Grâce à la liberté dans les communications, des groupes d’hommes de même nature pourront se réunir et fonder des communautés. Les nations seront dépassées.
Friedrich Nietzsche (Fragments posthumes XIII-883)

2019-01-03

Page 0





-- Par où dois-je commencer, plaise à Votre Majesté ? demanda (le Lapin blanc qui avait chaussé ses lunettes)
-- Commencez par le commencement, dit le Roi d'un ton solennel, et continuez à avancer jusqu'à la fin, ensuite arrêtez-vous.*









Quand les gens se racontaient leur passé avec des histoires, expliquaient leur présent avec des histoires, se figuraient l'avenir avec des histoires, c'est au coin du feu que prenait place le conteur d'histoires.**



Les Nord-Amérindiens pensent que lorsqu'on vous raconte un fait, on apprend, que lorsqu'on vous raconte une vérité, on  croit, mais que lorsqu'on vous raconte une histoire, celle-ci reste à jamais gravée dans la mémoire.




*– Where shall I begin, please your Majesty ? he asked.
– Begin at the beginning, the King said, very gravely, and go on till you come to the end : then stop.
 
Lewis Carroll - Alice in Wonderland

** When people told themselves their past with stories, explained their present with stories, foretold the future with stories, the best place by the fire was kept for the storyteller.



                                                                                                                    Page 1 ici





2019-01-02

Page 1

Il n'y a pas de faits, seulement des interprétations
F. Nietzsche (Fragments posthumes VII)


On n'interprète pas un fait, c'est le fait qui est une interprétation.
Il n’y a de faits que fabriqués, de factum que fictum.



À propos


Ligne de Temps




Bien des années ont passé depuis qu'une mère a hurlé que le lit de sa petite fille était vide et ouverts le volet et la fenêtre, dans la nuit d'un des lieux les plus paisibles de la planète. C'est rapidement et planétairement que le public fut sollicité, surtout du côté des émotions, par une antienne qui le confrontait à cette hantise de tous les parents qu'est la disparition d'un enfant.
On s'en tient ici aux faits qui ont ponctué le temps depuis le fatidique 3 mai 2007, événements évoqués selon la chronologie, ordre certes insuffisant pour leur intelligibilité, mais propre à constituer le socle d'une réflexion. Les jours, au début, les mois ensuite, les trimestres, voire semestres sont regroupés en chapitres.
Les contraintes formelles obligent à répertorier ces chapitres dans archives du blog selon l'ordre chronologique de leur parution en temps réel.  
Les plus anciens, les premiers publiés, se trouvent en bas de cette page.

Une chronologie, c'est une bouée pour la mémoire qui flanche. Cette ligne de temps toutefois n'est pas immuable. Il arrive que des éléments tus ou non développés au moment de l'énumération des faits, en raison de leur caractère secondaire, acquièrent plus tard de l'importance. Ce n'est pas le travail de Pénélope qui défait pour pouvoir refaire et piéger le temps, c'est la prise en compte du temps lui-même qui lentement mais sûrement façonne le regard que l'on porte sur ce qui n'est plus et pétrit l'entendement.
De fait-divers assez peu prometteur au départ, la disparition de Madeleine MC est à l'arrivée l'occasion d'une multiplicité de motifs de réflexion, et une échéance toujours recommencée, car le crime n'a pu être déterminé non plus que l'heure à laquelle il s'est produit.

 Les pages de ce blog sont donc résolument en cours.

Ce qui est arrivé à Madeleine MC n'ayant pas été élucidé, et il est fort douteux qu'il le soit jamais, du moins officiellement, puisque le Yard semble ignorer délibérément la conclusion de l'enquête originelle totale absence d'indice permettant de suspecter un enlèvement), il est légitime et raisonnable, sur le point précis de la disparition, de s'interroger  sur les informations contenues dans le dossier de la police judiciaire portugaise. Avant tout, mais pas seulement.
Sur les colonnes de droite et de gauche figurent les documents auxquels renvoient les chapitres, certains illustrant ou offrant un point de vue critique, d'autres développant ou explicitant, d'autres encore fonctionnant un peu comme le champ/contre-champ au cinéma ou le contrepoint en harmonie.

À droite figurent :
- les documents essentiels du dossier de la PJ (les PJFiles),
les communiqués de Operation Grange, l'équipe de Scotland Yard qui travaille sur l'affaire depuis 2011,
- les témoignages,
- les techniques d'entretien et l'analyse des auditions
- les documents liés aux diverses brigades canines ayant travaillé sur le terrain.
- des écrits divers liés à l'enquête criminelle :
Miscellanées,
- des études psycho et/ou sociologiques : En question,
- les chroniques, opinions et théories sur la disparition de MMC.


À gauche sont recensés :
les documents filmés (chronologiquement) :  interviews des protagonistes, les reportages, les débats sur l'affaire,
Madeleine's Fund regroupe les comptes du fonds créé moins de deux semaines après la disparition de MMC et leur analyse,
- des compléments d'information : Paralipomènes
- Liberté d'expression - Sur la sellette comprend 
. les rapports et décisions de justice liés au long procès qui suivit l'assignation du commissaire Amaral, de l'éditeur Guerra & Paz, du producteur Valentim de Carvalho et de la chaîne TVI par la famille MC,
. une énumération des titres de la presse écrite en 2007,
. les dépositions concernant l'affaire MC dans les travaux de la
Commission Leveson
. et les consultations de la commission parlementaire de la Chambre des communes sur la question de l'éthique et des médias.


