Grâce à la liberté dans les communications, des groupes d’hommes de même nature pourront se réunir et fonder des communautés. Les nations seront dépassées.
Friedrich Nietzsche (Fragments posthumes XIII-883)

M





Madeleine's Fund
Malentendu
Manipulation de l'esprit
Marché
Marronnier etc.
Médias
Médiatisation
Médiatique (couverture)
Mediums (et autres voyants)
Mémoire et stress
Mensonge (détecteur de)
Mensonge : comment le détecter
Mensonge blanc, pieux mensonge
Mensonge par omission
Menterie ou mensonge ?
Menteur vs Mythomane
Mère
Mise hors de cause
Monopole
Mots (et malentendus)

Mourning sickness et peur comme facteurs de cohésion sociale 
MSM
Munchausen Syndrome By Proxy



Madeleine's Fund

MF n'a pas été créé, comme la plupart des entreprises, dans un but lucratif. il a été créé pour le compte d'un enfant disparu. Son but était de retrouver MMC, de soutenir sa famille et de traduire ses ravisseurs en justice. Il devait être financé par des dons du public.

Si une entreprise utilise des dons comme revenus, elle doit conserver la confiance du public. Si les administrateurs assurent que chaque centime dépensé peut être justifié, pourquoi ne pas fournir plus que les informations minimales prescrites par la loi? En fournissant de moins en moins de détails sur la gestion du fonds, ils ont fourni à leurs critiques de plus en plus de munitions. L'ouverture aurait eu l'effet inverse.

Il n’y a rien d’illégal; les exigences statutaires sont remplies. L'interrogation porte sur la raison pour laquelle les administrateurs ont choisi de divulguer de moins en moins de détails sur les dépenses.

Après tout, ils ne sont pas un "groupe douteux", ils sont de bons citoyens britanniques dont le seul objectif est de financer la recherche de l'enfant égarée de victimes innocentes, pieuses, intelligentes et pures, avec beaucoup d'intégrité et sans rien à cacher. Pourquoi font-ils des cachotteries ?


Malentendu


Il y a sans doute une équivoque quant au contenu du livre de GA qui ne fait rien d'autre que d'exposer les raisons d'une mise en examen qui étaient depuis longtemps, et malgré le théorique secret de l'instruction, du domaine public. GA insiste bien sur l'absence de preuve suffisante à l'appui d'une conviction qui n'engage finalement que lui. Il y a bien quelques allusions à des attitudes politiques peu claires, mais elles ne mettent pas en cause les Ms et ceux qui sont visés n'ont pas porté plainte pour diffamation. Pourquoi les Ms (et leurs conseillers, avocats et chargés de communication qui ne démentent pas) semblent voir dans ce livre autre chose que ce qu'il y a ?


Manipulation de l'esprit










Marché
La justice négociée, telle que pratiquée outre-Atlantique, incite à faire de faux aveux pour éviter les risques d’une peine encore plus lourde ou s’épargner d’autres charges. En Europe, le fait d’admettre ce qu’on n’a pas fait dans le cadre d’un marchandage est contraire à l’idée de justice et la recherche de la vérité demeure une valeur importante.


Marketing

Bien qu'ils aient été mis en garde contre la publication de détails qui inciterait l'hypothétique ravisseur (HR) à se débarrasser de Madeleine, le coloboma, bon stratagème de marketing selon Gerald MC, est devenu d'emblée l'image de marque, le logo de la petite fille, entrant du jour au lendemain dans le vocabulaire de tout un chacun. Il devenait du même coup, pour les spécialistes, la signature de son arrêt de mort, quoique, selon la propre mère de l'enfant, il fallait en vérité s'approcher de très près pour apercevoir la goutte noire dans l'iris de la petite fille.
Le public, les lecteurs de romans policiers ou de récits forensiques, savent qu'il faut garder ces détails secrets. Et pas seulement parce que, rendus publics, ils peuvent inquiéter assez les ravisseurs pour les inciter à se débarrasser d'une preuve flagrant, mais parce qu'il est important de pouvoir identifier un vrai ravisseur d'un faux, si une rançon était demandée.


Marronier

En journalisme c'est une information de faible importance mais récurrente et prévisible meublant une période creuse. Les sujets « débattus » dans un marronnier sont souvent simplistes, parfois mièvres. Son équivalent anglophone est le terme chestnut, « châtaigne », ou evergreen, « [à feuilles] persistantes »1.
Parmi les marronniers les plus célèbres, les soldes, le marché de l'immobilier, les départs en vacances, la rentrée scolaire, les fêtes de fin d’année. Le marronnier permet de rester proche des lecteurs et d'en attirer sans cesse de nouveaux, en traitant des sujets qui rythment leur quotidien. L'évocation de moments et de sentiments partagés par un large public permet de renforcer le lien avec celui-ci sans risque de choquer.
Les serpents de mer, autre stratégie éditoriale, sont des sujets non saisonniers — sur des thèmes sociétaux, historiques (au gré des innombrables commémorations possibles), scientifiques, etc., quand ils ne sont pas purement anecdotiques — et néanmoins régulièrement traités.
Silly season : au Royaume-Uni, la saison des idioties désigne une période de quelques mois d'été caractérisée par l'émergence de nouvelles frivoles dans les médias.

Médecin
Il existe un énorme code de silence chez les médecins à propos d’erreurs médicales, d’erreurs et de malversations. Il suffit de regarder le temps qu'il a fallu avant que Harold Shipman soit reconnu coupable et de constater que les gens ne veulent pas croire qu'un médecin peut se comporter de manière malveillante.



