Grâce à la liberté dans les communications, des groupes d’hommes de même nature pourront se réunir et fonder des communautés. Les nations seront dépassées.
Friedrich Nietzsche (Fragments posthumes XIII-883)

19 - AVR - CMTV



Rua Segura - 09.04.2019
Magali Pinto: Un chercheur américain a proposé à son laboratoire de réexaminer les échantillons d'ADN de l'affaire Madeleine qui avaient été jugés peu concluants. La police britannique a ignoré cette offre gratuite.

Voice over (VO): La police qui a enquêté sur l'affaire Maddie au Royaume-Uni a ignoré une offre d'experts légistes américains visant à ré-examiner des échantillons d'ADN jugés trop complexes et peu concluants, insuffisants pour tirer des conclusions. Mark Perlin rapporte que les techniques avancées de son laboratoire aux États-Unis peuvent donner des résultats qu'il n'était pas possible d'obtenir il y a 12 ans. Scotland Yard a ignoré l'offre gratuite de ré-analyser des échantillons d'ADN peu concluants dans l'espoir de résoudre le mystère MMC. 
Ce nouvel expert dit que les nouvelles techniques peuvent apporter des résultats surprenants. Les prélèvements avaient été effectués dans l'appartement de l'Algarve et dans la voiture louée par la famille McCann après détection (par un chien) d'une odeur de cadavre. La police portugaise a envoyé ces prélèvements à un laboratoire médico-légal de Birmingham. À l'époque, les experts avaient déclaré que certains composants de l'ADN correspondaient à Maddie, mais que les échantillons étaient trop complexes pour une interprétation significative. Cet expert américain estime que les méthodes utilisées à l'époque sont maintenant obsolètes. Son laboratoire, qui a même aidé à identifier les victimes du 11/9, pourrait débloquer la situation. L’offre a été faite l’année dernière mais n’a pas encore obtenu de réponse.

MP: La police anglaise n'a pas encore reçu les plus de 300 000 euros qu'elle a demandés pour enquêter sur la disparition de Maddie. Au total, 13 millions ont déjà été dépensés, bien qu'aucun indice ou suspect ne soit apparu.

Voice over (VO): Les détectives britanniques de l'opération Grange, qui enquêtent sur le cas de la disparition de Maddie McCann, sont déterminés à continuer de travailler même s'ils ont déjà dépensé plus de 13 millions d'euros pendant plusieurs années et n'ont jamais présenté de suspect. Scotland Yard a de nouveau demandé de l’argent pour poursuivre les recherches sur Madeleine McCann, disparue à Praia da Luz à Lagos, dans l’Algarve, il y a près de 12 ans. Les autorités ont demandé environ 340 000 euros au Home Office. À la fin de 2018, le HO avait octroyé 164 000 euros pour poursuivre l'enquête, après l'annonce par le Met de 2 nouvelles pistes. S'il y a ce nouveau financement, l'enquête aura accumulé plus de 13 millions d'euros depuis 2010, mais la vérité est que cet argent n'a pas encore été attribué. Madeleine McCann a disparu dans la nuit du 3 mai 2007 à Lagos, à l'âge de quatre ans. Depuis lors, le cas a été l'un des plus médiatisés du monde.

MP: Francisco, la police anglaise, en ignorant une offre qui est avant tout gratuite, ne veut pas envoyer ces prélèvements envoyés par le Portugal car il ne veut même pas connaître les résultats?
Idiot, il ne s'agit pas d'envoyer les prélèvements qui d'ailleurs n'existent plus.

Moita Flores (MF): Comme votre rapport l'indique, 13 millions de livres après, la seule chose qui intéresse la police, c'est que la famille ne soit pas touchée. Tout ce que la police anglaise a fait va dans le sens d'éloigner toute hypothèse d'implication de cette famille et de leurs amis dans cette affaire. Et c'est humiliant, avec tant d'enfants qui disparaissent en Angleterre, qu'ils demandent tellement d'argent pour enquêter sur cette affaire, sans faire la seule diligence qui pourrait ouvrir et éclairer le mystère et qui coûterait quelques milliers de livres. Comme je l’ai dit ici à maintes reprises, il s’agit de la reconstitution selon les déclarations qu’ils ont faites devant le tribunal. Tous les amis. Mais ils n'ont précisément fait aucune déclaration devant la justice (à moins que MF sache où se trouvent ces fameux témoignages au cas où dont Gerald MC parle dans son blog.  Des 8 (? Ils étaient 9) amis, il y en a certainement 4 qui mentent, mais ils mentent de manière flagrante, et la reconstitution permettrait de résoudre le problème de savoir qui a menti et pourquoi ils mentaient. Habituellement, quand on ment à propos d'un enfant, c'est parce qu'on est compromis dans sa mort. C'est ça l'histoire, quand on ment au tribunal, quand on est face à une affaire comme celle-là. Et ce qui se passe, c'est qu'après toutes ces années, après 13 millions de livres ... quelque chose qui coûterait 10 000 ou 20 000 livres, ce n'est pas fait et ne le sera jamais parce que l'objectif pour le moment, POLITIQUE et dès la nuit de la disparition c'était politique, l'objectif de la police était d'étouffer cette affaire. Cet argent n'a pas été utilisé pour découvrir des enfants qui ont disparu en Angleterre, quelques centaines, il a été utilisé pour dissimuler cette affaire.

