Grâce à la liberté dans les communications, des groupes d’hommes de même nature pourront se réunir et fonder des communautés. Les nations seront dépassées.
Friedrich Nietzsche (Fragments posthumes XIII-883)

R





Recherche
Reconstitution (motifs)

Relecture et cold case
Religion
Répétition

Réputation
Répondre (droit de ne pas)

Responsabilité (parentale)
Rhétorique


Recherche
Les MC reprochent à la PJ de ne pas suivre "leurs" pistes, sans indiquer de quoi il s'agit et en insinuant que la PJ pourrait avoir peur de trouver Madeleine vivante, ce qui serait embarrassant pour les théories échafaudées.

Quand on a égaré une chose à laquelle on tient énormément, on la cherche. Que fait-on si on sait que la chose n'est pas égarée mais on veut le faire croire ?  On cherche, autrement dit on adopte le comportement de quelqu'un qui a vraiment perdu une chose. Force est de conclure que les MC, qui veulent convaincre de leur innocence, ont adopté la seule attitude plausible, bien qu'ils n'ont jamais cherché eux-mêmes, mais fait chercher. Operation Grange, en ce sens, a été pour eux un soulagement, car il est pénible de lancer des détectives sur une quête sans objet.

Aucune photo d'enfant n'ayant été autant et aussi longtemps répandue sur la planète, il est difficile de croire que Madeleine puisse être si bien cachée pendant si longtemps sans éveiller l'attention.

Reconstitution (motifs)


La PJ a demandé une reconstruction parce que les déclarations de leur famille et de leurs amis ne laissaient guère de possibilité d'enlèvement.

La confusion de Gerald McCann dans sa première déclaration (faite 13 heures après la disparition de sa fille, il aurait donc dû se rappeler) sur la façon dont Kate et lui sont entrés dans l'appartement respectivement vers 21h et vers 22h (porte d'entrée avec clé ou porte patio déverrouillée). 

Qui aurait-eu l'audace de s'approcher de l'appartement avec tous ces gens qui allaient et venaient ?

Ils disent qu'étant les parents de MMC ils ne peuvent abandonner, qu'ils n'abandonneront jamais, et tout le monde comprend, mais jamais, jamais ils ne disent qu'ils espèrent qu'on va retrouver leur fille.
Les TP7 disaient vouloir tout faire pour aider à retrouver Madeleine, mais le "tout" était sélectif. Aucun d'eux n'a dit "Rien ne m'empêchera d'aider la police à investiguer un crime commis contre une petite fille, à la trouver et à arrêter ceux qui l'ont enlevée.
Tous ont craint que, s'ils revenaient au Portugal et coopéraient avec la police ils seraient impliqués dans la disparition de MMC.


Relecture et cold case
Toutes les enquêtes criminelles ont des failles, d'où la nécessité, lorsqu'une enquête s'enlise, est dans l'impasse et est classée en attente d'un élément nouveau, d'en faire la re-lecture afin de déterminer de nouveaux axes d'enquête qui auraient pu être négligés ou occultés et ainsi ouvrir de nouvelles pistes, qui avaient pu apparaître comme secondaires au départ.
Le mot "cold case" est devenu familier depuis la diffusion d'une série américaine où une inspectrice de la police criminelle de Philadelphie exhume des dossiers criminels classés et non résolus. Il n'existe cependant aucune définition juridique claire de ces affaires restées sans réponse judiciaire. Ce sont des dossiers criminels non prescrits et sans mobile apparent sur lesquels l'enquête n'a pas abouti faute de mise en cause formelle d'un auteur présumé. Reste à définir au bout de combien de temps une affaire criminelle rejoint les rangs des cold cases. Là non plus pas de définition claire. Mais policiers et gendarmes s'accordent à dire que si, au bout de quatre ans d'investigations, rien n'a pu être obtenu dans un dossier, il porte alors le sceau non résolu.


Religion (foi)
Beaucoup ont fait confiance aux MC à cause de leur recours  très public à leur religion. "Priez pour Madeleine, elle est adorable", répétait la mère face aux caméras, comme si l'attention portée à l'enfant disparue dépendait de sa beauté.

