Grâce à la liberté dans les communications, des groupes d’hommes de même nature pourront se réunir et fonder des communautés. Les nations seront dépassées.
Friedrich Nietzsche (Fragments posthumes XIII-883)

2019-08-08

Page 0









-- Par où dois-je commencer, plaise à Votre Majesté ? demanda le Lapin blanc (qui avait chaussé ses lunettes)
-- Commencez par le commencement, dit le Roi d'un ton solennel, et cheminez jusqu'à la fin, ensuite arrêtez-vous.*








Quand les gens se racontaient leur passé avec des histoires, expliquaient leur présent avec des histoires, se figuraient l'avenir avec des histoires, la meilleure place au coin du feu était celle du conteur d'histoires.**

Selon les Nord-Amérindiens lorsqu'on vous raconte un fait, on apprend, lorsqu'on vous raconte une vérité, on  croit, mais lorsqu'on vous raconte une histoire, celle-ci vous reste à jamais gravée dans la mémoire.

Car dans chaque adulte demeure l'enfant qui sommeille.


Ici, toutefois, il n'était pas une fable...
Sont décrits des événements et des actes réels qui forment la trame d'une histoire, celle de ceux qui ont vécu ce temps-là. La fiction doit donc être férocement bannie. La désinformation et sa propagation sont l'ennemi numéro un de la compréhension, voulue à l’œuvre ici comme ailleurs. 
Les spéculations médiatiques ont conduit le bal et épanché dans les esprits des opinions sans fondement, malheureusement tenues pour des faits. Quand je donne un avis, je m'efforce de mentionner les faits sur lesquels il s'appuie et d'éviter l'argument du "sens commun" ou du "bon sens", celui de tout le monde, autrement dit de personne. 
On pourra lire néanmoins quelques théories qui valent soit par leur ingéniosité, soit par leur notoriété, soit par leur plausibilité. On comprendra assez vite que je ne trouve pas satisfaisante celle des MC, l'enlèvement, pour la simple raison qu'aucune preuve si ténue soit-elle ne l'étaie. 

Je pense que la PJ a fait du bon travail dans des conditions absolument infernales. SY a lancé une opération, "Grange", qui a d'abord procédé à une re-lecture partielle et donc partiale, s'est ensuite perdue dans une enquête biaisée et condamnée à l'échec en raison d'un mandat restrictif. Pourquoi donc ? est sans doute le point le plus intéressant de cette affaire.

Parfois, on vous raconte une très bonne histoire. Si, dans cette histoire, un petit détail cloche et s'il ne peut être expliqué, surveillez de près cette la personne qui raconte l'histoire.
Sherlock Holmes had been leaning back in his chair with his eyes closed and his head sunk in a cushion, but he half opened his lids now and glanced across at his visitor.
"Pray be precise as to details," said he.

(The adventure of the speckled band)


*– Where shall I begin, please your Majesty ? he asked.
– Begin at the beginning, the King said, very gravely, and go on till you come to the end : then stop.
 
Lewis Carroll - Alice in Wonderland

** When people told themselves their past with stories, explained their present with stories, foretold the future with stories, the best place by the fire was kept for the storyteller.



                                                                                                                    Page 1  ici





2019-08-07

Page 1

Il n'y a pas de faits, seulement des interprétations
F. Nietzsche (Fragments posthumes VII)


On n'interprète pas un fait, c'est le fait qui est une interprétation.
Il n’y a de faits que fabriqués, de factum que fictum.



À propos


Ligne de Temps




Bien des années ont passé depuis qu'une mère a hurlé que le lit de sa petite fille était vide et ouverts le volet et la fenêtre, dans la nuit d'un des lieux les plus paisibles de la planète. C'est rapidement et planétairement que le public fut sollicité, surtout du côté des émotions, par une antienne qui le confrontait à cette hantise de tous les parents qu'est la disparition d'un enfant.
On s'en tient ici aux faits qui ont ponctué le temps depuis le fatidique 3 mai 2007, événements évoqués selon la chronologie, ordre certes insuffisant pour leur intelligibilité, mais propre à constituer le socle d'une réflexion. Les jours, au début, les mois ensuite, les trimestres, voire semestres sont regroupés en chapitres.
Les contraintes formelles obligent à répertorier ces chapitres dans "archives du blog" selon l'ordre chronologique de leur parution en temps réel.  
Les plus anciens, les premiers publiés, se trouvent en bas de cette page.

Une chronologie, c'est une bouée pour la mémoire qui flanche. Cette ligne de temps toutefois n'est pas immuable. Il arrive que des éléments tus ou non développés au moment de l'énumération des faits, en raison de leur caractère secondaire, acquièrent plus tard de l'importance. Ce n'est pas le travail de Pénélope qui défait pour pouvoir refaire et piéger le temps, c'est la prise en compte du temps lui-même qui lentement mais sûrement façonne le regard que l'on porte sur ce qui n'est plus et pétrit l'entendement.
De fait-divers assez peu prometteur au départ, la disparition de Madeleine MC est à l'arrivée l'occasion d'une multiplicité de motifs de réflexion, et une échéance toujours recommencée, car n'ont pu être déterminés ni la nature du crime ni l'heure à laquelle l'événement a eu lieu.

 Les pages de ce blog sont donc résolument en cours.

Ce qui est arrivé à Madeleine MC n'a pas été élucidé et il est fort douteux qu'il le soit officiellement jamais. En effet, le Yard, qui s'est attelé à cette tâche en mai 2011, a dû d'emblée prendre le parti de tourner le dos à  la conclusion de l'enquête originelle et, alors que rien, factuellement, ne désignait un enlèvement, a tablé précisément sur tout le contraire. 
Il est légitime et raisonnable, sur le point précis de la disparition, de s'interroger  sur les informations contenues dans le dossier de la police judiciaire portugaise. Avant tout, mais pas seulement.
Sur les colonnes de droite et de gauche figurent les documents auxquels renvoient les chapitres, certains illustrant ou offrant un point de vue critique, d'autres développant ou explicitant, d'autres encore fonctionnant un peu comme le champ/contre-champ au cinéma ou le contrepoint en harmonie.