Médias
Ils sont fondamentalement toujours à l'affût du spectaculaire. Le dévolu jeté sur une affaire fait des émules, des comités de soutien se forment, on voit des gens s'identifient à la victime, se consacrent à la cause qu'ils défendent et mettent en mots des sentiments que la victime ne perçoit pas toujours. C'est comme si c'était leur enfant qui était mort. Our Maddie ! L'exaltation toutefois est inutile : on n'a jamais vu un kidnappeur renvoyer un petit chez lui parce qu'il a bien compris la douleur de la mère.  
Les MC apprirent très vite à se mettre dans la peau de ceux dont les médias parlaient, lamentant leur sort, tel le choeur du théâtre grec.
L'œil toujours ouvert tient à la fois des Lumières et de Big Brother. La presse panoptique veille, surveille et transperce le mur des apparences construisant la carte des sympathies et des antipathies, favorisant la coexistence des idées contraires et brandissant le principe d’indépendance, qui conditionne le rôle de la presse dans une démocratie. 
La presse est-elle encore la tour de vigie surplombante qu'évoquait Alexis de Tocqueville, conduit par les raisons prophylactiques d’une protection contre la tyrannie à faire de la presse un pivot de la vie démocratique.
En Amérique, comme en France [la presse] est cette puissance extraordinaire, si étrangement mélangée de biens et de maux, que sans elle la liberté ne saurait vivre, et qu’avec elle l’ordre peut à peine se maintenir.
La dépendance chronique des journaux aux revenus publicitaires ou aux capitaux industriels ou même à la classe politique a rendu cette position fort délicate et affaibli, au regard de l’opinion, le crédit des professionnels de l’observation.


Médiatisation

La médiatisation de l'affaire MC a été sans précédent. Elle impliquait non seulement des professionnels des relations publiques et des spécialistes ayant leurs entrées au sein du gouvernement britannique mais une gestion des médias étroitement organisée. Le public britannique s'engagea dans l'affaire et dans des discussions interminables comme jamais,  non pas parce que le crime était unique (décrit comme enlèvement, il était rare) mais en raison de l’émergence des réseaux sociaux (Twitter lancé en 2007, Facebook en 2004) qui ont fourni une nouvelle et puissante plate-forme de partage public d’informations et d’opinions sur une enquête criminelle en cours.
Dès le début de l'enquête, les McCann ont utilisé Internet de manière proactive pour lancer des appels et des images à un public mondial en ligne, sans tenir compte des réserves de la PJ.
Le public a utilisé Internet pour consulter, évaluer et discuter des informations relatives à l'affaire telle qu'elle se présentait, et pour spéculer sur ce qu'il était advenu de la petite fille. Une masse de documents officiels produits par la police portugaise ont été numérisés et mis à disposition en ligne par le Ministère public portugais.
Jamais auparavant dans l'histoire des relations volatiles entre la criminalité,  les médias et le public il n'y avait eu autant d'accès facile à autant de données officielles liées à une affaire non résolue.
Pourtant les journalistes ne citent absolument jamais ces documents, c'est comme s'ils n'existaient pas, ou infiniment moins que les rumeurs, plus attrayantes.
En 2007, pratiquement tous les médias étaient en ligne et fonctionnaient 24 heures sur 24 avec des mises à jour, un flux informationnel en direct et une couverture en temps réel des événements, des commentaires et des liens vers du matériel de recherche. L'affaire MC était couverte au fur et à mesure de son évolution, autrement dit extrêmement lentement, ponctuée d'éclats d'activité policière au Royaume-Uni ou au Portugal. Il y a eu des hauts et des bas dans l'intérêt des médias et du public, correspondant à des développements tels que la mise sur pied d'Operation Grange et la "reconstruction" de Crimewatch (BBC) d'octobre 2013. On aurait pu s'attendre à ce que la conclusion, au STJ, des actions MC v Gonçalo Amaral qui a donné raison à ce dernier incite les médias du monde entier à rapporter son hypothèse et les preuves à l’appui de manière consistante. Voeu pieux.



Médiatique (Couverture)

On entend par "couverture médiatique" le traitement et la diffusion d’une information par différents canaux médiatiques, articles, reportages, interviews, consacrés à un sujet en particulier. L’information n’appartient à personne ou plutôt elle appartient à tout le monde. On ne peut donc que très rarement avoir un impact sur un contenu déjà créé et diffusé.

C'est au niveau de la communication que l'on peut s'assurer la couverture médiatique la plus large possible : communiqués de presse, buzz vidéo, organisations d'événements (conférence, gala, formation, vernissage…), le choix des armes pour convaincre les journalistes de la portée d'un message est vaste, voire illimité. Plus ces armes sont différenciées et nombreuses, plus on a de chances de toucher des médias différents, en termes d’audience ou de support.
Il faut garder en tête qu'il ne s'agit que de canaux, de personnes dont le rôle est de partager de l’information. Sans communication claire et démonstration de ce que l'on apporte, ils n’auront rien à se mettre sous la dent.


La couverture médiatique comme appropriation de l’information

La médiatisation est ainsi, l’information reprise par les médias est traitée selon leur angle d’approche et leur appréciation de l'objet à médiatiser.

Le problème, c’est que l’ensemble de la couverture médiatique n’est pas toujours contrôlable. Les critiques peuvent frapper de plein fouet, et même si un droit de réponse existe, ce dernier est dans la réalité aussi utile qu’un coup d’épée dans l’eau.

Il faut alors un moyen de « contrôler », ou en tout cas d’influencer, le cœur du message retransmis par les médias, avant même que ces derniers ne s’expriment. Ici le dossier de presse est le plus efficace et doit systématiquement être envoyé à tous les médias à toucher. Il sert très souvent de fondation à la création de sujets médiatiques et permet de limiter les éventuels effets négatifs d’une couverture médiatique (évite que l'on dise n'importe quoi à propos des informations mises à disposition du grand public.