Sur la bande horizontale supérieure on trouvera :
- la rubrique Il était une fois est comme la trame du récit, non pas un conte merveilleux, mais une narration où se reflète notre époque de post-vérité, puisque les fausses nouvelles et autres faits alternatifs ont conquis le droit de cité, ne serait-ce que pour être dénoncés ou raillés.
- un glossaire in progress.
- des notions par ordre alphabétique.

La sagesse du précepte de Baruch Spinoza (Traité théologico-politique, chap. I-4) s'impose à l'esprit ici plus que jamais :
Ne pas se gausser, ni se lamenter, ni prendre en horreur, mais comprendre. 





musique de Bruno Sassetti


Alice, deux ans, disparaît mystérieusement de la maternelle. Son père se lance à sa recherche. Il place des caméras dans Lisbonne et analyse systématiquement les images enregistrées et affichées sur les murs de son appartement. Des milliers de visages enfantins hantent la quête obsessionnelle de celui d'Alice.

Alice, Marco Martins, 2005




Afin de former sa propre opinion à partir d'éléments factuels, chacun est encouragé à lire le dossier de la police portugaise, abrégé en PJFiles. Je l'ai moi-même parcouru maintes fois, en large et en travers, à la recherche d'un indice d'enlèvement. Je n'ai rien trouvé, rien non plus qui lave les MC de tout soupçon. 
Depuis les déclarations reproduites ci-dessus, qui n'ont jamais été démenties, la dernière ayant dû être confirmée par la Haute Cour de Justice (2017), car l'innocence était l'argument principal des appelants, d'autres positions ont tenté de s'imposer, mais aucun élément probant n'a été évoqué pour les étayer. Le statu quo est donc encore ce qu'il était en juillet 2008. Jusqu'à nouvel ordre bien entendu.


"Question sans réponse" ? L'anagramme préconise "enquêtons sans espoir".

Survol de l'histoire en un peu plus de 3000 mots, quelques images et deux ou trois références filmiques  ici.


2019
01/.. LXII. Illusion, illusion, quand tu nous tiens !

2018
10/12 LXI. Rien de nouveau sous le soleil.
06/09 LX. L'avenir dure longtemps.
04/05 LIX. C'est que de la vérité on n'a pas tout à apprendre.
01/ 03- LVIII. Ein Glaube wie ein Fallbeil, so schwer, so leicht.

2017 
10/12 - LVII. Se cacher est un plaisir, ne pas être trouvé une catastrophe.
08/09 - LVI. To beguile the time, look like the time.
06/07 - LV. Dans un mois, dans un an, comment... ?
05 - LIV. Will no one dare disturb the sound of silence ?
04 - LIII. Et si, telle Daphné, elle s'était métamorphosée ? 
03 - LII.  Is the answer blowin' in the wind ?

2016
10/02 - LI. Who in your merry merry month of May
06/09 - L. Il faut des dieux apaiser la colère
02/05 - XLIX. Le syndrome de la femme blanche disparue

2015 
10/01 - XLVIII. Mais où sont les neiges d'antan ?
05/09 - XLVII. C'était l'époque de la croyance, c'était l'époque de l'incrédulité
03/04 - XLVI. Est-ce là le visage qui lança aux flots des milliers de vaisseaux ?
01/02 - XLV. L'impossible est une frontière toujours reculante

2014
11/12 - XLIV. Perdue de vue, perdue de vie ?
09/10 - XLIII. Fiction, réalité, coupures de presse... Mais pas d'Auguste Dupin
07/08 - XLII. Ô flots abracadabrantesques
06 - XLI. Du bon usage de l'hypothético-déduction

05 - XL. Archéologie d'une investigation
02/04 - XXXIX. Ces chemins qui ne mènent nulle part

2013
11/01 - XXXVIII. Faire sonner le glas ou les trompettes ?
09/10 - XXXVII. Jeux de scène et changement de décor
06/08 - XXXVI. Cherchez et vous trouverez
03/05 - XXXV. Transparences et faux-semblants 
  
2012 
11/02 - XXXIV. Le réel n'a qu'à bien se tenir 
06/10 - XXXIII. Écoutes et éclaboussements 
03/05 - XXXII. Une petite fille virtuelle dans le cyber espace

2011
10/02 - XXXI. Médias en émoi et Commission Leveson
06/09 - XXX. Tapage inconséquent mais silencieuse censure
 
02/05 - XXIX. Le Yard entre en scène

2010
11/01 - XXVIII. Pétitions et prétentions
08/10 - XXVII. Nouveau monde vs vieille Europe
05/07 - XXVI. L'essentiel est d'avoir des pistes à explorer
02/04 - XXV. La censure en question


2009
12/01 - XXIV. C'est mettre ses conjectures à bien haut prix que d'en faire cuire...
10/11 - XXIII. Haro sur les médias et campagnes médiatiques
07/09 - XXII. Fahrenheit 451
05/06 - XXI. Deuxième anniversaire et assignation en référé 
04 - XX. Docu-enquête, docu-fiction et reality show
02/03 - XIX. Les médias en question

2008
11/01 - XVIII. Peut-on rire de tout ?
09/10 - XVII. Plus ça change et plus c'est la même chose
07/08 - XVI. En marche vers le classement et un certain soulagement
05/06 - XV. Échec reconstitutionnel et premier anniversaire de la disparition
 
04 - XIV. Mission rogatoire dans le Leicestershire et mission fiction à Bruxelles
03 - XIII.Un fait sans précédent et trois récits portugais
02 - XII. Words, words, words

2007
12/01 - XI. Home, sweet home
11 - X. N'avoir rien à cacher 
10 - IX. Changement de cap
09 - VIII. Départ précipité de deux témoins assistés 
08 - VII. La PJ avance, le Vatican recule, tournant ?
07 - VI. Un chasseur d'égarés, un rêve controversé et deux chiens très spéciaux
06 - V. Choses dites, choses tues
13/31.05 - IV. Un fonds, un docteur folimage et une bénédiction papale 
05/12.05 - III. Déferlante médiatique et esprit, es-tu là ?
04.05 - II. Et ce qui s'ensuivit.. 
03.05 - I. Tout commença par un lit vide  

 






2019-01-01

19 - JAN-...