MP: En une minute, Dr. Rosa, la mère de Madeleine McCann a eu le besoin d'écrire un livre dans lequel elle a fait des révélations ... comment interprétez-vous ce besoin d'écrire un livre sur sa fille et sur sa disparition 12 ans après?

Rosa Amaral (psychologue) (PR): Un tel besoin peut être interprété comme un processus de deuil. Il s’agit d’un processus complexe; s’agissant du deuil d’un enfant, il s’agit d’un processus inachevé qui se déroulera de manière circulaire et se poursuivra au fil du temps et souvent les parents, pour faciliter le processus de deuil,  adoptent n stratégies. Certains créent des associations, il y a des parents qui collectent des fonds pour des situations similaires, dans ce cas, on pourrait penser qu'elle a décidé d'écrire un livre en tant que processus cathartique, un processus par lequel elle-même tente de garder en vie le souvenir de sa fille, de s'exposer, de se libérer de  tout le processus douloureux de deuil, si l'on croit ...

MF: ... et de culpabilité.

RA: ... que c'est dans ce sens qu'elle le fait. En prenant en compte la théorie qui a été ici exposée précédemment, il se pourrait...

MF: Non ... non, il doit exister un complexe de culpabilité parce qu'ils ont abandonné les enfants.

MP: Bien sûr.

RA: Oui

MF: S'ils n'avaient pas abandonné les enfants, rien de tout cela ne serait arrivé. Ils ont tous commis un crime d'abandon d'un mineur.

RA: Oui

MF: Et elle sait qu'elle a commis ce crime ... Le Portugal a été très clément et s'est montré complaisant face à ce crime ...

MP: Professeur, il reste quelques secondes jusqu'à la fin du programme. La police attend toujours les 300 000 euros demandés pour poursuivre l'enquête, est-il logique de demander cet argent? ?

Rui Pereira: Non. Je pense que verser de l'argent dans cette enquête n'a aucune pertinence. Ce qui a du sens, c'est de penser, de penser avant d'agir. Je suis d'accord avec l'idée selon laquelle la reconstitution est importante, même si c'était plus important dans le passé, il est déjà tard et l'erreur essentielle, comme je l'ai déjà dit depuis le début, était de ne pas constituer dès le début les parents comme arguidos pour le délit d’exposition à l’abandon.


Rua Segura, 10.04.2019
Magali Pinto (MP): La police anglaise n'a pas encore reçu les plus de 300 000 euros demandés pour enquêter sur la disparition de Madeleine McCann. Au total, 13 millions ont déjà été dépensés, bien qu'aucun indice ou suspect ne soit apparu.

Voice over (VO): Voir émission précédente.
MP: Kate McCann a écrit un livre dans lequel elle révèle qu'elle a reçu une proposition indécente de la police. La mère de Madeleine McCann a déclaré que, si elle admettait avoir tué sa fille et caché son corps, son mari pourrait rester en liberté.

VO: Kate McCann affirme avoir reçu une proposition indécente de la part de la police portugaise selon laquelle si Kate admettait qu'elle avait tué Maddie, son mari Gerry pourrait rester en liberté. Kate affirme qu'un avocat a fait cette proposition offensive quelques mois après la disparition de Madeleine, révélations qui font partie du livre de Kate sous le nom de "Madeleine". Kate McCann a déclaré que la police portugaise lui avait offert un accord lui indiquant que son mari resterait libre si elle admettait qu'elle avait tué sa fille. Ce que Kate considère comme un geste offensant, c'est la proposition de l'emprisonner pour deux ans seulement si elle avouait qu'elle avait causé la mort de sa fille et caché son corps. Selon le journal, le Sun, après la disparition de Maddie, l'avocat des McCann, a déclaré à Kate que si elle acceptait cet accord, ce serait bien mieux que de se faire accuser d'homicide. On lui a également dit que si elle n'acceptait pas, elle et son mari pourraient aller en prison. L’avocat aurait également déclaré que si Kate devait en assumer la responsabilité, Gerry resterait libre et pourrait retourner travailler au Royaume-Uni et s’occuper des jumeaux. Dans le livre "Madeleine", Kate révèle que, lorsqu'il l'a appris son mari était tombé à genoux en pleurant et en sanglotant. Kate était furieuse et a dit à l'avocat que non seulement elle n'admettrait pas de mensonge, elle a également dit à l'avocat qu'ils étaient tous deux complètement innocents. Il a dit que si elle suivait ses conseils, les recherches de Madeleine se termineraient.