Couverture médiatique et concurrence médiatique

Ne jamais se limiter quantitativement dans les contacts avec les journalistes et ne pas viser uniquement les gros diffuseurs ou ceux aux moyens techniques importants. Même les sources les plus fiables peuvent écrire un papier ou concevoir un reportage insatisfaisant. Plus les cibles sont nombreuses, plus l’effet de buzz et par conséquent l’importance du sujet sont démontrés. Même les plus petits journaux ont un pouvoir communicationnel concret. Enfin, plus la couverture médiatique d’un sujet est étendue, plus il y a de chance de stimuler l’intérêt de la concurrence.

Concrètement, si un journal local accorde une interview, cette dernière peut très bien servir de prétexte à une chaîne de télévision pour réaliser un sujet. Dans le monde médiatique, l’effet de ricochet n’est pas à ignorer.


La couverture médiatique est donc l’étendue du relais de l’information concernant un sujet particulier par les médias. Plus celle-ci est importante, plus il est facile d’atteindre le momentum médiatique et l’instauration d’un cercle vertueux permettant de s'ériger en source informationnelle et d'agiter les médias.
 

Médiums (et autres voyants)

Dès qu'une affaire paraît dans la presse, les médiums se manifestent.

C'est la médiatisation de l'affaire qui explique leur manifestation. Ils veulent être sous les projecteurs, ils ont besoin de reconnaissance. Parfois, ils envoient des notes de synthèse, des courriers, des tas de trucs extraordinaires.
Or, dans une enquête judiciaire, on ne jette rien. Dans toutes les affaires de disparition, on constitue toujours un sous-dossier avec les choses communiquées par les médiums ou les cartomanciens.
On ne les met pas dans le dossier officiel, celui de la procédure, qui est transmis aux magistrats du parquet. On les glisse dans un dossier fait de notes, d'impressions de tout ce qu'on reçoit, d'articles de journaux, de chemises, de papiers, de témoignages… Qui finit dans un gros carton qui est archivé. Il arrive qu'on le rouvre des années après quand l'enquête repart.
"En situation de désespoir, on se raccroche à tout".

Tant que le corps de l'enfant disparu n'a pas été retrouvé, la porte est ouverte à toutes les croyances et tous les esprits malsains.

Contrairement aux Etats-Unis, les enquêteurs français n'ont jamais réclamé l'intervention de médiums pour résoudre une enquête. On travaille avec des analystes, des psychologues, des gens de science, mais pas avec tout ce qui est paranormal. On est dans le rationnel. Et ce même si la démarche de l'enlèvement peut être irrationnelle. Ce n'est pas avec un pendule et une carte qu'on va retrouver une petite fille disparue."



Mémoire (et stress)

Une nouvelle bouleversante, un événement inattendu, un moment de stress particulier s'inscrivent indéfectiblement dans la mémoire et sont faciles à remémorer. On se souvient du moment de la journée ou de la nuit, de la manière dont on était habillé, des vêtements que portaient les autres, des mots que l'on a dit et de ceux qu'on a entendus, on se souvient des expressions des visages et de ce qui se passait autour, du temps qu'il faisait. On aimerait mieux ne pas se rappeler tant de détails, mais la scène est gravée plus profondément dans la mémoire que tout autre souvenir, indélébile empreinte.
Non seulement on sait très bien où on était, ce que l'on faisait, quelle l'heure il était, quel jour de la semaine lorsqu'on a appris une très mauvaise nouvelle, mais on se souvient aussi de ce que l'on a fait après, des mots dits et redits de manière cathartique.

La mémoire n'est pas une caméra de surveillance, elle ne photographie pas, elle est reconstructive, elle ne stocke pas tous les détails d'une scène, seuls ceux qui semblent essentiels, elle engrange, elle récupère, elle recombine, elle reconstruit en permanence, elle peut même élaborer de faux souvenirs auxquels le sujet adhère totalement, elle est donc trompeuse. C'est dire qu'un témoignage basé sur des souvenirs très anciens sera implacablement mis en doute par la justice.

On parle de mémoire au singulier, mais en fait on en a deux "à long terme" (Tulving) la mémoire épisodique (autobiographique) et la mémoire sémantique (le monde). On peut avoir oublié d'où on vient, mais savoir que Paris est la première ville touristique du monde.
L'imagination a besoin de la mémoire, elle emprunte ses circuits neuronaux. Les souvenirs les plus émotionnels sont les plus persistants. 
Il y a aussi les primary et recency effects : on se rappelle mieux les premiers éléments (effet de primauté) et les derniers éléments (effet de récence) d'une liste.


Il n'est pas question d'insinuer que les MC ont pris des libertés avec la vérité, il suffit de rapporter leurs propos contradictoires pour en juger et éventuellement conclure à la confusion, la méprise, etc.