À droite figurent :
- les documents essentiels du dossier de la PJ (les PJFiles),
les communiqués de Operation Grange, l'équipe de Scotland Yard qui travaille sur l'affaire depuis 2011,
- les témoignages,
- les techniques d'entretien et l'analyse des auditions
- les documents liés aux diverses brigades canines ayant travaillé sur le terrain.
- des écrits divers liés à l'enquête criminelle :
Miscellanées,
- des études psycho et/ou sociologiques : En question,
- les chroniques, opinions et théories sur la disparition de MMC.


À gauche sont recensés :
les documents filmés (chronologiquement) :  interviews des protagonistes, les reportages, les débats sur l'affaire,
Madeleine's Fund regroupe les comptes du fonds créé moins de deux semaines après la disparition de MMC et leur analyse,
- des compléments d'information : Paralipomènes
- Liberté d'expression - Sur la sellette comprend 
. les rapports et décisions de justice liés au long procès qui suivit l'assignation du commissaire Amaral, de l'éditeur Guerra & Paz, du producteur Valentim de Carvalho et de la chaîne TVI par la famille MC,
. une énumération des titres de la presse écrite en 2007,
. les dépositions concernant l'affaire MC dans les travaux de la
Commission Leveson
. et les consultations de la commission parlementaire de la Chambre des communes sur la question de l'éthique et des médias.


Sur la bande horizontale supérieure on trouvera :
- la rubrique Il était une fois est comme la trame du récit, non pas un conte merveilleux, mais une narration où se reflète notre époque de post-vérité, puisque les fausses nouvelles et autres faits alternatifs ont conquis le droit de cité, ne serait-ce que pour être dénoncés ou raillés.
- un glossaire in progress.
- des notions par ordre alphabétique.

La sagesse du précepte de Baruch Spinoza (Traité théologico-politique, chap. I-4) s'impose à l'esprit ici plus que jamais :
Ne pas se gausser, ni se lamenter, ni prendre en horreur, mais comprendre. 






musique de Bruno Sassetti


Alice, deux ans, disparaît mystérieusement de la maternelle. Son père se lance à sa recherche. Il place des caméras dans Lisbonne et analyse systématiquement les images enregistrées et affichées sur les murs de son appartement. Des milliers de visages enfantins hantent la quête obsessionnelle de celui d'Alice.

Alice, Marco Martins, 2005




Afin de former sa propre opinion à partir d'éléments factuels, chacun est encouragé à lire le dossier de la police portugaise, abrégé en PJFiles. Je l'ai moi-même parcouru maintes fois, en large et en travers, à la recherche d'un indice d'enlèvement. Je n'ai rien trouvé, rien non plus qui lave les MC de tout soupçon. 
Depuis les déclarations reproduites ci-dessus, qui n'ont jamais été démenties, la dernière ayant dû être confirmée par la Haute Cour de Justice (2017), car l'innocence était l'argument principal des appelants, d'autres positions ont tenté de s'imposer, mais aucun élément probant n'a été évoqué pour les étayer. Le statu quo est donc encore ce qu'il était en juillet 2008. Jusqu'à nouvel ordre bien entendu.


"Question sans réponse" ? L'anagramme préconise "enquêtons sans espoir".

Survol de l'histoire en un peu plus de 3000 mots, quelques images et deux ou trois références filmiques  ici.


2019
08 - LXVI - Et ne pas réfléchir est plus dangereux encore..
05/07 - LXV. When the legend becomes fact, print the legend !
04 - LXIV. La parole est moitié à qui écoute et moitié à qui parle 
01/03 - LXIII. Illusion, illusion, quand tu nous tiens !


2018
10/12 - LXII. Rien de nouveau sous le soleil.
06/09 - LXI. L'avenir dure longtemps.
 
04/05 LX. C'est que de la vérité on n'a pas tout à apprendre.
01/ 03- LIX. Ein Glaube wie ein Fallbeil, so schwer, so leicht.

2017 
10/12 - LVIII. Se cacher est un plaisir, ne pas être trouvé une catastrophe.
08/09 - LVII. To beguile the time, look like the time.
06/07 - LVI. Dans un mois, dans un an, comment... ?
05 - LV. Will no one dare disturb the sound of silence ?
04 - LIV. Et si, telle Daphné, elle s'était métamorphosée ? 
03 - LIII.  Is the answer blowin' in the wind ?

2016
10/02 - LII. Who in your merry merry month of May..
06/09 - LI. Il faut des dieux apaiser la colère.
02/05 - L. Le syndrome de la femme blanche disparue.

2015 
10/01 - XLIX. Mais où sont les neiges d'antan ?
05/09 - XLVIII. C'était l'époque de la croyance, c'était l'époque de l'incrédulité.
03/04 - XLVII. Est-ce là le visage qui lança aux flots des milliers de vaisseaux?
01/02 - XLVI. L'impossible est une frontière toujours reculante.

2014
11/12 - XLV. Perdue de vue, perdue de vie ?
09/10 - XLIV. Fiction, réalité, coupures de presse... Mais pas d'Auguste Dupin.
07/08 - XLIII. Ô flots abracadabrantesques!
06 - XLII. Du bon usage de l'hypothético-déduction.

05 - XLI. Archéologie d'une investigation.
02/04 - XL. Ces chemins qui ne mènent nulle part.

2013
11/01 - XXXIX. Faire sonner le glas ou les trompettes ?
09/10 - XXXVIII. Jeux de scène et changement de décor.
06/08 - XXXVII. Cherchez et vous trouverez!
03/05 - XXXVI. Transparences et faux-semblants.
  
2012 
11/02 - XXXV. Le réel n'a qu'à bien se tenir. 
06/10 - XXXIV. Écoutes et éclaboussements.
03/05 - XXXIII. Une petite fille virtuelle dans le cyber espace.

2011
10/02 - XXXII. Médias en émoi et Commission Leveson
06/09 - XXXI. Tapage inconséquent mais silencieuse censure
 
02/05 - XXX. Le Yard entre en scène

2010
11/01 - XXIX. Pétitions et prétentions
08/10 - XXVIII. Nouveau monde vs vieille Europe
05/07 - XXVII. L'essentiel est d'avoir des pistes à explorer
02/04 - XXVI. La censure en question


2009
12/01 - XXV. C'est mettre ses conjectures à bien haut prix que d'en faire cuire...
10/11 - XXIV. Haro sur les médias et campagnes médiatiques.
07/09 - XXIII. Fahrenheit 451
05/06 - XXII. Deuxième anniversaire et assignation en référé. 
04 - XXI. Docu-enquête, docu-fiction et reality show.
02/03 - XX. Les médias en question.

