant l'implication des parents, AR réplique fermement que Mr et Mme MC ne sont pas suspects ni ne présentent d'intérêt pour l'enquête, ce sont les parents d'une enfant perdue de vue et les policiers d'OG font tout ce qu'ils peuvent pour la trouver. Remarquer "perdue de vue" plutôt que "enlevée".

ITV diffuse un court entretien avec l'ex-inspecteur Gonçalo Amaral où celui-ci déclare que, aussi étonnant que celui puisse paraître, les policiers britanniques sont arrivés là où les portugais avaient achoppé il y a 6 ans : qui était Smithman ? Transcription ici.



Sky News, qui ne veut jamais être de reste, diffuse un long reportage  reprenant à son compte les "révélations" de CW. Mark Williams-Thomas s'y demande pourquoi un potentiel ravisseur a retenu toute l'attention au détriment de l'autre et, fort justement, comme les téléspectateurs peuvent concentrer leur esprit sur 6 dessins qui ont en commun un aspect robotique. Paul Allen-Luckman, le rédacteur en chef de The Portuguese News, s'y étonne que le Met, six ans plus tard, puisse espérer comprendre ce qui s'est passé à PDL. Un ex-inspecteur britannique y blâme le Portugal faute de savoir que, sauf exception, la vie privée est protégée sur la voie publique. On entend la voix de Peter S. au téléphone qui ne semble guère douter que l'enfant était Madeleine et décrit Smithman comme n'ayant pas loin de 40 ans. Il suggère même qu'on l'interroge sous hypnose..  Il n'en sera rien fait..


Sky News Live : Le journaliste Eamonn Holmes, qui semble n'en être jamais à une arrogance déplacée près et se flatte de connaître le Portugal mieux que personne, déclare à Paul Luckman que la police portugaise est célèbre pour son laxisme quant aux gangs et malfaiteurs de toutes espèces. PL rétorque que selon les tour-opérateurs rien de spécial ne s'est produit  à PDL avant et au moment de la disparition de MMC. EH cite alors 6 cambriolages rapportés par SY. PL dit avoir investigué du côté de la GNR et de la PJ et n'avoir rien trouvé, ce qui fait ricaner EH qui y voit la preuve des faiblesses de la police portugaise. L'hypothèse que les victimes n'ont pas porté plainte, comme cela arrive souvent, vaut à PL un dernier sarcasme.
Pourtant, au Portugal comme ailleurs, la raison majeure qu'ont les touristes de porter plainte pour vol à la police est d'obtenir ainsi le document que leur réclamera l'assurance. 


Spiked - Why so many are still missing 'Our Maddie' ? 6 ans plus tard, qu'est-ce qui nourrit l'obsession MMC ?

–  Le directeur du célèbre Institut de recherche criminologique de Basse-Saxe, Christian Pfeiffer, a vivement critiqué la publication des nouveaux portraits-robots : Il est criminel d'insister sur le fait que six ans après l'acte, sur la base des témoignages oculaires, on puisse créer des portraits pouvant apporter des indices utiles. La mémoire humaine est «tout simplement trop mauvaise» pour ce faire. La police aurait dû expliquer aux parents que cela n'avait pas de sens, 6 ans plus tard. CP ne semble pas savoir que ces portraits-robots ont été cachés par les MC!


16 – Diffusion de la version allemande de CW dans l'édition Der Fall Madeleine McCann du programme Aktenzeichen XY - Ungelöst (Dossier XY - Non élucidé).
Ici le scénario de la reconstruction est différent mais n'en prend pas moins d'aise avec la réalité des témoignages. Les acteurs sont allemands et la narration est faite par les MC, qui sont présents. On voit Jane TB passer à côté de Gerald et de JW (mais ils sont sur le trottoir d'en face et lui tournent le dos), détail ignoré dans la version UK. Tannerman marche vers l'ouest au lieu de l'est. Kate MC hurle et appelle Madeleine dans l'appartement, toutes lumières allumées. Après l'alarme, tous entrent dans le 5A et immédiatement l'un d'entre eux appelle le gérant de l'OC "une enfant a disparu".  



Martin S, qui  regrette que le signalement "Smithman" n'ait pas été pris autant en considération que le signalement "Tannerman", répond directement aux questions du Mirror  :
La seule chose nouvelle dans l'investigation est l'élimination du signalement de Jane Tanner. À part ça, de notre point de vue rien n'a changé par rapport à ce que nous avons déclaré à la police et aux médias à l'époque. Nous n'avons rien d'autre à ajouter. 
Nonobstant The Sunday Times du 27 octobre insinuera que Martin S ne croit plus que Smithman était Gerald MC.