La mémoire certes est faillible, mais les protagonistes de cette histoire ont fait des études de médecine et de droit, de celles qui exigent le plus de capacité de mémorisation. Or ils ne se souviennent pas, ne sont pas sûrs, se trompent... et pourtant la disparition de Madeleine a certainement gelé leurs souvenirs. 
David WP a oublié qu'il avait vu Kate MC enveloppée dans une serviette, celle-ci décrit comme ouverts des rideaux dont plus tard elle dira qu'ils étaient fermés, Gerald MC est allé tout seul chercher MMC à la crèche, même chose pour Kate MC :  Gerald dit avoir réceptionné ses enfants au goûter, mais selon la nanny il jouait au tennis. Matthew MO a vu deux fenêtres dans la chambre des petits MC alors qu'il n'y en avait qu'une, Gerald MC n'avait pas idée que la fille des TB étant malade, Russell était resté près d'elle pendant la moitié du dîner, il avait aussi oublié par quelle porte il était entré chez lui, il se souvenait d'avoir bavardé avec Jeremy W, mais situait la scène d'un côté de la rue puis de l'autre, Matthew jugeait avoir pu voir un jumeau respirer dans l'obscurité et à travers un tissu opaque, selon Rachael MO les MC soulevaient les persiennes de la porte-fenêtre pour entrer par le patio, Kate MC a complètement oublié, lors des auditions, qu'elle avait confié à ses compagnes de voyage son inquiétude parce qu'elle avait laissé la porte du patio ouverte, ce qui ne l'empêcha pas de parler à maintes reprises d'un (trompeur) sentiment de sécurité totale.



Mensonge (bien intentionné)  
Essayer d'imaginer un témoin bienveillant remarquant, par rapport à sa propre mémoire des événements, des inexactitudes dans la version des MC, qu'est-il probable qu'il fasse ? Au minimum éviter des tracas supplémentaires à ces malheureux parents au moyen d'un mensonge bien intentionné ? Si le témoin croit fermement que les MC sont innocents, il est probable qu'il ajustera sa mémoire pour s’adapter à la version des MC.
Jeremy W est un exemple intéressant 
- il a dit qu'il avait bavardé avec Gerald MC pendant 3 minutes, mais il n'a pas voulu indiquer quand, ce qui n'était pas vraiment difficile puisqu'il était sur le chemin du retour. JW voit principalement Gerald MC comme un père en deuil, et préfère mettre sur le compte de la mémoire défaillante en raison du stress le faux souvenir de GMC traversant la rue.
- mais sa réticence à participer à la reconstitution suggère qu'il veut oublier la part involontairement prise dans l'événement, et il sait que sa déclaration est en contradiction avec celle de Gerald MC.

Un mensonge est une déclaration utilisée intentionnellement dans le but de tromper. Une opinion peut être fausse, ça ne veut pas dire que c'est un mensonge.


Mensonge n'est pas déni
Le mensonge vise, par un travestissement de la réalité intentionnel, transitoire et opportuniste, à protéger le menteur d'un certain désagrément. Il peut servir aussi à se faire valoir délibérément, à se donner le beau rôle pour susciter admiration ou compassion. L'enjeu est narcissique, il s'agit de valoriser consciemment son image.

Le premier danger est l'escalade, car un mensonge en appelle toujours un autre et ne pas se trahir exige une grande vigilance.

Le second danger est d'être pris la main dans le sac. L'affabulateur est non seulement démasqué, mais il perd cela même qu'il désirait, une  image de soi estimable, aimable.   
Le mensonge "de Huelva" fait se demander si, comme ils ont auparavant dissimulé une chose qui leur faisait du tort (pensaient-ils) aux yeux des médias, ils ne l'avaient pas fait avant et ne le referaient pas après. Si le public n'a pas confiance, c'est la faute du menteur, pas du public.

Mensonge : une contre-vérité répétée sciemment comme étant un fait accompli.

Mensonge (détecteur de)

Le détecteur de mensonges mesure l'émotivité, pas le mensonge. , il n'est donc pas fiable, mais une personne innocente aura tendance à le demander, ne serait-ce que pour être éliminée d'une enquête, puisqu'elle n'a rien à cacher, aucune raison d'être effrayée. Les coupables craignent, même s'ils savent que le dispositif n'est pas fiable.

Des études montrent son inefficacité, sa non fiabilité, car il y a des personnalités qui résistent mieux. En France il est interdit.


Mensonge : comment le détecter ?
Dans la revue Law and Human Behavior Aldert Vrij, l’un des spécialistes mondiaux de la détection du mensonge dans un contexte légal, publie les résultats de deux nouvelles expériences (2007). La première compare la capacité de trois styles d’interrogatoire de police (collecte d’informations - questions ouvertes, l’interrogatoire accusateur et l’entretien d’analyse comportementale - questions ouvertes puis prédéfinies) à inciter un suspect à produire des indices verbaux du mensonge. La deuxième analyse l’aptitude de policiers à détecter le mensonge ou la vérité selon le style avec lequel ont été interrogés les suspects.
Les propos sont analysés selon deux méthodes différentes : 
La CBCA (Criterion-Based Content Analysis) procède à l'analyse verbale de la validité (vs. fausseté) d'une déclaration (datant des années 50 (Allemagne, Suède), cette méthode était à l'origine destinée à évaluer la crédibilité des allégations d'agression sexuelle faites par des enfants). Le présupposé est qu'une déclaration sincère diffère en contenu et en style d'une déclaration fabriquée. 
le CR (contrôle de la réalité), théorie selon laquelle il existe des différences qualitatives entre les souvenirs réels et les souvenirs imaginés (comme les souvenirs inventés). Les premiers, dérivant de sources externes, contiennent des informations sensorielles, des détails spatiaux et temporels alors que les seconds, dérivant d’une source interne, font référence à des opérations cognitives (pensées, raisonnements...). Les propos d’un suspect qui dit la vérité devraient donc contenir plus d’éléments sensoriels et contextuels que ceux d’un suspect qui ment.