Page précédente



LXII - Illusion, illusion, quand tu nous tiens !





Selon la position de l'observateur, l'objet ambigu, créé par Kokichi Sugihara, se présente de trois manières différentes.


Le concept de  corpus delicti est l’un des plus importants dans une enquête criminelle. Lorsqu'une personne disparaît sans laisser de trace, on peut ouvrir une enquête pour disparition inquiétante ou une recherche dans l'intérêt des familles. Si l'enquête conduit à soupçonner un homicide, il faut, avant de formuler une accusation, rassembler des éléments probants notamment matériels, par indices (présomptions), testimonials, pour établir si la personne disparue a bien été assassinée.
Le meilleur et le plus simple moyen d'établir une preuve d'homicide est le cadavre. Cependant, dans l'éventualité où le corps physique n'a pas été découvert, il est possible de prouver qu'un crime a été commis à condition qu'il existe un faisceau important de preuves circonstancielles pointant dans cette direction. Par exemple, la présence de sang du disparu en quantité importante montre - même en l'absence de cadavre - qu'il n'est pas crédible de penser que la personne disparue est tout simplement absente.


06 – ITV diffuse Manhunt, une adaptation en trois épisodes des mémoires du DCI Colin Sutton, le détective old style, en charge de l’affaire Delagrange en août 2004, qui a permis d’identifier l’assassin de plusieurs jeunes femmes, dont Milly Dowler. Cette histoire fictionnée d'une enquête réelle montre comment, sans gloriole, la tâche d'un commissaire est complexe. Il doit jongler entre ses supérieurs, ses subalternes, les médias et le public, tout en faisant avancer l'investigation dans la bonne direction. Est évoquée l'ambiance hautement compétitive régnant au sein des forces de police, l'échec et la réussite, dans une affaire sensible, étant des facteurs déterminants pour la carrière d'un DCI. Les pressions hiérarchiques, médiatiques s’accumulent, une erreur humaine peut avoir des conséquences fatales, on se demande comment les enquêteurs auraient mis la main sur le serial killer sans les technologies de vidéo-surveillance et de téléphonie mobile. 
Reste que le renseignement "humain" s'avère plus que précieux, indispensable. 
On voit combien il peut être difficile d'obtenir des preuves suffisantes pour poursuivre un suspect.  HOLMES est lent et difficile à manier. La base de données autonome utilisée par l'équipe de Sutton permet de rechercher rapidement les informations. 
L'épisode le plus choquant est celui où Sutton doit passer un accord avec News of the World qui menace de divulguer l'affaire (une fuite interne probablement sur laquelle la série ne s'attarde pas) alors que les enquêteurs réunissent des preuves sans lesquelles la garde à vue sera inopérante.
Lorsque les responsables de Operation Grange ont annoncé qu'ils allaient enquêter sur l'affaire MC comme si cela s'était passé au Royaume-Uni, ils semblent avoir compté sur les méthodes modernes pour résoudre l'affaire, mais ils n'ont eu ni vidéo-surveillance (technologie qui pèse très lourd dans les enquêtes britanniques, proscrite au Portugal dans le domaine public), ni informateur. Quant à la téléphonie mobile, les juges portugais ont interdit au ministère public, qui l'avait sollicité, de prendre connaissance de tout contenu antérieur à une autorisation de mise sous écoute.

Un demi-million de caméras rien qu'à Londres

Sur Colin Sutton, voir son entretien avec Martin Brunt (SkyNews) à propos de l'affaire MC.    

08 –  Companies House publie  pour la période 31.03-2017/2018 les comptes de MF Fund, qui a le statut de "petite SARL" depuis mars 2016.  Voir les (maigres) détails ici

11 – Au Texas (San Antonio) est découvert le corps d'un bébé (8 mois) prétendûment enlevé le 4 janvier. Le père avoue accident et mise en scène.





















Je ne leur ai jamais rendu la vie infernale. J'ai juste dit la vérité et ils ont pensé que c'était infernal.

2018-10-01

2018 - OCT-DÉC - chap. LXI

Page précédente


LXI. Rien de nouveau sous le soleil






The Byrds - Turn ! turn ! turn ! (1965)

Chaque chose a son heure, dit l'Écclésiaste
L’œil ne se rassasie pas à force de voir, l’oreille ne se remplit pas à force d’entendre. 
Ce qui a été, c’est ce qui sera, ce qui est arrivé arrivera encore.



Un temps pour la vérité et un temps pour la "truthiness", autrement dit ce qui semble ou est senti comme vrai sans l'être nécessairement (selon the EOD) ?