17 La disparition de la petite Maddie tourne au mélo, par Georges Moréas. 
  
Des bruits ayant couru dans le milieu médiatique et parmi les supporters des MC que le Portugal, honteusement, avait refusé de diffuser Crimewatch, la BBC déclare avoir fourni des clips à tous les organes de diffusion internationaux pour les aider à couvrir l'avis de recherche. Les clips ont du reste été diffusés au Portugal, mais aucune chaîne portugaise n'était prête à s'en servir pour construire sa propre émission (comme l'ont fait les Allemands et les Suédois). En revanche SIC et TVI étaient prêts, chaque chaîne de son côté, à acquérir les droits du Crimewatch britannique mais se sont heurtés à un refus : La BBC ne vend pas les droits, donc nous ne pouvons diffuser. TVI a prié la BBC de clarifier la situation dans les médias britanniques pour éviter tout propos erroné et contempteur. En pure perte.
La majorité des touristes, en Algarve, sont de nationalité allemande et hollandaise (hormis les Britanniques et les Irlandais), on est donc en droit de supposer que l'avis de recherche visait des touristes et non des résidents algarviens.  


À la demande de la PJ, le commissaire-adjoint du Met, Mark Rowley, et le DCI Andy Redwood sont à Lisbonne le 17 octobre pour discuter des développements significatifs de l'investigation et échanger des informations, les pistes de la PJ et du Met n'étant pas les mêmes. Nous avons encore du chemin à parcourir, déclare MR, et comme dans tous les grandes enquêtes les pistes les plus prometteuses ne produisent pas toujours de résultats. Prudence, prudence !

18 – The Guardian (Roy Greenslade) qualifie de "mauvais goût" l'utilisation par The Sun du mystère Madeleine dans la promotion de son site web et se demande (sans ironie) s'il est seul à s'indigner de cette intrusion dans le chagrin à des fins commerciales !


19 – Lors d'une rafle dans un camp rom, en Grèce, la police enlève à sa famille, sans autre motif que sa blondeur et ses yeux verts, une petite fille d'environ 4 ans. Les tabloïds imaginent prestement une allégorie du destin de Madeleine. Des tests ADN montreront que l'enfant est la fille biologique d'autres Roms, qui l'ont confiée à cette famille.


20 – Sur dénonciation et sans autre motif que sa blondeur et ses yeux bleus, la police de Dublin enlève à des Roms une petite fille de 7 ans. Les parents sont arrêtés et les tabloids se déchaînent sur cette nouvelle et prometteuse "piste rom". Des tests ADN prouvent toutefois que l'enfant est bien la fille biologique de ses parents.

21 – L'épidémie se poursuit, cette fois c'est un petit garçon de 2 ans blond aux yeux bleus qui est enlevé à sa famille pour contrôle d'identité, en vertu de la loi sur la protection de l'enfance, à Athlone, dans le centre de l'Irlande. L'enfant sera rendu aux siens deux jours plus tard. La famille portera plainte contre l'État irlandais et obtiendra 60 mille euros de dédommagements en octobre 2015.


24 – Dans un communiqué laconique s'il en est, le Ministère public portugais annonce la réouverture de l'enquête sur la disparition de Madeleine MC conformément à l'article 279 du CPP, à la suite d'une proposition de la PJ et en raison d'indices nouveaux justifiant d'investiguer plus avant. Il est souligné que l'enquête de la PJ se démarque des démarches effectuées pour le compte de SY, dans le cadre de la mission rogatoire.

 



Malgré l'accent mis par le MP sur le principe du secret judiciaire, Rogério Alves, un des avocats portugais des MC, fait savoir à la presse que la nouvelle piste exclut toute responsabilité des parents et que ceux-ci peuvent espérer que Madeleine soit retrouvée vivante, seul but de tous les efforts entrepris. 
–  N'est nullement explicité quel est, s'ils en ont un, le nouveau statut des MC, passés de victimes à témoins assistés, puis sans statut en raison du classement du dossier. Selon Rogério Alves, ils vont demander à être assistants dans l'enquête (ce qu'ils avaient fait en août 2007, qui avait été accepté avant machine arrière en raison des soupçons ayant conduit au statut d'arguido).