2008
11/01 - XIX. Peut-on rire de tout ?
09/10 - XVIII. Plus ça change et plus c'est la même chose.
07/08 - XVII. En marche vers le classement et un certain soulagement.
05/06 - XVI. Échec reconstitutionnel et premier anniversaire de la disparition. 


04 - XV. Mission rogatoire dans le Leicestershire et mission fiction à Bruxelles.
03 - XIV.Un fait sans précédent et trois récits portugais.
02 - XIII. Words, words, words..

2007
12/01 - XII. Home, sweet home!
11 - XI. N'avoir rien à cacher. 
10 - X. Changement de cap.
12/30.09 - IX. Une bonne réputation couvre toutes les fautes.
01/11.09 - VIII. Départ précipité de deux témoins assistés.
08 - VII. La PJ avance, le Vatican recule, tournant ?
07 - VI. Un chasseur d'égarés, un rêve controversé et deux chiens très spéciaux.
06 - V. Choses dites, choses tues.
13/31.05 - IV. Un fonds, un docteur folimage et une bénédiction papale.
05/12.05 - III. Déferlante médiatique et esprit, es-tu là ?
04.05 - II. Et ce qui s'ensuivit.. 
03.05 - I. Tout commença par un lit vide.  

 






2019-08-01

2019 - AOÛ-SET - chap. LXVI






LXVI - Et ne pas réfléchir est plus dangereux encore.. 





L'enlèvement de Joséphine, la fille de Frédéric Dard



Il arriva à Frédéric Dard exactement ce qu'il était en train d'écrire. Au moment où il racontait l'histoire d'un écrivain dont la fille est kidnappée, sa fille Joséphine disparut. C'était comme si la réalité surgissait de la fiction ou si la fiction engendrait la réalité.
Il décrivit l'irréparable, un mal d'horreur, indicible, effroyable.. Tout s'écroulait, on ne pensait plus qu'à la disparue. Il expliqua que la douleur particulière et à nulle autre pareille que ce kidnapping avait suscitée venait de l'incertitude quant au sort de la victime. 
Rien n'est pire que de ne pas savoir. L'assassinat vous précipite dans le deuil tandis que l'enlèvement engendre un mélange de crainte et d'espoir absolument intolérable. À cela s'ajoute la culpabilité de ne pas avoir su protéger son enfant, d'être à l'origine de la souffrance de l'enfant au moment précis où on y pense.
Même si Joséphine fut été assez rapidement retrouvée (la rançon aussi), des années plus tard FD confia qu'on n'est plus jamais le même après avoir vécu un tel enfer.


Impossible Objects 10 "Topology-Disturbing Objects" by Kokichi Sugihara

Dans l'affaire MC toutes sortes de choses auraient pu se produire, on peut s'amuser à les imaginer à condition de ne pas croire que des spéculations non étayées aideront à comprendre ce qui s'est passé. Ce n'est pas parce qu'une chose aurait pu arriver qu'elle s'est produite. Il y va peut-être de la nature humaine de s'interroger et de théoriser, mais cela ne fournit pas de réponses. Pour ce faire il faut investiguer et trouver des éléments factuels probants.
L'objectif n'est pas de déterminer si les MC sont impliqués ou non dans la disparition de leur fille, c'est la tâche de la justice, mais de comprendre quels mécanismes leur ont permis de traverser assez glorieusement l'épreuve portugaise et de ne jamais être inquiétés par les enquêteurs de leur pays, curieusement limités à investiguer le seul enlèvement, non pas l'hypothèse des MC, mais leur doxa.
Statistiquement la probabilité d'un kidnapping est quasiment nulle. Reste la croyance que l'occasion a fait le ravisseur qui ne laisse aucune trace et échappe à tous les enquêteurs, au visage et à l'identité inconnus, insaisissable anti-Fantômas, sans imagination débridée et sans intrigues animées par des courses-poursuites échevelées. De mémoire d'homme aucun enfant britannique ne fut enlevé à l'étranger. Il y a bien eu l'histoire d'un petit garçon (21 mois) qui avait disparu en 1991 sur une île grecque après avoir avoir échappé à la surveillance de sa famille, mais selon le FO rien n'indique qu'il ait été enlevé et récemment des éléments de preuve semblent converger vers l'hypothèse d'un accident dans un chantier avoisinant.
Ceux qui croient que l'enfant a été enlevée sont dérangés par l'idée d'un prédateur pédophile, d'où les contes de fées qui permettent à MM d'être en vie et récupérable en bon état. 

Les gens racontent toutes sortes de choses et on décide de les croire ou non. Être cru n'est pas un droit de l'homme. Vous racontez une histoire à quelqu'un qui en pense ensuite ce qu'il veut. Beaucoup pensent que les MC n'ont pas dit toute la vérité mais la plupart des gens considèrent que les parents ont été négligents et que le fait d'avoir laissé leurs enfants sans surveillance a rendu possible la disparition, quelle qu'en soit la modalité. Si la disparition avait eu lieu au RU, les MC auraient eu plus de problèmes légaux à affronter qu'au Portugal. Il y a aussi quelques croyants, autrement dit des gens qui ignorent délibérément les nombreux aspects étranges de la narration MC et vilipendent ceux qui questionnent ces aspects. Pour ce faire ils n'hésitent pas à défendre l'indéfendable, comme le comportement des parents refusant, par exemple, de collaborer avec la police.
La Cour suprême portugaise a déclaré que les MC n'ont pas été mis hors de cause quant à la disparition de leur fille. Le procureur de la république avait remarqué, en 2008, que, en raison du refus des TP9 de participer à une reconstitution, les MC avaient perdu l'occasion de s'exonérer. C'était leur choix, ils en récoltent les conséquences. Ils ont versé un demi-million de livres en dons publics aux journaux pour maintenir leur histoire à la une pendant un an, même s'ils ont publiquement admis que cela aurait peu d'effet sur la récupération de l'enfant. Comment peuvent-ils alors se plaindre du maintien de l'intérêt du public dans cette affaire? Ils ont remis une petite fortune, donnée par le public, à des détectives privés plus que louches qui ont dilapidé ces sommes. Ils n'ont fait aucun effort pour demander réparation lorsque l'escroc Kevin Halligen a été arrêté, comme si l'argent du public ne comptait pas. 
Scotland Yard a dépensé environ 12 millions de fonds publics sans résultat à ce jour. Le public a évidemment le droit de commenter et de chercher à savoir s'il en a pour son argent.