Dessin de Greg Williams
Ce concept, récupéré en 2005 par l'humoriste américain Stephen Colbert dans l'émission satirique et parodique The Colbert Report, désigne ce qui n'a guère de la vérité que les oripeaux. Ce "véritrisme", de part en part subjectif, consiste à se fonder sur son intuition (les tripes) ou sur l'apparence du vrai, sans rechercher ni tenir compte des arguments contraires, de l'épreuve des faits, de la logique ou de la réflexion. On affirme que ce que l'on dit est vrai et que rien d'autre ne saurait l'être. 

Le 17 octobre 2005, Stephen Colbert distingua ceux qui pensent avec leur tête et ceux qui savent avec leur cœur, ajoutant  qu'on ne parlait pas de vérité (dans son programme), mais de quelque chose qui ressemblait à la vérité, à la vérité qu'on voulait voir exister, et parodiant l'abus ou le mésusage des commentaires ou « analyses » qui, pour convaincre, font appel non à la réflexion mais aux émotions (argumentum ad passiones) ou à l'intuition (gut feeling).
Autrefois, tout le monde avait le droit d'avoir sa propre opinion, mais non ses propres faits. Ce n'est plus le cas. Les faits n'ont plus d'importance aujourd'hui. La perception est tout ce qui compte. La certitude est là... Qu'est-ce qui est important ? Ce que vous voulez qui soit vrai, ou ce qui est vrai… ?
Selon The New York Times, l'approximation du vrai (truthish, truthy) est dépourvue d'élément factuel et nous vivons dans l'âge du véritrisme, une ère où la vérité elle-même est devenue optionnelle.

Les individus et la société partagent la responsabilité d'opérer une distinction entre les faits, la vérité et les histoires. Le mot "véritrisme" trahit l'omniprésence du non-respect de ce principe. Le triomphe des histoires qu'on raconte sur la vérité et les faits conduit à penser que la plupart des individus ont des partis pris et des positions tendancieuses. 
Il n'en a pas toujours été ainsi.

Quand la plupart des faits s'avèrent finalement ne pas être ce qu'ils semblaient être, la seule chose que l'on puisse faire est de se rappeler l'ABC   
Assume Nothing, Believe No One, Challenge Everything
(ne rien supposer, ne rien croire, tout remettre en cause)

L’inspecteur Avison Fluke est appelé au chevet d’une enfant souffrant de malnutrition. Pourquoi est-elle si maigre? Pourquoi sa mère est-elle si désireuse de collaborer ? L'enfant est-elle malade ou se passe-t-il quelque chose de sinistre ? Alors que AF donne progressivement à connaître le troublant secret d’une mère, sa croyance en la nature humaine est sacrément mise à l’épreuve. Mais, même avec un aveu complet, l'affaire n'en reste pas là..


01 – Operation Grange a disparu du site du Met, même si l'investigation n'est pas officiellement close. Par conséquent ce que le Yard a et n'a pas trouvé reste confidentiel. À en croire les MSM britanniques, SY va maintenir une sorte de veille sur l'affaire MC (comme l'avait fait la PJ après l'ordonnance de classement) et, en cas d'élément nouveau et de dépense spéciale, en demandera rétroactivement le financement au HO. On dirait que le Met est arrivé au bout du rouleau et ne sait plus où aller. En fait il n'y a plus de signe d'investigation active depuis la réduction drastique de l'équipe de OG en octobre 2015, malgré l'assurance de "lignes d'enquête" à explorer. 
Il est sûr que le Yard n'abandonnerait jamais une piste intéressante. Il est sûr aussi qu'ils ne vont pas maintenant se mettre à investiguer les principaux protagonistes ! 
Quoi qu'il en soit, on se trouve au stade où le HO ne finance plus ouvertement OG, il ne faut donc pas s'attendre à une nouvelle annonce de financement en mars prochain. OG va reculer au second plan - officiellement toujours en activité, mais à peine plus qu’une unité maintenant un lien avec le Portugal.
De toute évidence, les quatre OPJ n'attendent pas de développements, ils  sont occupés à faire autre chose, mais ils sont de garde et prêts à mener des entretiens, consulter et classer de nouveaux renseignements, etc. Redwood a travaillé à plein temps, mais Wall, qui l'a remplacé, ne l'a jamais fait.
À moins qu'on ne parvienne à trouver une solution crédible, les motifs, les objectifs et les réalisations de Operation Grange pourraient un jour faire l'objet d'une enquête et d'une évaluation indépendantes. Après tout OG a été entravé par son cahier des charges et l'arrogante croyance que sa compétence était supérieure à celle de la PJ. Si, un jour, SY a à rendre des comptes, il faudra expliquer pourquoi ils ont cru qu'ils seraient capables de dépasser les restrictions d'une enquête sous juridiction portugaise et d'élucider l'affaire MC.
Les réflexions et l'interview de Mark Rowley (avril 2017) ont aussi disparu du site du Met... Un temps pour tout sous la lune. 

BBC One vient de diffuser le premier épisode de la mini-série Cry. Le petit Noah disparaît, ses parents disent qu'on l'a enlevé. On se doute vite qu'il n'en est rien et que le père (1er épisode) mais aussi la mère (2nd épisode), en dépression post-partum, savent ce qui est arrivé au bébé.
C'est le cauchemar de tous les parents, on cherche, on enquête, on agite les réseaux sociaux et on n'ose pas dire que l'enfant est peut-être mort.   
 Alors que la mère essaie désespérément de ne pas perdre sa prise sur la réalité, la réaction d'Alistair est réprimée et suspecte, car il est très soucieux de garder les apparences. 
Bien que les MSM, si prompts à voir partout de pâles reflets de l'affaire MC, se gardent prudemment de tout rapprochement, cette histoire n'est pas sans rappeler...