Selon Público, la relecture du dossier (c'est la deuxième au Portugal, puisque Paulo Rebelo, prenant les rênes début octobre 2007, avec entrepris un tel exercice) se focalise à nouveau sur la thèse de l'enlèvement, "principale" (en réalité "seule") piste explorée par SY. L'équipe de la PJ de Porto chargée de la seconde relecture du dossier serait convaincue par cette thèse.
 

Actualisation du site officiel.

Article dans The Conversation du directeur d'études de journalisme John Jewell à l'université de Cardiff (voir article du 11 oct) : Les Roms dans le collimateur des tabloïds sur les "anges blonds".

    – Sept groupes de presse internationaux enjoignent la Reine de ne pas signer une charte jugée toxique.

    25 Selon l'ex-ministre de l'Intérieur Rui Pereira, les MC devraient rester témoins assistés, ce statut ne cessant qu'à l'extinction de l'enquête.

Le nouveau DA de Boulder (Colorado) retire des  scellés quatre pages d'un dossier d'inculpation enterré pendant 14 ans où  les parents Ramsey sont mis en cause pour abus ayant entraîné la mort de leur fille JonBenét.

26 Pat Brown - Why Portuguese Reopening of the MC Case is But a Political Farce

27 – Indices cachés pendant 5 ans, titre à la une le Sunday Times, un scoop repris par l'ensemble de la presse britannique. L'enquêteur-chef engagé en avril 2008 par l'agence Oakley pour le compte de Madeleine's Fund, l'ex-agent du MI5 (Military Intelligence) Henri Exton déclare avoir été soufflé quand il a regardé Crimewatch
il n'y avait pas de nouvelle ligne de temps et certainement pas de révélation inédite, c'était insensé de le suggérer... et les portraits-robots étaient ceux que nous avions faits.  
Il aurait conseillé aux MC de diffuser sans plus attendre les portraits-robots qui accompagnaient le rapport d'enquête et avoir reçu, après la mise à pied de Oakley (septembre 2008), une lettre comminatoire des avocats des MC, l'enjoignant de respecter la confidentialité du rapport, jugé controversé
Les indices cachés sont les deux portraits-robots de Smithman exhibés par Crimewatch le 14 octobre. Mystère, mystère. Madeleine's Fund a payé Oakley, mais les administrateurs ont-ils tous vu le rapport et les portraits-robots ? Ou les MC et Brian Kennedy en ont-ils seuls pris connaissance ? Chercherait-on à intimider ? Les MC ou MF ? OG a-t-il sollicité auprès des MC ou de MF l'autorisation d'exhiber les portraits-robots ? La "révélation" du DCI Redwood est-elle due au rapport de HE ? Puisqu'ils se croyaient, ou prétendaient croire, qu'ils avaient été innocentés, qu'avaient à craindre les MC de la publication de ce rapport ?
Il est probable que Halligen, s'il avait détenu le rapport (l'équipe d'enquêteurs lui en aurait-elle remis une copie sans s'assurer qu'il honorerait ses dettes ?), ne l'aurait pas divulgué tel quel, compte tenu des critiques vis-à-vis de ses clients, on ne mord pas la main qui vous nourrit. Halligen était sans doute un fantaisiste sans scrupules, un ivrogne et un escroc, mais sa survie exigeait un minimum de précautions.
HE se présente au  ST comme celui qui a produit les portraits-robots et un rapport, remis aux MC en novembre 2008, dont il a évidemment gardé copie, non divulguable selon les exigences des avocats des MC : A letter came from their lawyers binding us to the confidentiality of the report.  
L'article poursuit : HE claimed the legal threat had prevented him from handing over the report to Scotland Yard’s fresh investigation, until detectives had obtained written permission from the fund.
Le ST déclare avoir vu le rapport qui mentionne des inconsistances graves dans les témoignages de Jane T et des anomalies dans les dépositions faites par les TP9, rien de bien nouveau par rapport aux conclusions de la PJ, mais qui vient confirmer la pertinence de la requête de reconstitution. Le rapport conclut que le signalement des S est un élément probant plus crédible que le signalement de JT. Hormis la mise en question de la position des MC, il contient des informations sensibles sur le sommeil de MMC et fait une allusion hautement sensible à la possibilité qu'elle soit morte dans un accident après avoir quitté l'appartement toute seule par une des deux portes non fermées à clef (où l'on voit qu'il faut prendre garde de ne pas scier la branche sur laquelle on se trouve).