"The Break of Day"
Made by Perx Puzzles - 1930's

Dans ce puzzle, toutes les pièces ont la même forme (une swastika), d'infinies combinaisons sont possibles puisque, techniquement, chaque pièce peut s'insérer n'importe où. Un seul agencement toutefois reproduit l'image ci-dessus.


À prendre au mot OG, dont la première mission était de découvrir MMC et son ou ses ravisseurs, mission qui semble se réduire actuellement à la compréhension de ce qui s'est passé il y a plus de douze ans, il est clair que Smithman est la clé de l'enquête. On s'attendrait donc à ce que SY ait déployé beaucoup plus d'efforts et de ressources pour l'identifier. Cet argument, pour le moins, aurait plus convaincu les contribuables britanniques que leur argent n'était pas dépensé en vain que la chasse au fantôme. 

SY a accepté une ligne de temps fournie par ceux qui sont statistiquement les plus probables d'être impliqués dans la disparition de MMC. SY ignoré les éléments probants qui jetaient un doute sur la fiabilité de cette ligne de temps. SY l'a utilisée comme alibi pour les parents (Foy) et comme base d'une nouvelle théorie sur le moment où le ravisseur s'est introduit (Redwood). Toutes affirmations fondées sur des éléments impossibles à vérifier. Si la PJ avait agi de la sorte, on l'aurait à juste titre vivement critiquée.
Collaborer avec la PJ ne signifie pas que OG peut dicter à celle-ci ce qu'il convient de faire. Les Portugais n'enquêteront que si OG réussit à les convaincre que cela en vaut la peine. S'ils n'en sont pas convaincus, OG devra s'incliner. Les Britanniques sont les assistants, les Portugais les décideurs, n'en déplaise à la "source proche de la famille ou de l'enquête" évoquée régulièrement et anonymement par la presse. Le message de OG est toujours le même :  toujours en quête de nouveaux "suspects", toujours à court d'argent, toujours sur une dernière piste très prometteuse, mais toujours en plein accord avec les Portugais.

Le fait qu'aucun corps n'ait été retrouvé ne devrait pas entretenir de faux espoirs, une enfant morte est beaucoup plus facile à cacher qu'une enfant vivante. 
La règle du "no body, no murder" de la Common Law (il faut un corps pour prouver un meurtre) serait née de l'affaire "Campden Wonder" survenue dans les années 1660. Un homme disparut et, à la suite d'une enquête, trois personnes furent incriminées et pendues. Deux ans plus tard, la victime présumée apparut bien vivante avec un récit d'enlèvement et d'esclavage en Turquie. Cette sinistre méprise frappa tant les esprits que la règle "pas de corps, pas de meurtre" persista jusqu'au 20ème siècle.

En 1937, une jeune Anglaise, Mona Tinsley, disparut et on soupçonna Frederick Nodder. Il affirma qu'elle était en vie la dernière fois qu'il l'avait vue et on ne le poursuivit que pour enlèvement. On retrouva le corps MT quelque temps plus tard et on poursuivit alors Nodder pour meurtre. Sa défense argumenta qu'il avait déjà été acquitté de cette accusation (non bis in idem, pas deux fois pour la même chose), mais il fut condamné et pendu.

Corpus delicti ne désigne pas un corps humain réel, mais fait référence à l'ensemble des preuves établissant un crime

La règle "no body, no murder" fut finalement abolie à des fins pratiques au Royaume-Uni avec l'affaire de Michail Onufrejczyk en 1954. Il apparut que le fait de la mort, comme tout autre fait, peut être prouvé par une preuve circonstancielle, c'est-à-dire une preuve de faits aboutissant à une conclusion, à condition que le jury soit satisfait et averti qu'il doit conduire à une conclusion seulement.

Des preuves circonstancielles, lorsqu'elles sont suffisantes pour exclure toute autre hypothèse raisonnable, sont recevables.




La "source proche de la famille ou de l'enquête" évoquée anonymement par la presse ne tarit pas. le message est toujours le même - Grange recherche toujours de nouveaux "suspects" absurdes, est toujours à court d'argent, toujours sur une dernière piste prometteuse, toujours en plein accord avec les Portugais.
Pourquoi l’affaire MC attire-t-elle l’attention ? En partie parce que ses parents ont fait en sorte que la jeune victime devienne la petite fille la plus célèbre de la planète, en partie aussi parce que les médias sociaux ont pris position, critiquant les médias traditionnels. Mais surtout parce que les enquêteurs ont conclu que MMC était morte, que ses parents le savaient et avaient caché son corps tout en promouvant une campagne sans précédent pour chercher une petite fille vivante. 
Des éléments probants étayent la théorie de la police, le manque de coopération des parents et leurs déclarations contradictoires sur ce qui s'était passé cette nuit-là va dans ce sens-là. Les MC ont quitté la juridiction de l'affaire juste après avoir été faits "arguidos", c'est-à-dire témoins assistés. 

 C'est la taille de la manchette qui fait l'importance de l'article. Charles Foster Kane, Citizen Kane.
L'intérêt pour ce fait-divers perdure en raison de la manière extraordinaire dont il s'est déroulé. Jamais auparavant des suspects dans une affaire de dimension internationale impliquant la disparition d'un enfant n'avaient été aussi protégés par leur gouvernement. Jamais auparavant des preuves circonstancielles, telles que les alertes des chiens, n'avaient été délibérément balayées par l'équipe de SY chargée de la re-lecture et les médias. Des chiens qui non seulement étaient britanniques mais qui avaient été dressés par le maître-chien le plus expérimenté du moment. Jamais auparavant un État n'avait clamé l'innocence absolue de concitoyens mis en cause, tandis qu'un autre État avait pris la mesure extraordinaire d'affirmer sans ambiguïté que ces mêmes suspects n'avaient jamais été mis hors de cause. C'est pourquoi un tel intérêt persiste pour un événement sans précédent.
On en est toujours là : du bruit qui empêche de comprendre, d'entendre, et se jette sur un fait divers, en fait un spectacle, une rumeur. Plus on en parle et plus il est perçu comme intéressant.  Qu'on parle en bien ou en mal, ce qui importe c'est qu'on en parle. 