Les résultats de l’expérience montrent que l’interrogatoire basé sur la collecte d’informations permet de générer un plus grand nombre d’indices verbaux du mensonge que le style accusateur. Dans ce dernier cas, la longueur des entretiens est plus courte, les suspects répondant typiquement par des dénégations brèves des accusations. Quant à l’entretien d’analyse comportementale, c’est essentiellement dans la phase de collecte d’informations que les indicateurs verbaux du mensonge sont produits. Les auteurs de l’étude estiment donc que l’intérêt de la phase de questions prédéfinies n’est pas démontré. [1]
Les résultats de la première expérience indiquent également que le codage CR est un outil plus efficace pour détecter le mensonge dans les propos des suspects que la technique CBCA (voir Masip et coll., 2005, pour une analyse plus nuancée de l’efficacité du codage CR). En particulier, le codage CR permet de différencier significativement les mensonges des propos véridiques lorsque les interrogatoires reposent sur la collecte d’informations ou l’Entretien d’Analyse Comportementale. Par contre, le CBCA ne peut les distinguer significativement que dans les interrogatoires basés sur la collecte d’informations. Autre point intéressant à noter : le codage CR manuel est plus efficace que le codage CR effectué automatiquement par un logiciel (Linguistic Inquiry and Word Count). Les styles d’interrogatoire d’un suspect ne sont donc pas tous aussi efficaces pour produire des indices verbaux du mensonge. 

La deuxième expérience de Vrij et al. (2007) a pour objectif de savoir si des policiers vont être sensibles à ces différences. Ceux-ci doivent observer des vidéos enregistrées au cours de l’expérience précédente et décider si le suspect ment ou dit la vérité.
En raison des résultats obtenus dans la première expérience, on pourrait s’attendre à ce que les policiers soient plus performants lorsque les interrogatoires sont conduits avec la méthode de collecte des informations. Ce n’est pas du tout le cas ! La précision des policiers dans la détection du mensonge et de la vérité atteint un niveau similaire avec toutes les méthodes d’interrogatoire. En moyenne, la précision est de 50 % et ne diffère pas du niveau de la chance. Ce résultat confirme une fois de plus que la détection du mensonge est une tâche particulièrement ardue.
Un élément inquiétant est noté : lorsque les propos des suspects ont été recueillis à l’aide d’un interrogatoire accusateur, le nombre de fausses accusations (juger qu’un suspect ment alors qu’il dit la vérité) est significativement plus élevé !
Le simple fait d’observer les interrogatoires ne permet pas de distinguer avec efficacité le mensonge de la vérité, même lorsque ceux-ci sont réalisés avec une méthode permettant de générer un plus grand nombre d’indices verbaux du mensonge par les suspects. Une méthode d’analyse linguistique de ces énoncés semble alors nécessaire.
[1] Les prédictions sur le comportement des menteurs qui fondent cette méthode ont fait, par ailleurs, l’objet de critiques sévères. Par exemple, elles supposent que les menteurs sont moins coopératifs et apparaissent plus nerveux que les personnes disant la vérité. C’est le contraire qui a été observé. Il est probable, pourtant, que cette technique soit utilisée fréquemment. D’après les données recueillies par Vrij et al (2007), 300 000 professionnels auraient déjà été formés à cette technique dans le monde.

Aldert Vrij et Pär Granhag recommandent aux chercheurs de se concentrer désormais sur les questions que l’interviewer devrait poser à son interlocuteur afin de provoquer l’apparition des indices du mensonge et de maximiser les différences entre mensonge et vérité. Ils suggèrent donc de substituer une approche active de l’interrogatoire à une approche passive.
Par ailleurs, dans la vie de tous les jours, le mensonge est un processus dynamique se manifestant au cours d’interactions sociales. La détection du mensonge et de la vérité est une tâche difficile, certains s'en sortent mieux que d’autres. Les menteurs efficaces, c’est-à-dire les participants qui, en mentant, réussissent à être crédibles, sont ceux qui discriminent le mieux entre mensonge et vérité chez leurs interlocuteurs.
Il existerait donc une aptitude générale au mensonge, qui influencerait à la fois la capacité à produire et à détecter les mensonges. L’étude a de plus montré que cette aptitude ne serait pas liée au niveau intellectuel des sujets (quotient intellectuel), ni même à leur aptitude à l’empathie ou à leur capacité à identifier et à décrire leurs propres émotions.

Mensonge par omission
C'est la dissimulation de la vérité.
Le dicton « toute vérité n'est pas bonne à dire » renvoie aussi à l'idée que, peut-être, toute vérité n'est pas bonne à entendre et entraîne ainsi un "bon" mensonge ou un mensonge "blanc", censé être pour la bonne cause, pour le bien de tous.  
Le mensonge est parfois un signe d'immaturité. Les menteurs ne se sentent responsables que de ce qu'ils ont désiré. S'ils n'ont pas voulu quelque chose, ils déclarent ne pas en être responsables, c'est le destin qui fait les choses c'est un accident. Cela s'appelle "l'inconséquence". Il y a un processus continu de réajustement de l'image de soi. On entend dire qu'une personne qui avoue est une meilleure personne que celle qui n'avoue pas. C'est une voie pour restaurer son amour propre.

Menterie ou mensonge
La menterie est l'énoncé délibéré d'un fait contraire à la vérité. Il ne faut pas la confondre avec la contre-vérité, qui désigne simplement une affirmation inexacte, sans préjuger du fait que le locuteur le sache ou non. 
Le mensonge est une forme de manipulation qui vise à faire croire à l'interlocuteur ce que celui-ci n'aurait pas cru, s'il avait eu accès à la vérité.
Mentir implique le déguisement de la pensée, afin de duper, de tromper. L'intention distingue le mensonge d'autres usages de la parole à des fins autres que la véracité.  
Morale et religion distinguent traditionnellement trois sortes de mensonges :

  • Le mensonge joyeux, énoncé pour plaisanter, mais pas toujours drôle.