Que dénient donc les MC et que demandent-ils au Sunday Times de corriger? Ils démentent avoir gardé secrets les portraits-robots, ils disent les avoir transmis au LC et à la PJ en octobre 2009. Si cela est vrai, pourquoi avoir attendu plus d'un an ? Ils disent aussi avoir transmis le rapport et les portraits-robots au Met en août 2011.
Que ne dénient pas les MC ? Ils ne réfutent pas ce que le rapport contenait, ils ne réfutent pas les menaces légales et ne démentent pas qu'ils ont donné à SY la permission écrite de solliciter des informations auprès des enquêteurs privés. 
Des zones d'ombre demeurent :
Pourquoi SY, qui a obtenu la permission écrite de MF de solliciter le rapport et les portraits-robots auprès des enquêteurs d'Oakley, devait-il le faire puisqu'il disposait déjà des portraits-robots remis au LC en 2009 et du projet + des portraits-robots remis au Met en août 2011 ?
Pourquoi l'enquêteur Henri Exton a-t-il soudain décidé de s'exprimer ? Les menaces légales ont-elles cessé de s'appliquer ? Bien que les portraits-robots soient désormais dans la sphère publique, pourquoi avoir choisi de remettre le rapport au Sunday Time (et à toutes ses ramifications) ?
Exton and Co, escroqués par Halligen qui n'a pas payé leur travail d'enquête, ont cherché à monnayer les e-fits et le rapport, probablement édulcoré pour ne pas effaroucher l'acheteur. Exton and Co ont manifestement suggéré la possibilité d'une publication...  le marché a été conclu puisque les MC sont entrés en possession de documents jugés par une source proche (probablement le spin doctor) "hypercritiques" et "non favorables à l'enquête s'il étaient rendus publics, déroutant complètement les médias", et ont enterrés les éléments probants. Comme ils n'en ont fait aucun usage, pourquoi ont-il conclu un marché avec Exton and Co? Que pouvaient Exton and Co détenir contre eux ? Après tout les MC avaient respecté leurs engagements vis-à-vis de Halligen, c'est ce dernier qui, ayant recruté Exton and Co, n'a pas respecté ses engagement vis-à-vis d'eux.
– Ce qui est clair est que les MC ont fait connaître avec flonflons en janvier 2008 la piste Cooperman mais ont tenue secrète la piste Smithman, neuf mois plus tard, puisqu'ils n'ont pas envoyé CM tenir une autre conférence de presse. Si l'on songe que la SARL se nomme Leaving No Stone Unturned ("retourner toute pierre", autrement dit "remuer ciel et terre), on se dit que certaines pierres sont manifestement moins retournables que d'autres. Après tout il n'appartenait pas aux victimes d'obtenir et de divulguer les portraits-robots de Cooperman en janvier 2008, sans autorisation de la PJ alors que l'enquête portugaise était en cours, ni celui de la "sosie de Victoria Beckham", le 6 août 2009 en conférence de presse et pourtant ils l'ont fait. Logiquement on attendait d'eux qu'ils divulguent aussi les portraits-robots de Smithman dès la fin de 2008, mais ils n'en ont rien fait. La pierre a dû attendre que SY la bouge.
  Le titre du Sunday Times, malgré les excuses publiées fin décembre, lui vaudra une plainte en diffamation déposée par les MC début août 2014. Ce qui est extraordinaire, c'est que Henri Exton avait obtenu de Carter-Ruck l'autorisation de remettre le rapport et les portraits-robots à SY, mais non, semble-t-il, au ST à qui il a néanmoins tout révélé, notamment les menaces s'il ne se taisait pas. Pourquoi n'a-t-il pas été poursuivi et puni ?


Selon une source proche de Madeleine's Fund, le rapport, hypercritique, souligne des anomalies dans les dépositions des TP9. S'il avait été rendu public, les journaux s'en seraient emparés au détriment de l'enquête. Quant aux portraits-robots, ils n'ont pas été publiés car il aurait été trop coûteux d'enquêter et sur le signalement de Jane TB et sur celui de la famille Smith. Voilà qui est étonnant pour qui a lu "Madeleine" (mai 2011) où Kate MC dit sa conviction que Tannerman et Smithman sont la même personne. S'il en était ainsi, le portrait-robot effectué grâce aux indications de membres de la famille S aurait dû être valorisé, d'autant que Smithman avait été vu de beaucoup plus près que Tannerman par Jane.
Pour apprécier le "trop coûteux", il faudrait que les comptes soient transparents comme les MC avaient dit qu'ils seraient. Le "trop coûteux" au reste n'étonne guère si l'on songe aux fonds engloutis sans résultat par divers détectives privés.  Il n'appartient pas aux victimes de faire ou de faire faire le travail de la police, les MC ont fait ce choix-là. Par conséquent il est légitime de se demander pourquoi ils ont fait connaître certaines pistes et d'autres non.