Répétition
"Répéter un mensonge assez souvent et cela devient la vérité", est un principe de propagande souvent attribué à Joseph Goebbels. Parmi les psychologues, on parle d'illusion de vérité. Des expériences ont monté qu'on a tendance à estimer que les éléments qu'on a déjà vus sont plus vrais (qu'ils soient vrais ou non), apparemment pour la seule raison qu'ils sont plus familiers.

Ici semble se trouver la source du dicton selon lequel un mensonge répété mille fois devient la vérité. Mais un effet produit en laboratoire n'a pas nécessairement d'impact important sur les croyances réelles des gens. Si on pouvait vraiment faire en sorte qu'un mensonge, par le seul effet de la répétition, prenne l'apparence d'une vérité, toutes les autres techniques de persuasion deviendraient caduques.

Ce que l'on sait déjà constitue un obstacle. Même si un mensonge semble plausible, pourquoi chasserait-il ce qu'on sait du seul fait qu'on l'a  entendu à plusieurs reprises?
Les résultats d'expériences montrent que l’illusion de vérité fonctionne de manière aussi efficace pour les éléments connus que pour les éléments inconnus, ce qui suggère que la connaissance antérieure n’empêche pas la répétition d’influencer nos jugements de plausibilité.

La répétition augmente les chances qu'un énoncé soit considéré comme vrai. Qu'il s'agisse de faits ou de fictions, connus ou inconnus, la répétition leur donne à tous l'apparence d'être plus crédibles.

Mais le facteur d'influence majeur est la vérité. L’effet de répétition ne peut masquer la vérité. Avec ou sans répétition, les gens sont plus susceptibles de croire les faits réels par opposition aux mensonges.



Cela montre quelque chose de fondamental dans la façon dont nous actualisons nos croyances - la répétition a le pouvoir de rendre les choses plus vraies, même lorsque notre connaissance dit le contraire, mais elle ne met pas à bas cette connaissance.

Si chaque fois que l'on entend quelque chose on l'évaluait par rapport à tout ce qu'on sait déjà, on n'en finirait pas. Parce que nous devons former des jugements rapides, nous adoptons des raccourcis - des heuristiques qui ont raison plus souvent que tort. Se fonder sur le nombre de fois qu'on a entendu quelque chose pour juger de la véracité d'une chose n'est qu'une stratégie parmi d'autres.


L'illusion de vérité n'est pas inéluctable - lorsque nous sommes armés de connaissances, nous pouvons lui résister.

Si la répétition était la seule chose qui influence ce que nous pensons nous serions en difficulté, ce n'est pas le cas. Nous pouvons tous avoir recours à un raisonnement plus large, mais c'est une ressource limitée. Notre esprit est en proie à l'illusion de vérité parce que notre instinct est d'utiliser des raccourcis pour juger de la plausibilité de quelque chose. Souvent cela fonctionne, parfois, cela trompe.
Une fois que nous connaissons l’effet, nous pouvons nous en protéger. Il s'agit en partie de vérifier pourquoi nous croyons ce que nous faisons - si quelque chose semble plausible, c’est parce que c’est vraiment vrai, ou bien parce qu'on nous l'a répété à plusieurs reprises? C'est pourquoi les universitaires sont obsédés par les références – il faut que nous puissions retracer l'origine de n'importe quelle déclaration, croire est risqué.

Mais pour nous protéger de l’illusion, il nous incombe également d’arrêter de répéter des mensonges. Nous vivons dans un monde où les faits importent et devraient avoir de l'importance. Si on répète des choses sans se soucier de vérifier leur véracité, on contribue à créer un monde où mensonge et la vérité sont se confondent

La répétition rend un fait plus vraisemblable, qu’il le soit ou non. Comprendre cet effet peut aider à éviter de tomber dans la propagande, explique le psychologue Tom Stafford.