Chapeau melon et bottes de cuir


17 – The Sun, qui avait fait circuler une rumeur il y a exactement un an, en 2018, (Les MC se battent pour éviter de verser £ 750K à l'ex-inspecteur, GA, qui a honteusement prétendu qu'ils étaient responsable de la mort de leur fille), semble l'avoir oubliée le 23 mars dernier (Le Sun a vu le dossier de justice montrant que les MC avaient dû payer £ 24 K à l'ex-inspecteur Amaral - et maintenant, ils vont devoir encore payer 5500 £ destinées à couvrir les frais supplémentaires encourus par ses avocats qui défendent le dernier recours des MC devant la CEDH. Les MC ont peut-être dû payer 24 000 £, mais la raison invoquée pour les 5500 £ est ridicule. 
Aujourd'hui The Sun admet que la CEDH n'a pas encore jugé recevable, ou non, la requête des MC, mais suggère, infoxiquement, que la CEDH pourrait accorder des dommages et intérêts ou une indemnisation à GA, qui n'est évidemment pas impliqué dans une affaire MC vs PT.















2019-05-18

2019 - MAI/JUI - chap. LXV

Page précédente



LXV - When the legend becomes fact, print the legend !




 

Le journaliste Maxwell Scott (Carleton Young) vient d'entendre le récit du sénateur Ransom Stoddard (James Stewart), devenu célèbre pour avoir tué le hors-la-loi Liberty Valance. Scott réalise que la carrière de Stoddard est fondée non sur un fait, mais sur un mythe. Il déchire alors les notes qu'il vient de prendre et proclame que lorsque la fiction déborde la réalité, c'est au mythe qu'il faut donner l'imprimatur. S'il n'hésite pas à faire le choix de la légende c'est qu'elle fait vendre davantage de journaux. Dans l'Ouest et ailleurs. 
Toute légende est une histoire relatant des événements inventés, souvent à partir d'un fait réel, dont les gens croient d'autant plus qu'ils ont eu lieu et qu'ils sont vrais que l'histoire est convaincante. Les gros titres des journaux de l'époque annonçaient des histoires sensationnalistes. Ce genre misant sur les techniques de tape-à-l’œil - qualifié par les Anglo-saxons de "journalisme jaune" (en raison de la couleur du papier) et précurseur des tabloïds d’aujourd’hui - était soutenu par des "romans à trois sous" sur le Far West, aussi fantaisistes que populaires après 1850. Ce que le public demandait, le public l’obtenait. Et ce qu'on lui fournissait, il y croyait. Tout élément remettant en question cette croyance aurait obligé à changer de manière de penser, un acte cognitivement coûteux. La conviction que, dans les journaux, une fiction juteuse à laquelle le public croit est mieux reçue que les faits ressortit au cynisme.
La réplique, si irrésistible qu'on la cite souvent, constitua rapidement une sorte de cri de ralliement à la «licence poétique» et à la liberté d’expression, justifiant la publication de nouvelles dans un but purement lucratif et à des fins de divertissement, sous l'égide de la «liberté de la presse».
Dans les années 80, elle devint un trope, une convention de narration, un raccourci pour décrire une situation reconnue par le public. On l'utilise pour recadrer des événements passés afin de répondre aux besoins actuels, comme dans le cas des fausses informations.


Quelle est l'état des lieux de l'affaire MC douze ans plus tard ? 
MMC est censée s'être dissipée comme une vapeur alors qu'elle se trouvait dans son lit et que ses parents étaient absents. Ils sont les dernières personnes à l'avoir vue. Dès la première heure leur narration est qu'un inconnu l'a emmenée. Il n'y a cependant aucune preuve tangible à l'appui de ce qui n'est au mieux qu'une croyance. On conviendra donc que leur narrative dépend hautement de leur crédibilité. Si certains éléments de leur narration ne s'ajustent pas, cela nuit à leur crédibilité et donc à leur histoire.

01 – La commissaire Cressida Dick fait état de lignes d'enquête en cours concernant l'affaire MC et "pense que le public s'attend à ce que SY les mène à bien" : une très petite équipe continue de travailler sur cette affaire avec des collègue portugais et nous avons déposé une demande de financement supplémentaire auprès du Home Office. L'argument des pistes n'a aucune raison de varier, il est irréfutable, pour demander des sous ! CD fait allusion à une "très petite équipe". Il y a des années maintenant que l'équipe est réduite à 3 personnes...
Il est difficile de calculer le total des fonds dépensés par le Portugal car les détectives chargés d’enquêter disposent d’un budget global concernant toutes les personnes disparues au même moment.


02 – Podcast 183, Victimology and Time Line, de la série Real Crime Profile sur l'affaire MC. 
Selon Jim Clemente, la ligne de temps est sujette à controverse car la police n'a pas agi assez rapidement. À son avis, tous les membres du groupe auraient dû être séparés immédiatement et étroitement interrogés. On ne peut qu'y souscrire et certes cela aurait aidé à clarifier la ligne de temps, mais faut-il vraiment croire que, dans le contexte particulier de PdL, les polices américaine et britannique auraient immédiatement réagi de la sorte ? Est-il raisonnable de critiquer la police portugaise pour avoir omis de faire ce que la police britannique et américaine auraient hypothétiquement fait ?
Une des sonnettes d'alarme sur lesquelles Laura Richards et JC s’entendent est le fait que Kate n'a pas vérifié que les jumeaux allaient bien quand elle a réalisé que Madeleine avait disparu et qu’elle les a laissés seuls, fenêtre ouverte etc. pour aller avertir les autres (32:00). Ils s'étonnent aussi qu'elle n'ait pas appelé le nom de Madeleine alors qu'elle la cherchait dans l'appartement.


03 – Il est amusant  de voir le jour mondial de la liberté de la presse coïncider avec le jour anniversaire d'une disparition à propos de laquelle s'est exercée tant de censure. Le Portugal a la 12è place, juste avant l'Allemagne, la France la 32è et le Royaume-Uni la 33è.