02 –  Second volet de la série de la journaliste Sonia Poulton. L'épisode est intitulé Public Relations and Saving Reputations. Voir le premier documentaire, The McCanns and the police, et voir aussi ici. À partir de 1h02, Colin Sutton dit très clairement que, au cours des six dernières années, les MSM n'ont pas voulu entendre ce que finalement Sky News (M. Brunt) a bien voulu publier : alors qu'il avait été sollicité pour OG, un supérieur le mit en garde contre l'affaire MC.





Certains se demandent pourquoi n'a pas été mise sur pied une ECE (Équipe Commune d'Enquête), comme Scotland Yard semble l'avoir souhaité. Sir Bernard Hogan-Howe, fin novembre 2013, cherchait, pour OG, un accord des gouvernements britannique et portugais. Toutefois, si SY avait besoin d’une ECE (JIT, Joint Investigation Team) pour progresser dans son enquête, il aurait été judicieux de la mettre en place au départ, avant de se lancer aveuglément sur la piste d'un ravisseur, en ne retenant de l'enquête portugaise que ce qui était conforme au cahier des charges de OG. II semble que les autorités britanniques se soient rendu compte trop tard qu'elles ne pouvaient pas faire tout ce qu'elles voulaient au Portugal.
La condition sine qua non pour former une telle équipe dans les affaires transfrontalières est que les États concernés s'entendent parfaitement sur sa nécessité, la marche à suivre et les prérogatives de chacun. Eurojust et Europol sont associés et veillent.
Pour ce qui est de l'affaire MC, sous juridiction portugaise, le responsable aurait été le ministère public portugais et l'ordonnance de classement aurait eu le dernier mot. C'est là que le bats blessait indéfectiblement, c'est là que la divergence était incontournable. L'ordonnance était en effet étroitement associée au refus de reconstitution exprimé par les protagonistes. En bonne logique la formation d'une ECE exigeait, au minimum, de reprendre l'enquête là où elle avait dû s'arrêter, faute de combattants. Les dés étaient donc pipés et les hypothèses de travail (restreintes à l'enlèvement pour les Britanniques, ouvertes chez les Portugais) irréconciliables. C'est ce qui explique la fermeté des Portugais, prêts à apporter leur concours aux commissions rogatoires britanniques tout en insistant sur l'indépendance de leur propre enquête. Il y a deux enquêtes distinctes avec un objectif différent - nous avons un certain terrain d'investigation et eux un autre, selon BHH, souhaitant voir les deux équipes travailler ensemble : dans ces conditions, voeu pieux.


  
04 – La Commission d’enrichissement de la langue française, chargée d’acter l’évolution de la langue auprès de l’administration, a pris la décision de traduire "fake news", un mot qui polarise tous les débats actuels, par "infox", mot-valise amalgamant "information" et "intoxication". Une infox est une information mensongère ou délibérément biaisée qui a pour effet de brouiller la distinction entre les catégories du vrai et du faux, qui devient donc sans importance, non opératoire, et ce faisant porte atteinte aux jugements et expériences que nous pouvons partager, et donc à notre capacité de vivre ensemble dans un monde commun. 

Quatre catégories d’acteurs font circuler des informations fausses : ceux qui le font en sachant qu’elles le sont, simplement pour semer le désordre ; ceux qui le font par militantisme idéologique afin de servir leur cause ; ceux qui le font pour servir des intérêts politiques, économiques ou même personnels ; enfin ceux qui le font en croyant qu’elles sont vraies. C'est à propos de ces derniers que se pose surtout la question de la post-vérité.
Est-ce la prolifération des infox qui a fait basculer nos sociétés dans l’aire de la « post-vérité », terme apparu dans un article de Steve Tesich paru en 1992 dans The Nation et désignant les circonstances dans lesquelles les faits objectifs influent moins sur la formation de l'opinion publique que les appels à l'émotion et aux convictions personnelles, où les émotions et les opinions supplantent la réalité des faits. Le concept a été repris par Ralph Keyes dans The Post Truth Era (2004) où il établit que nos sociétés tolèrent énormément le mensonge ou les déformations de la réalité, à commencer par la publicité. L'immense accès à l'information, mais à une information pléthorique et dérégulée, non seulement ne nous transforme guère, mais se paie par une expansion énorme des fausses informations. La vulnérabilité des utilisateurs est également un fait attesté par de nombreux travaux de psychologie cognitive. La crédulité a souvent le dernier mot, notre rationalité a des limites cognitives, nous sommes des êtres de croyance.
Mais sommes-nous devenus indifférents à la vérité ?

Qu’est-ce qui dans post-vérité serait pertinent au point d’être brandi à chaque tentative de définition de notre époque ? Ou si l'on prend le problème à l’envers : qu’est-ce qui dans le mot vérité ne suffit plus à caractériser notre époque ? La post-vérité est-elle le signe d’une agonie de la notion de vérité ou le symptôme de sa perte ? Le meilleur moyen d’exprimer notre inquiétude face à la disparition redoutée de la vérité ?
Cette inquiétude n’est pas nouvelle : l’existence d’une vérité est précisément ce qui opposait Platon aux sophistes. On pourrait même dire qu’elle a structuré l’histoire de la philosophie et l’histoire de la pensée depuis les premières traces écrites que nous en avons. Qu’est-ce qui a alors changé aujourd’hui ? Faudrait-il céder aux sirènes de la post-vérité et renoncer à l’idée de la vérité unique et indiscutable ? Quel serait le prix intellectuel, philosophique, politique et éthique à payer ?
Les systèmes démocratiques sont ainsi exposés en permanence à la dissolution des repères de la certitude, à la tentation du relativisme et à la transformation des « vérités de fait » en opinions, empêchant dans la foulée les débats contradictoires et argumentés. Dans un monde où il n’y a plus de démarcation entre le vrai et le faux, où le réel n'a plus son mot à dire, où tout se vaut, il n’y a pas de conflit, donc pas de démocratie.