Réputation
La réputation des McCann était passablement compromise avant la publication du livre de GA. Pourquoi ? Principalement à cause de leur (manque de) surveillance de très petits enfants laissés seuls dans un appartement ouvert. Ensuite leur mise à distance des médias après les avoir courtisés excessivement. Leurs voyages ne reposant que sur des spéculations dont nul ne voyait la logique. Leur manque apparent d'émotion.
En septembre 2007, quand ils ont été faits arguidos, les médias ont été surpris et horrifiés a posteriori de ce qu'ils avaient publié, mais les gens n'ont pas été vraiment surpris.
L'enquête portugaise aurait fait plus de dégâts que le livre de G. Amaral si les gens avaient lu les PJFiles au lieu de lire le livre.

Répondre (droit de ne pas)
L’évitement n’est jamais une bonne tactique, surtout si votre enfant est porté disparu. Comme elle le montre par sa réponse à la 49è question de la PJ, après avoir refusé de réponse aux 48 premières, Kate MC était pleinement consciente que son silence entraverait l'enquête et aurait donc une influence négative sur la recherche de sa fille.
Après tout, s'ils étaient innocents, s'ils n'avaient joué aucun rôle dans la disparition de leur fille, comment risquaient-ils de s'incriminer par maladresse en répondant à ces questions ?
Kate MC a refusé de commenter et, ce faisant, a potentiellement rendu plus difficile la progression de l'enquête.



Responsabilité parentale

Selon la tante de Kate MC, Jannet K, les MC prenaient soin de ne pas laisser leurs enfants pleurer. Mais avec une ronde toutes les demi-heures ils couraient le risque d'une demi-heure de pleurs.

Il appartient aux parents de réfléchir et de décider des risques qu’ils sont prêts à prendre en matière de sécurité de leurs enfants. 
Les MC n'ont même pas pensé aux risques ordinaires que courent des enfants laissés seuls. Selon KMC "ils se sentaient tellement en sécurité" (bien qu'elle se soit inquiétée le 3, à table, du fait de la porte du patio ouverte). Se sentir en sécurité n'empêche pas des petits enfants de vomir, de s'étouffer, d'avoir un cauchemar etc.

Rien ne prouve que Madeleine ait été enlevée mais si elle l'avait été sa sécurité ne relèverait pas de la responsabilité du criminel, mais de celle de ses parents, car si les criminels potentiels réprimaient leurs penchants, nous n’aurions pas besoin de forces de police pour les mettre hors d'état de nuire.

Comment protéger les enfants de l'enlèvement ?

1. Rester avec eux.

2. Verrouiller les portes et les fenêtres.

3. Payer une baby-sitter.

Si, malgré ces précautions, un enfant est enlevé, la responsabilité parentale n'est pas engagée, ils ont fait tout ce que l'on pouvait attendre d'eux.

Comment faciliter la tâche d'un ravisseur éventuel ?

1. Laisser les enfants seuls à la maison dans un appartement non verrouillé.

2. Raconter que vous les laissez seuls.

3. Faire des rondes toutes les demi-heures.

Si alors un enfant est enlevé, vous n'avez pas commis de crime, le ravisseur est le criminel, mais vous n'avez pas pris les précautions raisonnables en matière de protection de vos enfants.

Quand on est cambriolé, le police donne des conseils sur la manière de rendre votre maison plus sûre. On vous dira que verrouiller portes et fenêtres est fondamental pour protéger votre foyer. Les policiers savent bien que le coupable est le cambrioleur, s'ils mettent en garde c'est pour que les cambrioleurs désistent dorénavant. Police et compagnie d'assurances attendent de vous que vous fassiez quelque chose pour protéger votre propriété.  
Personne ne s'attend à ce que le cambrioleur désiste de sa tendance à cambrioler.
On constate souvent que ceux qui ne veulent pas, ne peuvent pas assumer la responsabilité de leurs propres manquements n’éprouvent aucune difficulté à blâmer autrui (comme le f ..... g tosser, le tweedle dum and tweedle dee).
Enlèvement ou non, si les MC avaient dîné dans leur patio ou sur leur véranda, personne n'aurait rien trouvé à dire.


Rhétorique
Voir aussi Argumentation