  • Le mensonge officieux, que l’on énonce pour rendre service à autrui (pieu mensonge) ou, le plus souvent, à soi-même. Sa gravité est proportionnelle au sujet et aux circonstances. 

  • Le mensonge pernicieux ou malicieux, qui a non seulement l'effet, mais le but de nuire à autrui. C'est le seul vraiment répréhensible.
Mais des motivations très diverses, éventuellement inconscientes, justifient ou auto-justifient des mensonges que H.v Gijseghem classe selon leur gravité6 :

  • Les pseudo-mensonges de l'enfant, souvent ludiques et dits sans aucune intentionnalité malveillante, sont à relier à la créativité naturelle de l'enfant ;
  • Les mensonges-désirs cherchent à nier une réalité frustrante ou inacceptable (selon l'adage, on pourrait d'ailleurs se mentir à soi-même) ;
  • Les mensonges altruistes qui sont censés supposés protéger l'autre (l'enfant, l'ami, l'être aimé, un groupe vulnérable), mais ce type de mensonge peut basculer dans l'abus de pouvoir si l'ignorance ou la faiblesse d'une personne (supposée ne pas pouvoir supporter la vérité) permettent de la manipuler ou de diminuer son autonomie décisionnelle. On peut parfois aussi y voir un manque de courage dans l'évitement d'une recherche commune du chemin qui permettrait de dire la vérité ;
  • Les mensonges utilitaires, pour acquérir un bien ou un service, préserver l'amour de quelqu'un ou s'éviter une sanction ;
  • Les mensonges hostiles, nourris par la haine et l'envie, sont proférés dans le but de nuire.
Benjamin Constant, dans son célèbre débat avec Emmanuel Kant, défend le « droit de mentir ». 

Si vous mentez et que vous êtes tellement investi dans ce mensonge que vous ne pouvez pas vous permettre de reculer de peur de faire sans excuse figure de menteur, alors vous allez de l'avant, non ? Si vous aviez en outre une sorte de trouble de la personnalité narcissique vous faisant croire que vous êtes plus intelligent que ceux de votre entourage, vous perpétueriez également la saga en raison de l'attention qu'on vous porte.

Menteur vs Mythomane
Le menteur sait qu'il ment, le mythomane ne sait pas qu'il ment, il croit à ce qu'il dit. Le menteur cache une vérité qu'il connaît. Le mythomane ne cache pas une vérité qu'il ne connait pas, il n'accepte pas la vérité, la fiction est plus intéressante que la réalité, donc elle devient la vérité. Il s'agit de sauver l'image que l'on se fait de soi-même, c'est une variation sur le thème de l'égotisme, de l'égocentrisme ou du narcissisme. 

Au départ le but du menteur n'est pas de mentir, de tromper les autres, le but est au contraire de rester cohérent avec l'image que les autres se font de vous. Implique grand narcissisme. Un ensemble de circonstances fait que ça peut se produire et si personne ne pose la question qui dérange, ça continue selon la dynamique du succès.

"Un banal accident et une injustice peuvent provoquer la folie. Pardon" JC Romand


Mère

Si les affaires mettant en cause une mère marquent tant les esprits, c’est qu’entre la femme et notre société s’est glissée l’image de la Vierge Marie, avançait la psychanalyste Françoise Dolto. Nous serions donc victimes de nos stéréotypes, comme l’explique à son tour le psychiatre Daniel Zagury : Nous ne parvenons pas à nous libérer du mythe de la mère et de sa pureté. Les crimes de femmes sont souvent marqués par des passions au sens propre du terme. A la différence des hommes, plus pulsionnels. Plonger dans cette noirceur, c’est accepter de bousculer beaucoup de certitudes.

Toute mère dont l'enfant disparaît fait d'emblée l'objet – au Portugal plus qu'ailleurs peut-être, n'est-ce pas à Fatima qu'est apparue "Nossa Senhora" ? – de la compassion de tous, car il est dans l'ordre des choses que rien de pire ne puisse arriver à une mère. Protégée par la compassion générale, avec l'apostolique et romaine religion en veine de sens eu égard aux circonstances et brandissant l'étendard de "l'espoir vaut la force", la belle Kate MC lança des appels à l'aide qui firent le tour du monde et rendirent célèbres Madeleine et sa propre personne. Devant les caméras et sous les flashes des photographes son visage de madone semblait souvent de pierre, ses gestes contrôlés, son affliction maîtrisée. Si l'impression était qu'elle récitait un texte appris par cœur, fallait-il pour autant la soupçonner de mensonge ? Ne fallait-il pas plutôt suspecter une grande insécurité ?

Lorsque, par un revirement cruel, elle devint presque du jour au lendemain celle dont tout le monde commençait à douter, il s'avéra impossible d'échapper au broyage d'une machine médiatique que le clan MC avait habilement mise sur pied avec des soutiens financiers considérables et probablement quelques appuis politiques. Ils n'avaient pas prévu qu'elle les mettrait au-dessus du volcan et que l'être humain ne peut différer à l'infini le travail de deuil.

Quoi de plus vendeur le jour de la fête des mères, dans l'esprit même de cette fête commerciale, que de sentimentalement déployer l'image de l'innocente et orpheline Kate MC ? Est-ce de la distraction ou de la roublardise ? Est-ce la livrer en pâture à des spectateurs avides de pain et de jeux ? Est-ce un peu de tout cela ? Coupable ou pas coupable ? Sympathique ou irritante ? Arrogante ou attendrissante ? L'attaché de relations publiques veille, opiniâtre, et étouffe dans l’œuf ces interrogations : les MC font tout ce qu'ils peuvent pour retrouver leur enfant et maintenir son nom présent dans les esprits.