Quand Nietzsche écrit qu’il n’existe pas de faits en soi mais seulement des interprétations, il dénonce le caractère absolu et illusoire de la vérité entendue comme norme universelle, il met en question la prétention du sujet à détenir immédiatement le vrai et indique que les faits bruts doivent être mis en ordre pour devenir compréhensibles.
Dans 1984, George Orwell décrit un monde cauchemardesque où l’imagination elle-même disparaît, faute de distinction entre le vrai et le faux, le fait et la fiction. La question de l’imagination est fondamentale. 

Il me semble une malhonnêteté fondamentale et une trahison fondamentale de l’intégrité intellectuelle de tenir à une croyance parce qu'on la pense utile et non  parce qu'on pense que c’est vrai.

07 – Drôle d'histoire. Le président d'Interpol est porté disparu ! Lire là-dessus l'article de Serge Sur dans Libertés chéries. 

21 – Blacksmith Bureau - Diary

15 – Les (plus courageux des) MSM ont attendu le 3ème épisode de "The Cry" pour dire ce qu'ils ne pouvaient plus esquiver, bien que la productrice de la série ait essayé de donner le change. Il est évident que l'auteur du roman, Helen Fitzgerald, s'est largement inspirée de l'affaire MC. HF dit avoir voulu explorer ce qui se passe derrière le décor.




21 – Blacksmith Bureau - October Reflections

21 – Le Pew Research Center est d'avis que les jeunes Américains discriminent mieux que les seniors entre nouvelles factuelles e opinions.

25 – Selon la profiler Pat Brown, qui s'étonne du silence des médias, le scénario de The Cry est tellement influencé par la disparition de MMC (l'enfant meurt accidentellement et ses parents, indirectement coupables, prétendent qu'on l'a enlevé), que des juristes pourraient l'attaquer en diffamation contre les MC. PB pense que l'auteur a voulu livrer sa théorie sur l'affaire MC.
If it walks like a MC duck...

 

Autre tentative de décryptage des discours mccanniens par Peter Hyatt - Statement Analysis.





31– New Statesman - “It could’ve been a government thing”: Why Generation Z thinks Madeleine McCann never existed.




Novembre


 

02 – Helen Mountfield QC, en représentation de quatre témoins entendus lors de la Commission Leveson (2012, à la suite du piratage par la presse "caniveau" des téléphones cellulaires), proteste auprès de la High Court contre l'intention gouvernementale de ne pas procéder à un second volet de la Commission Leveson en raison du coût en temps et en argent. Parmi les quatre protestataires figurent les MC, conviés par la CL non pour cause d'écoute téléphonique, mais au motif d'intrusion des médias dans leurs vies. On ne peut s'empêcher ici de songer, entre autres, au fameux marketing ploy (astuce de marketing) évoqué par Gerald MC dans un entretien pour Vanity Fair pour désigner le colobome de sa fille donc Kate MC déclara qu'on le remarquait difficilement.


04 – Leveson 2 est-il nécessaire ou IPSO suffira ? Les rédacteurs en chef respectifs de The Sun et The Daily Mail, le second ayant copié le premier, n'hésitent pas à publier n'importe quoi (les MC pourraient être victimes, après la PJ, Amaral, les trolls, les médias, des juges de Strasbourg souhaitant se venger du Brexit !!!), ce qui au minimum prouve qu'ils ne se soucient pas de leur ignarerie et se moquent du code de l'éditeur  :
1) La presse doit veiller à ne pas publier d'informations ou d'images inexactes, trompeuses ou déformées, y compris des titres non pris en charge par le texte.
2) Une inexactitude importante, une déclaration trompeuse ou une distorsion doit être corrigée rapidement et de manière suffisamment évidente, des excuses devant être publiées le cas échéant. Dans les cas impliquant IPSO, l'autorité de réglementation devrait occuper toute la place qui lui revient.
3) Il faut donner équitablement l'occasion de répondre à des inexactitudes significatives, lorsque cela est raisonnablement demandé.
4) La presse, bien que libre d'éditer et de faire campagne, doit clairement distinguer le commentaire, la conjecture et les faits.

Relevé des inexactitudes (et le terme est modéré) des tabloïds, prouvables comme telles et donc contraires à un code de l'éditeur dont IPSO devrait être le gardien. Mais IPSO a tendance à verser dans le sophisme, trouvant sans doute plus confortable de ménager la chèvre (la presse) et le chou (l'information) au grand dam du public. On parle de fin de non recevoir lorsqu'une personne se retire d'une conversation ou d'une discussion et refuse de prendre en considération les observations d'autrui, en ignorant carrément les questions, en répondant avec dédain ou de manière inappropriée, en invalidant les questions ou en  restant vague. La communication est interrompue avant même d'avoir pu commencer.

L'art de refuser la communication, d'essayer de gagner du temps ou de s'esquiver, en particulier pour éviter de révéler des informations embarrassantes et pour échapper à ses responsabilités.