Reporters sans frontières

12 ans plus tard :
Comme tout le monde, les policiers qui mènent une enquête se font évidemment une idée de ce qui a pu se passer. Ce qu'ils doivent éviter à tout pris, c'est de laisser leurs opinions se changer en convictions fermes, ce qu'elles  tendent à devenir, le temps passant et rien de nouveau n'apparaissant à l'horizon. Les premiers enquêteurs, par exemple, ne se sont pas fiés à Gerald MC quant à la dernière fois où Madeleine MC avait été vue, mais ils ont considéré que le témoignage de Cat B, étant indépendant, confirmait la présence de MMC à 17:30 au "high tea" du Tapas. Or Cat B dit qu'elle y a vu Kate MC (qui n'y était pas) et non GMC (qui y était).  


En revanche, SY, qui est passé sans état d'âme du "pas d'indication de crime" du MP à "indication d'enlèvement", apparaît comme formant des hypothèses tenues ensuite pour des faits. Simon Foy croit-il dur comme fer à ce qu'il dit ou s'interdit-il de remettre en question une croyance qui s'est, on ne sait bien comment, ancrée dans son esprit ?
Il était parfaitement clair pour nous que les propres MC n'avaient rien à voir avec la disparition proprement dite ... Il était évident… que.. vous savez..tout concourait au fait qu'ils étaient, vous savez, là où ils étaient quand l'enfant a disparu.
Tout le monde conviendra que cette affirmation, bien que drôle, n'a ni queue ni tête. Foy suppose ici connue l'heure où MMC a disparu. Or il n'en sait rien. On le prend donc en flagrant délit de décider de ce à quoi il croit ou qui il croit. Faut-il s'étonner qu'une enquête fondée sur de telles prémisses s'étire dans le temps (8 ans) sans aucun résultat ? Faut-il espérer que, l'opinion publique étant maintenant passablement convaincue d'avoir été dupée, l'archivage du dossier serait un plus grand embarras pour la nation que de révéler la vérité?


Aucune force de police ne prend au mot la qualification du crime suggérée par les protagonistes. Toutes les possibilités doivent être envisagées, la crédulité n'est pas de mise. Crier "enlèvement" n'a marché qu'avec SY.
Une enquête criminelle consiste à rechercher des faits. À moins qu'une information apportée par un témoin ne soit confirmée de manière indépendante, on ne peut pas parler de fait. Par conséquent, il ne s'agit ni ne pas y croire ni d'y croire. Les deux possibilités doivent rester sur la table.
Un fait est un fait, quelle que soit la source
Une vérité est une vérité, quelle que soit la source

Message obligé sur le site officiel : 
C’est à nouveau cette période de l’année. Nous aimerions que les deux premières semaines de mai avancent à toute vitesse, mais c'est incontournable.

Les mois et les années passent trop vite (sauf les 15 premiers jours de mai..) ; Madeleine aura seize ans ce mois-ci. Il est impossible de décrire avec des mots ce que nous ressentons. Il est rassurant de savoir que l'enquête se poursuit et que de nombreuses personnes dans le monde restent vigilantes. Merci à tous ceux qui continuent à nous soutenir par leur espoir et leur conviction. Aussi longtemps qu'il faudra... 


– Journal espagnol El Correo : Interview de l'ex-inspecteur/auteur Francisco Moita Flores.

Pendant ce temps, en guise de lot de consolation, le Correio da Manhã, qui mange à tous les râteliers et donc raconte n'importe quoi selon l'air du temps, sensationnalise que la PJ, dotée de moyens nouveaux, suit...une nouvelle piste.  L'info, selon les tabloïds, aurait été fournie par SY (remarquable collaboration). Naturellement quelque serial kidnapper britannique ou prisonnier en Allemagne, ou pédophile ou mort. La nouvelle, guère nouvelle, ayant suscité de nombreux appels, la propre PJ a dû sortir de sa tannière pour faire savoir que, l'enquête sur la disparition de MMC étant en cours, elle n'en dirait pas plus.

Rua Segura (CMTV) consacre une heure aux "derniers développements" de l'affaire MC. Sont invités à débattre le psychologue Paulo Sargento, le policier syndicaliste Carlos Anjos et Francisco Moita Flores. Courte intervention de l'inspecteur de la PJ devenu juge, Manuel Rodrigues.
Croyants et fans du kidnapping, s'abstenir. Transcription ici.


04 – Si les enquêtes respectives de la PJ et de SY sont au niveau de ce qu'en disent les tabloïds, il y a de quoi s'indigner de l'usage fait des deniers publics. Lire transcription ici.
 


05 – Nouveau succès aujourd'hui de l'alerte "enlèvement". Grâce à ce dispositif, déclenché à 23 reprises depuis sa mise sur pied en France en 2006, on a dans 100% des cas retrouvé l'enfant sain et sauf. On n'y fait pas appel plus souvent car des critères très stricts doivent être présents, faute de quoi le dispositif risquerait d'être contre-productif.

09 – Dernier et  Dixième épisode de la série "Maddie" de Mark Saunokonoko (9News) : May 3. Selon l'ex-commissaire Gonçalo Amaral, une des pistes d'enquête manquées était liée à certaines dépositions (les Gaspar Papers, mais il ne les nomme pas) arrivées trop tard et probablement officieusement.




   
Podcast 184, Victimology and the Investigation, de la série Real Crime Profile de Laura Richards et Jim Clemente.
Cet épisode semble être une répétition du 183. Laura Richards souligne que l'examen d'autres affaires d'enfants disparus n'apporte parfois aucune réponse, car il est toujours possible que l'on soit face à quelque chose de nouveau et d'unique.


12 – Affaire Davis au Texas : une petite fille de 4 ans prétendument enlevée, deux chiens "cadavre" sentent la mort dans le coffre de la voiture de l'ex-partenaire de la mère.

15 – Podcast 185, Breaking it Down, de la série Real Crime Profile sur l'affaire MC.
Pourquoi Madeleine et pas un des jumeaux? Jim Clemente dit qu'un enlèvement en vue d'une adoption aurait ciblé l'un des plus jeunes enfants. Il pense donc que le motif était soit sexuel, soit un trafic (vente). Laura Richards s'interroge sur le fait qu'ils aient fermé la fenêtre et le volet, polluant des éléments de preuve, plutôt qu'emmener les jumeaux dans la chambre des parents, par exemple.
Ils semblent, Jim surtout, inconscients du fonctionnement du volet et de la manière dont il reste ouvert.