Il y a la marque MC, avec ses conseillers, ses rubans de poignet, ses slogans, son attaché de relations publiques et ses entrées dans les sphères du pouvoir politique.

Mise hors de cause
Personne ne peut être mis hors de cause par manque de preuve de son implication.. On peut être éliminé en raison d'un alibi irréfutable qui vous place ailleurs que sur le lieu du crime à l'heure du crime. Dans l'affaire MC personne ne sait si un crime a été commis et si c'est le cas à quelle heure.

Tous les criminels du monde sont légalement innocents jusqu'à ce qu'ils soient déclarés coupables. Cela n'empêche pas de les soupçonner et d'enquêter sur eux.

Être éliminé n'est pas la même chose que ne pas être un suspect.

Pour exclure une personne de tout soupçon, il faut des preuves irréfutables de sa non-participation à un crime. Il n'y a pas cela dans l'affaire MC, les trois arguidos (suspects) ont vu leur statut supprimé en raison d'un manque de preuves et non pas parce qu'ils ont été prouvés innocents.


Monopole

Les monopoles ont ceci de néfaste que, lorsqu’ils ne reposent pas sur la performance, ils confèrent à leurs bénéficiaires un sentiment de toute-puissance qui leur permet de s’abstraire des réalités, de vivre dans le confort rentier de leurs illusions incontestables et de museler ceux qui, d’aventure, auraient l’audace de les remettre en cause.impose son monopole intellectuel sur le débat public en France depuis des années, excluant ceux qui s’en distinguent.

dès lors qu’elle détient la vérité, toute dissidence d’opinion ne sert qu’à multiplier les risques d’erreur (et une erreur délibérée est une faute…).

Le monopole n’a pas besoin de se confronter à la réalité.

Les monopoles finissent souvent par s’effondrer, leurs certitudes alimentant leurs turpitudes. Ils subissent l’assaut des modèles alternatifs, qui étouffent de subir leur pression injuste et leur position injustifiée. Le monopole de la gauche morale s’effrite ainsi depuis quelques années, sous les coups de boutoir des électeurs humiliés par la déconnexion qu’ils perçoivent entre le discours officiel et leur réalité sociale. La concurrence des idées va reprendre de la vigueur ; mais il est à craindre que ce ne soit au profit de celles de la colère révoltée…


Mort

Il est possible que Madeleine soit morte à l'intérieur de l'appartement 5A ou dans le patio, ou ailleurs, aux mains d'un ravisseur occasionnel, le cirque médiatique transformant toutefois sa séquestration en risque démesuré pour l'auteur. Il est possible aussi qu'elle soit sortie dans la rue, à la recherche de ses parents, ait été renversée par une voiture dont le conducteur, la rue étant mal éclairée, l'aurait vue trop tard et, horrifié, se serait débarrassé de son corps dans un trou assez profond pour le mettre à l'abri des animaux prédateurs.

GA penche pour cette hypothèse-là, en partie parce que les autres pistes n'ont rien donné, l'une (l'enlèvement) s'étant révélée pratiquement impossible, en partie parce que deux chiens, britanniques et réputés, ont "marqué" l'un l'odeur de cadavre, l'autre celle de sang, dans l'appartement 5A notamment, en partie enfin parce que une petite fille, les bras ballants, et ressemblant fort à Madeleine, a été vue pas très loin du 5A, contre l'épaule d'un homme, par plusieurs témoins.

Toutefois, si la mort est le plus probable, comment en attribuer la responsabilité à quelqu'un sans savoir si, de quoi et comment Madeleine a cessé d'être ? Tant que le ou les témoin(s) de cette mort garderont le silence (pour de bonnes raisons qui, peut-être, sont devenues ou deviendront de mauvaises raisons), on ne saura rien de tangible. Un jour un pêcheur ramènera dans son filet un tibia dont on analysera l'ADN et qui confirmera la mort de Madeleine, rien d'autre.

Toutefois, d'autres hypothèses sont possibles.


Mots (et malentendus)
L'imprécision des mots dans les propos, la substitution d'un terme à un autre à des fins d'euphémisation qui font le bonheur du poète, font aussi le lit des malentendus, par lesquels le tragique s’insinue dans les relations humaines et transforme la discussion en dialogue de sourds avant même que les bouches n’aient le temps de s’ouvrir. Il est ainsi des débats qui sont devenus, par la force des choses, des drames mettant en scène des interlocuteurs qui ne se comprennent pas et qui, plus pressés de trouver un coupable à blâmer qu’une explication, s’empressent de rejeter mutuellement la faute de cette incompréhension sur un autre.

Le mot “chien” n’a jamais mordu personne. F. de Saussure
Les mots sont têtus et ont l’esprit indépendant. On ne peut imposer un mot dans le corps social, ou au contraire en limiter l’usage. Le mot blog, par exemple, s’est imposé malgré la recommandation de le nommer bloc-notes. Le mot plagiat, quant à lui, se maintient vaillamment aux côtés du plus convenable contrefaçon. Et que dire de la fortune du terme parasitisme ! En bref, il vaut mieux s’interroger sur la prégnance d’un terme que se réfugier dans le déni de réalité. Pragmatisme exige.
En réalité, il y a de fortes chances pour que le mot piratage soit utile à la réflexion. D’abord, le terme est singulier. Le mot contrefaçon aurait pu suffire, mais parler de piratage est plus évocateur. Comme souvent dans le cyberespace, c’est une métaphore maritime : pirate, piratage, piraterie, surfer, navigateur, flux (d’information), streaming, ancre, filtre, phishing (hameçonnage), eBay, débit (haut débit). Même le blog a des sources nautiques : c’est la contraction de web et de log (qui désignent les journaux de bord de la marine). Les métaphores sont précieuses pour désigner des phénomènes nouveaux.