Pour mémoire :
Kate et Gerry McCann contestent actuellement Goncalo Amaral à la Cour européenne des droits de l'homme à Strasbourg pour l'empêcher d'encaisser des dividendes (sur le dos de MMC)
Les seuls recours examinés par la CEDH sont ceux de citoyens européens contre un É
tat-membre du Conseil de l'Europe pour non-respect d'un ou plusieurs droits de l'homme.

Ils ont gagné le procès en 2015, mais la décision a été annulée en appel - décision confirmée par la Cour suprême du Portugal. Gonçalo Amaral a été indemnisé.
 

Les tribunaux portugais n’ont pas accordé d’indemnité à GA, bien que son patrimoine ait été gelé à la demande des MC (comme garantie du montant demandé pour les dommages prétendûment subis). Il est légitime que GA touche des intérêts, tout comme des intérêts avaient été calculés, en sus du montant accordé aux MC, par la juge de première instance.

Les McCann sont allés à la CEDH dans un ultime effort pour éviter de verser à Amaral une indemnité de 750 000 £. 
Si les McCann doivent cet argent, ce n'est pas une compensation.


05 – Comme si ça ne suffisait pas en fait d'infox, The Sun en rajoute une couche et titre, non sans trivialité, "Les parents de MMC disent de la fermer à l'ex-policier qui, en les accusant de dissimuler sa mort, a encaissé 350 mille livres".

Ouverture du Web Summit à Lisbonne. Le physicien Britannique Tim Berners-Lee, qui a imaginé en 1989 un "système de gestion décentralisée de l'information", devenant le principal inventeur du World Wide Web, lance un "contrat pour le web", pour rendre internet "sûr et accessible" à tous.


06 – Suggestion de lecture :  Internet et la brutalisation du débat public par Romain Badouard. L'agressivité internautique reflète-t-elle celle de la nature humaine ou est-elle générée par Internet ? Ou encore les « trolls » ont toujours existé, mais internet les a rendus beaucoup plus efficaces et violents, hypothèse qui a la faveur de plus d'un. L’agressivité n’est pas seulement la marque d’un désarroi, elle est aussi souvent une stratégie très efficace pour faire taire l’adversaire en l’intimidant et s’assurer une visibilité maximale afin de mieux véhiculer les arguments que l’on défend. Les réseaux sociaux ne sont pas exempts de responsabilité, puisque des algorithmes au design des plateformes, tout favorise la propagation de propos provocants, virulents et haineux. La lutte contre les discours de haine est l’affaire de tous. Comment répondre autrement qu’en les discréditant d’emblée, comment établir un véritable contre-discours argumenté ?

07 – Blacksmith Bureau - When we were Kings

10 – Blacksmith Bureau -
Court reports - wandering through sewage

13 – Mieux vaut tard que jamais (ou effet de la récente infox des tabloïds ?) :  les ministres du Home Office approuvent le maintien du financement de 150 000 £ (172 mil euros) pour Operation Grange. De quelle meilleure caution que ce financement toujours recommencé pourraient rêver les MC, car le contribuable comprendra que l'investissement de son argent dans OG ne peut manquer de signifier qu'il y a encore des pistes à explorer ? 
 
15 – Fraude ou pas fraude ? Des hommes d'affaires, désireux d'apporter une solution et une "certaine normalité de vie" aux proches de trois disparus, dont Madeleine MC, auraient mis en ligne, sur Web Anonymous Reward, une offre de récompense (600 mille livres). Ils font valoir que la récompense, à verser en espèces, est anonyme. La marche à suivre est en anglais et en portugais. À bon entendeur, salut !


Tandis que des parents d'enfants disparus protestent contre les privilèges accordés aux MC, le Daily Mail publie un article (exceptionnellement) critique, signé Janet Street-Porter : Parfois, la police et les politiciens doivent prendre des décisions difficiles et pragmatiques en utilisant leur raison, pas leurs émotions - c’est la raison pour laquelle nous les élisons. Les MC ont toujours eu recours au chantage émotionnel pour faire en sorte que le gouvernement continue à financer une enquête sans espoir aux dépens d'autres.  
Dernière phrase prometteuse de tollé.


Blacksmith Bureau - Tall Tales - Part One

17 – Blacksmith Bureau - Artistic license - Part Two 

19 – Blacksmith Bureau - Visiting Day 

21 – L'Assemblée nationale, qui a le dernier mot, adopte définitivement les deux propositions de loi controversées contre la manipulation de l'information, rejetée deux fois par le Sénat.

22 – Un armchair detective ("détective en pantouffles") met en ligne un dialogue, sous-titré Grange, the inside story, avec l'ex-inspecteur Colin Sutton. On apprend que personne n'a jamais travaillé sur Operation Grange à plein temps, le système ne marche pas comme ça. On apprend aussi que les requêtes d'enquête par le Met proviennent en général de petites forces de police. Il n'est pas habituel que, comme dans l'affaire MC, le HO demande au Met d'enquêter. Il était clair
que le Met ne ferait une re-lecture d'une affaire qui n'était pas de son ressort (une personne du Leicestershire disparue à l'étranger) que si le HO finançait l'opération.
CS explique qu'il y a plusieurs sortes de re-lecture. La plupart des forces de police pratiquent un ré-examen des affaires non élucidées, entre 6 et 16 semaines après l'archivage. Dans la plupart des cas on examine la qualité des enregistrements, de la base de données. Une autre sorte de re-lecture, moins formelle, consiste à recherche des occasions d'investigation laissés de côté.