Laura Richards déclare fermement qu'elle n'a aucune confiance dans les lignes de temps élaborées par le groupe.

21 – La série de podcasts de Mark Saunokonoko est terminée, mais les articles continuent à pleuvoir..
Voir ici, ici et encore ici.

22 – Californie : le juge chargé de superviser le procès de Mark Redwine, accusé d'avoir tué son fils Dylan, âgé de 13 ans, confirme la décision d'autoriser comme preuves les alertes des chiens "cadavre", malgré l'argument de la défense pour qui ces preuves ne sont ni scientifiques ni fiables.
Les chiens ont alerté à l'odeur de restes humains dans le salon de Redwine et dans sa camionnette, selon l'acte d'accusation. Ce que la défense met en cause est la capacité de détection des mois après le retrait du cadavre. Une partie des restes de Dylan Redwine,  disparu de la maison de son père en novembre 2012, avaient été retrouvés en juin 2013. Une sorte d'explication ici


Podcast 186, Linkage Analysis, de la série Real Crime Profile sur l'affaire MC.

23 – "Ce qui n'est sûrement pas arrivé à MMC, c'est un kidnapping", déclare Moita Flores dans "Le mystère de Madeleine McCann" de Investigative Discovery (voir avril dernier) où, pendant deux heures, Moita Flores, Gonçalo Amaral et l'ex-procureur général de la république Pinto Monteiro, entre autres, tentent de donner une explication à la disparition la plus médiatisée de la planète. 

29 – Podcast 187, Clearing the ground from under your feet, de la série Real Crime Profile sur l'affaire MC. Jim Clemente et Laura Richards critiquent les enquêteurs portugais mais ils critiquent également Operation Grange. Aucun d'eux, à leur avis, n'a fait place nette au début de leurs enquêtes respectives. Jim pense que la PJ aurait dû, à minuit, séparer le groupe et interroger chacun à part et à fond. Ni l'un ni l'autre n'indiquent comment cela aurait pu être organisé. Le personnel de la PJ aurait-il dû être appelé? Les interprètes être réveillés ? Et quid des 7 enfants endormis ? Il est facile de critiquer avec le recul. 
Mais la PJ aurait pu en faire plus quant à la ligne de temps, une fois qu’elle a commencé à douter, avec raison.
JC pense clairement que c'était une grosse erreur de laisser les protagonistes «contaminer» leurs souvenirs respectifs. Le changement d'histoire de Dianne Webster en est un bon exemple. Elle a catégoriquement nié avoir vu Matt en route pour le Tapas, puis s'en est "souvenue" un an plus tard, après que sa fille et son gendre le lui aient "rappelé".
Laura Richards remarque que OG n'a pas commencé au commencement, bien que Andy Redwood ait prétendu le contraire.  

Dans The Guardian, Angela Gallop revient à la charge (voir ses déclarations du 18.02.2019) et estime  que les MC ont été desservis par la science médico-légale, en partie parce que les analyses avaient été faites dans un pays moins structuré que le RU. Mais pour le peu qui avait été fait au RU, on a utilisé une technique ADN très sensible. (AG) pense que les résultats ont été surinterprétés et que cela a augmenté les problèmes.
Voilà un exemple de discours du haut d'une expertise mais dans l'ignorance des faits. Est-ce un "ôtez-vous de là que je m'y mette !" ?



Juin

 
05  – Le Home Office annonce qu'un financement "similaire" à l'année 2018/19 (300 mille livres) serait octroyé à nouveau, mais la décision finale sur le montant ne sera pas prise avant octobre prochain. Voilà pour la chasse au ravisseur, une sorte de chasse au snark, unknown and not even physically described. Seek him with thimbles, seek him with care, pursue him with forks and hope, threaten his life with a railway-share, charm him with smiles and soap. 
Selon une source non identifiée, l'objectif essentiel serait d'assainir les choses et éliminer les hypothèses plutôt que de rechercher une avancée spectaculaire pouvant tout débloquer. Rien d'imminent donc à signaler, cette fois-ci, et aucune nouvelle piste prometteuse ! Au moins "ils" appellent un chat un chat.
Combien de temps faudra-t-il aux autorités britanniques pour déclarer que sans preuve d'entrée, de présence et de sortie du G5A, l'enlèvement n'est ni soutenable ni défendable ? La sortie volontaire de l'enfant reste le seul refuge pour éviter la confrontation avec les faits dérangeants.  Goosey, Goosey Gander, Where Shall I Wander?
Tous les financements du HO sont visibles ici.  SY n'a en tout cas pas à se justifier :
Lorsqu'il examine des demandes de subvention spéciales, le Home Office ne se prononce pas sur la poursuite d'une enquête, c'est l'affaire opérationnelle de la police.
Podcast 188, Differing Views, de la série  Real Crime Profile de Laura Richards et Jim Clemente. Les inexactitudes sont si nombreuses (surtout venant de Clemente) que les bras vous tombent à l'idée qu'elles vont s'infiltrer dans les esprits.


A l’origine de la post-vérité et des populismes, il y a une dérive des mots. La parole détournée sert à agir plutôt qu’à dire le vrai. On parle de « sophisme », de produit d’un raisonnement erroné ou bancal. Les premiers philosophes sophistes (Protagoras, Gorgias, Antiphon…) ne visaient pourtant pas la découverte de la vérité, ils enseignaient seulement la fonction rhétorique du discours, donc la force du langage, qui permet à la parole d’agir sur les choses et de faire advenir une réalité par les mots.

À l'époque des fake news et des alternative news, que vise à produire le discours et comment le produit-il ? Quand on fait des choses avec les mots, que fait-on de la vérité ?
La vérité est un biais qu’il faut déconstruire pour comprendre ce que font vraiment les mots. Nous ne sommes plus dans l'ère des grands récits, nous sommes dans celle du storytelling, autrement dit dans une mise en récit qui rassure et offre une alternative à la complexité. Que faut-il craindre ? La domination triomphante de la communication sur la parole où le mensonge s’impose en vérité, qu’il soit crédible ou non, et s’impose à tous en raison de l’autorité du locuteur à qui il suffit d'accaparer le pouvoir des mots.
La libération de la parole n’a jamais paru si nécessaire, et les fractures sociales, auxquelles s’ajoutent les fractures linguistiques, si vives. Pour revenir aux grands récits sans tomber dans le storytelling, et pour parer le piège de la post-vérité, il faudrait renouer avec les humanités qui sauvent l’intelligence et la subtilité.