– En un mot, l'information que SY considère maintenant comme cruciale est restée dans un tiroir contre la volonté de ceux qui avaient été payés pour l'établir.. mais parce qu'ils avaient été menacés d'action légale par les avocats des MC s'ils ne respectaient pas la clause de confidentialité.

– SY aurait demandé le rapport aux auteurs. Était-il ou non dans le dossier "enquêteurs privés" remis par les MC à SY ? Si oui, pourquoi SY l'aurait-il requis directement ? Le dossier a-t-il été remis à SY sans ce rapport ? Ou même n'a-t-il jamais été dans le dossier ? Quant aux portraits-robots étaient-ils dans le dossier ou ont-ils été écartés aussi ? SY a-t-il obtenu les portraits-robots des MC ou de quelqu'un d'autre? Pourquoi le site officiel n'en a-t-il jamais parlé ? Pourquoi Kate MC n'en fait pas mention dans "Madeleine" alors qu'y sont publiés des portraits-robots caricaturaux sinon improbables ? Autant de questions vouées à rester sans réponse.


28 – Plus de 4 ans après la chute du journal à plus fort tirage du dimanche, News of the World et la scission de l'empire Murdoch qui s'ensuivit, la Central Criminal Court (the Old Bailey) ouvre ses portes au très attendu procès du piratage téléphonique. Sur le banc des accuses, face à Mr Justice Saunders  et aux jurés, ils sont huit par qui le scandale est arrivé, dont deux ex-rédacteurs en chef très proches du PM David Cameron : Rebekah Brooks et Andy Coulson. Tous nient les charges qui les accablent. Près de 100 témoins seront entendus. C'est un procès fleuve qui commence.
Hacking Trial Live Tweets par Peter Jukes.



La personnalité TV Katie Hopkins envoie une série de tweets où elle remarque, notamment, que les huit signalements auxquels Kate MC consacre un chapitre de son livre sont tous accompagnés d'un portrait-robot sauf un, resté caché pendant 5 ans et ressuscité par SY.


29
 Traduction ici


30 – Le semi-tabloïd Correio da Manhã fait savoir que la piste de la PJ, assez solide pour faire rouvrir le dossier, est un Capverdien mort en 2009 dans un accident de tracteur. L'enquête de la PJ a commencé avec l'audition de la veuve de cet ex-employé saisonnier de l'OC en raison d'une condamnation en 1996 pour larcins associés à la drogue et parce que son téléphone cellulaire avait activé les antennes-relais de PDL le soir du 3 mai 2007. Resterait à trouver le corps de Madeleine. La piste d'une vengeance est écartée par les proches et les collègues du suspect qui voient EM comme le bouc-émissaire idéal puisque mort et sont décidés à défendre sa mémoire. Les ingrédients de base sont réunis pour le déchaînement des mauvaises langues de la presse britannique.



Dans l'Illinois, Aurelio Montano est condamné pour le meurtre de sa femme, malgré l'absence de corps, en partie parce que des chiens "cadavre" ont détecté des résidus humains sur un tapis. 

Jacques Pradel consacre l'heure du crime à l'odorologie.  

Les MC, pour la première fois, annoncent qu'ils ne répondront pas aux spéculations non fondées de la presse. Le spin doctor Clarence Mitchell est-il payé pour uniquement commenter les nouvelles utiles ?

Royaume-Uni : La reine donne son aval au nouveau dispositif d'encadrement de la presse, fruit d'un consensus entre les trois grands partis du parlement. Les détracteurs, qui craignent l'ingérence des pouvoirs publics dans leurs activités, ont été déboutés juste avant par la Haute Cour de justice, mais un amendement est apporté pour répondre aux craintes. Le nouvel organisme de tutelle pourra infliger des amendes et soutenir les victimes des abus de la presse.



Pat Brown - "Madeleine" - The Gift that Keeps on Giving... at least to a Profiler

31 – Blacksmith Bureau - More on Munchin' Mitchell

Aucun démenti n'ayant été apporté à l'article du Sunday Times, force est d'admettre qu'il s'agit de journalisme d'investigation fondé sur des sources fiables. Kevin Halligen avait confié le travail d'enquête à Henri Exton, seul professionnel authentique employé par Madeleine's Fund. Ses conclusions d'expert furent rejetées parce qu'elles ne s'accordaient pas avec la doxa.



Page suivante ici