If a cold case meets a dead end, return to the nearest fact.
Si une affaire non élucidée se trouve devant une impasse, retournez au fait le plus proche.

24 – Selon plusieurs tabloïds, par exemple celui-ci, SY se serait rendu à Rothley pour faire part aux MC de deux nouvelles pistes, dont une serait un nouvel examen de la la théorie "sortie à la recherche de ses parents", une conjecture qui d'une part ruine celle de l'enlèvement et d'autre part met singulièrement en cause la responsabilité parentale. SY se serait rendu à Faro à propos de cette fausse nouvelle piste. Ne pas oublier que le Met refuse de commenter..

25 – Blacksmith Bureau - Abduction is Dead - Team McCann

26 –  Blacksmith Bureau - Abduction Gone - Continued 

Refait surface, cette fois à SY, la vieille idée de l'enfant renversée par une voiture (plausible si elle était seule dans un appartement ouvert d'où elle pouvait donc sortir facilement). Le Correio da Manhã la reprend.  
Selon "une source proche", les MC, indignés, trouvent grotesque l'hypothèse de MMC partant seule à leur recherche. Pourquoi ? Parce qu'ils ont fourni la preuve éliminant cette hypothèse. D'abord immédiatement (Gerald, aux gendarmes arrivés à la réception)  une enfant de cette âge n'est pas capable d'ouvrir le volet et la fenêre. Quand il fut démontré que personne n'était passé par la fenêtre, l'exit par la porte-fenêtre était trop contraignant (exigeant notamment de refermer tout derrière soi). Il n'est dès lors pas étonnant que les MC considèrent comme insultant le ré-examen de l'hypothèse, car cela suggère que l'évidence qu'ils ont fournie n'est pas convaincante.
Si quelque chose s'est passé au Portugal, puis à Rothley, ou inversement, en émergera-t-il quelque "vérité" ?  OG a sollicité une réunion au Portugal ou a été convoqué ?


29 – La Haute Cour rejette l'appel contre la décision du gouvernement de ne pas s'engager dans le second volet (prévu à l'époque) de la Commission Leveson sur les normes des médias.
Alors que les médias ont accusé d'assassinat un des appelants et piraté le téléphone d'une autre, leur crime vis-à-vis des MC a été de leur imposer le feu des projecteurs
On croit rêver. À commencer quand on songe que les MC ont payé 500 mille livres à Bell Pottinger pour la présence quotidienne de l'affaire à la une des médias pendant un an. 
Les MC n'ont jamais démenti, même lorsque Gerald MC fut accusé d'hypocrisie par des commentateurs des médias qui ont accusé les MC d'avoir commencé par courtiser la couverture médiatique. 
Le motif du rejet est inattendu : au lieu de fonder leurs arguments sur les déclarations de David Cameron à la Chambre des Communes (29.11.2012), les appelants se sont servis de l'enregistrement d'une réunion privée avec Cameron (21.11.2012) décrite comme une discussion où ce qui est dit dans la pièce reste dans la pièce! Dans quelle intention avaient-ils enregistré ? Se souvenir qu'à l'origine de la Commission Leveson il y a une histoire d'écoute téléphonique..



Décembre

 
11 – À propos de l'argument "débat d'intérêt général", Roseline Letteron observe qu'en matière de liberté d'expression, de solides dommages et intérêts accordés lors d'une audience civile sont parfois bien plus efficaces que des amendes pénales fort modestes qui ne font que donner de la publicité aux propos dénoncés.
 
20 – Selon le Daily Star, Cressida Dick (la commissaire de SY) a déclaré que la recherche de MMC ne s'arrêtera pas avant d'être arrivée à une conclusion. Aux arguments de meilleur emploi des finances publiques, CD a répondu qu'elle comprenait mais sentait que l'importance de investigation MMC interdisait le classement.

Réserves du Conseil constitutionnel quant aux lois sur la manipulation de l'information.

24 – Sur leur site (mais seulement à la page britannique), les MC remercient leurs supporters (de garder la foi ?), réitèrent le cliché "Noël ne sera plus jamais pareil sans Madeleine", rappellent que OG demeure et leur espoir aussi. Quel espoir au juste ? Comme toujours et curieusement, ils ne tentent pas de communiquer avec leur fille. Comme si revenir dans sa famille dépendait du bon vouloir de la mémoire de MMC.

À quoi bon tourner autour de la nuit où elle a disparu (ou plutôt, comme a déclaré le procureur général d'alors, la nuit où on a signalé sa disparition) tout en évitant soigneusement d'interroger les protagonistes principaux, comme si de nouveaux renseignements ou de nouveaux alibis allaient surgir du néant ? 
 
Que risqueraient-ils, s'ils croient que leur fille a une bonne chance d'être vivante comme l'empilement dans sa chambre de cadeaux d'anniversaire et de Noël semble en témoigner, à s'adresser publiquement (seule ressource) à la jeune femme (15 ans et demi) qu'elle est en train de devenir ? 
Que risqueraient-ils à dire qu'ils ne voudraient pas perturber sa vie, mais seulement savoir si tout va bien ? Que risqueraient-ils à tenter de la retrouver en faisant appel à elle ?


30 – Après Camp Fire, le terrible incendie qui a ravagé le comté de Butte en Californie en novembre dernier, des chiens "cadavre" entraînés à détecter les cendres produites par la crémation ("cremains"), ont retrouvé, parmi les cendres des maisons, celles des urnes funéraires. Les cendres humaines ont donc une odeur spécifique.
Image associée




Page suivante ici