07  – Pieds sur terre : Nick Ferrari (Sky News) expose sa perplexité quant à la prolongation sine die de Operation Grange.  Répugnant ou réaliste?, déclare-t-il, à moins de nouvelles preuves irréfutables, il est "tragiquement" temps de cesser de financer l’enquête MC. Michelle Dewberry explique également pourquoi selon elle le facteur "classe sociale" a été déterminant dans le traitement de l'affaire.
Should the Maddie investigation continue? | The Pledge (l'engagement)


 


13– Podcast 189, The dogs and the DNA, de la série Real Crime Profile sur l'affaire MC.

19 – Podcast 190, Possibilities and Probabilities, de la série Real Crime Profile sur l'affaire MC. 

21 – Le Portugal est classé 3è (après l'Islande et la Nouvelle-Zélande) pour la sûreté et la sécurité (Global Peace Index) et 5è pays le plus "family friendly"(Unicef). 

24 – En Virginie, un enfant de 2 ans, Noah Tomlin, disparaît de son lit. Le ramassage des ordures est stoppé, mais des pelleteuses fouillent la décharge avoisinante.

25 – La commissaire du Met, Cressida Dick, assure Nick Ferrari, LBC radio, que :
1) SY converse fréquemment avec la police portugaise,
2) (NF mentionnant un "nouveau suspect" évoqué par le Daily Mirror, provenant ou indiqué à la police de Porto), no comment et vous savez que nous travaillons toujours du mieux que nous pouvons. 
3) Ce serait fantastique si l'affaire était (résolue... remarquer qu'elle ne dit pas "si l'on retrouvait MMC"), je ne sais si cela sera, mais nous continuons.. 
4) Il y a des lignes d'investigation et tant qu'il y en aura nous les suivrons. Quand nous serons arrivés au point ou si nous arrivons au point où il n'y a plus de lignes d'investigation actives, nous ferons comme dans tous les affaires similaires, nous fermerons ou laisserons l'affaire dormante si vous préférez, si une nouvelle information apparaît nous serons prêts à la prendre en considération.
Malheureusement, face à la commissaire, NF peine à exprimer ses convictions.




L'article 6 de la déclaration de 1789 affirme que la loi doit être la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse. Que reste-t-il de ce principe gravé dans le marbre si des tenants d'une certaine autorité accordent à Paul ce qu'ils refusent à Pierre, et pendant si longtemps ? Force est de conclure que c'est celui dont l'entourage aura fait le plus de tapage médiatique, ou aura proféré des mensonges si énormes qu'on ne saurait les prendre pour tels ou aura su faire pleurer Margot dans as chaumière avec des arguments filandreux ou aura dénigré policiers et magistrats en les faisant passer pour incompétents ou inhumains, voire corrompus, qui obtiendra gain de cause. Votre sort varie devant la justice selon que vous êtes non plus puissant ou misérable, mais protégé ou non par des réseaux capables de faire le buzz. En d'autres termes, l'arbitraire l'emporte sur les décisions longuement mûries en toute connaissance du dossier.

Sans date : est à présent disponible en français le guide sur l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme (droit au respect de la vie privée et familiale).

29 – Les podcasts sur les faits-divers, et en particulier sur les affaires criminelles non résolues (true crime podcasts), se mettent décidément à pulluler. Voici une nouvelle série, par Truth Seeker qui espère naturellement contribuer au surgissement de nouvelles pistes ou informations. Écouter ici.



Juillet


03 – Les restes du petit Noah T sont trouvés dans une station d'incinération de résidus domestiques. Les policiers qui ont cherché décrivent un véritable enfer.

16 – Tandis que le site officiel encourage toujours les internautes à télécharger le poster d'une MMC de 3 ans avant de partir en vacances, la presse se fait l'écho d'une initiative qui, en 12 ans, n'a produit aucun fruit. 
Et l'australien 9News revient à la charge en matière d'analyse d'ADN (Mark Perlin etc.)




17 – Dans le comté de La Plata (Colorado) et bien que la scientifique et maître-chien cadavre Mary Calk, citée par la défense,  ait argumenté que les composés organiques dégageant une odeur de restes humains sont volatils et ne peuvent être détectés que pendant une semaine tout au plus, le juge J. Wilson autorise l'accusation à utiliser les alertes de deux chiens "cadavre" dans l'affaire Redwine où un père est accusé du meurtre de son fils. Un 3è chien n'est retenu que parce qu'il a été prouvé que le père lui avait donné à sentir un oreiller qui n'avait pas l'odeur de son fils.

Sombre histoire. Le garçon (13 ans) n'aurait jamais dû être contraint par le juge à rendre visite à son père (divorcé) s'il ne voulait pas. s'émouvoir. Sa demande d'être autorisé à habiter chez un ami près de la maison de son père fut également refusée. Son père vint le chercher à l'aéroport et l'emmena chez lui via Wallmart et McDonalds. Ce soir-là, le garçon fixa par SMS) une rencontre avec son ami à 6 h 30 le lendemain matin. Il ne vint pas. Il semble être mort d'une fracture du crâne. Il a fallu un certain temps pour le découvrir car le crâne avait été séparé du reste du corps. Le sang du garçon a été retrouvé dans la maison. Les chiens ont alerté dans la maison et sur la banquette du camion du père.

Comment les chiens sentent-ils ? Bonne question.

Autre question : Vous appelez la police car vous avez découvert, en rentrant chez vous, qu'une fenêtre était ouverte (vous habitez au rez-de-chaussée) et que votre téléviseur a disparu. La police arrive et constate que la fenêtre est fermée (vous l'avez refermée, il faisait froid). Aucun signe d'effraction, aucune trace de pas, aucun indice de passage par la fenêtre, aucune empreinte digitale, fibre, cheveu inconnus, aucun désordre. La police vous interroge et vous finissez par dire que vous aviez laissé entrouverte la porte de votre appartement pour que le chat puisse entrer et sortir. Le détective de la compagnie d'assurance prend connaissance du dossier. Croyez-vous qu'il préconisera de vous dédommager ?








Do you want to know a secret ? Beatles (1963)