Mourning sickness et peur comme facteurs de cohésion sociale
Il y a une quinzaine d'années, le sociologue britannique Frank Furedi parla de "mourning sickness", "mal du deuil", pour décrire la tendance montante à exprimer publiquement sa peine et ses émotions face à un désastre ou une mort. Comme les sociétés occidentales ont évolué en se fragmentant de plus en plus, les problèmes sociaux ont été redistribués en problèmes émotionnels tandis que les émotions privées devenaient matière à consommation publique. À une époque où les institutions traditionnelles comme les trade unions, les partis politiques, l'Église et la nation ont withered et où les leaders politiques ont perdu le contact avec le public, la manifestation publique des émotions est devenu une manière de remould l'identité et de tisser des liens sociaux.
La plus frappante expression d'un tel mal de deuil est peut-être la réaction à la mort de la princesse Diana dans un accident d'auto à Paris en août 1997. Une femme qui avait été auparavant passablement ridiculisée s'est trouvée transformée en sainte princesse du peuple. Le prix des fleurs à Londres a grimpé de 25% à cause des 10 mille tonnes de bouquets déposés devant les grilles des palais de Buckingham et de Kensington.
Jadis les Britanniques étaient réputés pour exhiber une lèvre supérieure rigide et souffrir avec stoicisme. Aujourd'hui s'émouvoir en public est devenu aussi britannique que la princesse Di elle-même. En 1997 il a fallu la mort d'une princesse pour elicit une telle réponse. Dix années plus tard, les morts de célébrités mineures ou de figures inconnues sont également susceptibles de elicit de grands déversements émotionnels.
Certains commentateurs ont accueilli cette nouvelle expressivité publique comme la manifestation d'une plus grande maturité émotionnelles. Mais ce qui s'exhibe ce ne sont pas des sentiments authentiques de cœur souffrant, mais des émotions ersatz qui s'y substituent. Les vrais émotions, comme la peine que cause la mort d'un être aimé, vous habitent et transforment votre vie de maintes manières. L'hystérie qui a salué la mort de la princesse Diana ou qui maintenant swirls autour de l'affaire Madeleine MC est construite sur une angst manufacturée qui, dans quelques mois, s'attachera à un autre objet de peine lorsque l'attention sera attirée vers une autre victime tragique.
Si l'affaire Madeleine montre à quel point nous en sommes arrivés à rely sur des émotions ersats comme une forme de colle sociale, elle montre aussi que l'une des rares émotions réelles qui relient les gens est la peur. Dans notre monde insécure, la peur a surgi comme un moye-clef de se relate à la société. La peur n'est pas seulement associée à des menaces catastrophiques de haut profil comme le terrorisme ou le réchauffement global, mais, comme dit l'écrivain Phil Hubbard, "sature les espaces sociaux de la vie quotidienne".
Et qu'est-ce qui pourrait créer plus de peur que l'enlèvement d'une fillette par un prédateur ? Dans notre culture de la peur, chaque enfant est vu comme une victime potentielle et chaque adulte comme une menace potentielle. "L'enfer c'est les autres", dit Sartre, et c'est certainement la manière dont nous avons tendance à nous voir les uns les autres, ces temps.





MSM  (médias grand public) 
C'est l'abréviation (main stream media) utilisée pour désigner collectivement les grands médias influents qui reflètent et façonnent les courants de pensée dominants. Le terme est utilisé pour contraster avec d'autres médias pouvant contenir plus de pensée plus dissidente car ils ne reflètent pas l’opinion dominante.
Le terme est souvent utilisé pour les grands conglomérats d'informations, y compris les journaux et les médias audiovisuels, qui ont subi des fusions successives dans de nombreux pays. La concentration de la propriété des médias a suscité des inquiétudes quant à une homogénéisation des points de vue présentés aux consommateurs de nouvelles. Par conséquent, le terme MSM a été largement utilisé dans les conversations et la blogosphère, souvent dans un sens opposé, péjoratif ou méprisant, dans les discussions sur les médias de masse et les préjugés des médias.
Selon Noam Chomsky, des organisations médiatiques ayant un public d'élite comme CBS News et The New York Times, des entreprises prospères disposant des atouts nécessaires pour produire des reportages originaux, donnent le ton à d'autres organisations de presse plus petites manquant de ressources en créant des conversations qui descendent en cascade jusqu’à des agences de presse plus petites utilisant Associated Press et d’autres moyens de regroupement. La presse des élites choisit l’ordre du jour et les plus petites organisations s'y conforment.



Münchausen Syndrome By Proxy

On parle de MSBP lorsqu'une mère blesse délibérément son enfant pour éveiller l'attention des services médicaux. La mère, ainsi gratifiée, ne cherche pas à tuer l'enfant, ce qui la priverait de l'exercice de ses manipulations et pourrait aussi éveiller des soupçons, voire susciter une enquête. Toutefois les lésions ou le syndrome doivent être assez sévères pour assurer une intervention médicale d'urgence ; si, comme il arrive souvent, la mère calcule mal et que l'enfant meurt, alors le deuil devient un autre moyen de gagner la sympathie.

La dépendance vis-à-vis de l'attention des médias, la recherche d'attention des riches, des puissants et des influents, les constants appels à la sympathique du public sont apparentés au MSBP.

Le dossier médical de Madeleine n'a jamais été transmis à la PJ, malgré ses demandes.