MP: Le 3 mai prochain, il y aura 12 ans que Madeleine a disparu.

VO: Près de 12 ans après la disparition de Madeleine McCann à Praia da Luz en Algarve, un profil des parents de Maddie est fait et quand la question est de savoir qui sont les parents de Madeleine McCann la réponse est la suivante: Kate et Gerry sont deux catholiques qui se sont rencontrés à Glasgow en 1993, Kate est devenue médecin généraliste après avoir étudié la médecine à l’Université de Dundee et Gerry est cardiologue depuis 2005. Mariées en 1998, Maddie est née en 2003. Elles ont également deux jumeaux nés en 2005. Ils se sont mariés. étaient mariés depuis 9 ans quand Madeleine a disparu. Peu de temps après la disparition de Maddie, Kate a déclaré que son mariage était presque en ruine, Kate se refermant sur elle-même. Elle a cessé de lire, d'écouter de la musique et même d'avoir des relations sexuelles avec son mari. Le couple a été envahi par la crainte qu'un pédophile ait emmené MMC. Dans sa biographie, Kate raconte à ce propos qu’elle s’était torturée avec cette idée et avec ces images. Il n'est donc pas étonnant, à son avis, que même le sexe lui ait causé un certain dégoût. Kate dit aussi qu'elle était inquiète pour elle et Gerry, elle craignait que le couple ne puisse pas mettre sa vie sexuelle sur le droit chemin et que la relation prenne fin. Kate a compté sur la compréhension, dit-elle, de son mari et sur la force et l'endurance de leur mariage, qui ont fait que le mariage a duré. Ils sont toujours ensemble jusqu'à aujourd'hui.

MP: Et maintenant, récapitulons quelques points essentiels de l'enquête et les questions posées aux parents de Madeleine McCann.

VO: L’un des moments clés de l’enquête sur la disparition de Madeleine McCann a eu lieu à un moment où les parents de l’enfant avaient quitté notre pays à la fin de l’été 2007. C’est seulement à ce moment-là FAUX que la police anglaise a mis à disposition deux chiens déjà utilisés pour clarifier divers crimes à l’étranger. Les animaux, capables de sentir l'odeur de la mort, ont signalé la présence d'un cadavre à 3 endroits différents, dans la chambre où l'enfant dormait jusqu'au 3 mai
FAUX à l'intérieur de l'appartement Ocean Club à Praia da Luz, dans le jardin du complexe FAUX et à l'intérieur du bâtiment. Coffre de la voiture utilisée par le couple McCann quelques jours FAUX après la disparition de l’enfant, notamment pour un voyage à Huelva, en Espagne, à la suite d’un faux signalement de Maddie. FAUX Cette avance fournie par les chiens spéciaux de Scotland Yard a fini par ne pas être appréciée plus tard dans l'enquête, même parce que les McCann ne sont pas rentrés au Portugal alors que le processus était ouvert. Quelle salade ! Comme ont été ignorés les fluides biologiques également trouvés dans le salon de l'appartement et qui ont suggéré l'hypothèse de la congélation du corps. Quelle salade ! Dans le coffre de la voiture ont également été trouvés des cheveux qui ont été envoyés en Angleterre. La comparaison génétique n’a pas été concluante, mais Gonçalo Amaral admet que les résultats indiquaient la possibilité que le corps ait été transporté dans la voiture louée après la disparition. En septembre 2007, les parents de Madeleine sont rentrés en Angleterre, affirmant vouloir la paix. Toutefois, des indices ont continué de parvenir à la PJ.
[inséré un extrait du documentaire du 10e anniversaire de la CMTV]

Journaliste non identifié (UR): ... car une famille apparaît qui se révèle fondamentale ...

Gonçalo Amaral (GA): ... fondamentale pour l'enquête ...

UR: ... à l'enquête.

GA: Exactement, c’est une famille avec divers éléments, une famille irlandaise, avec le nom de famille Smith, qui ont dîné dans ce restaurant, ici, le Delfin [sic], quittent le restaurant ... et quand ils montent, quand ils marchent, ils viennent tous par ici, ils croisent avec un homme qu'ils décrivent, qui emmène, d'un pas précipité, et de ce côté de la rue, un enfant blond, la description de l'enfant disparue, sur ses bras FAUX avec la tête penchée ici. Ils ne peuvent pas voir les traits du visage de cette enfant, mais la décrivent comme étant âgée d'environ 3 ans, celui qui parle a des petits-enfants de cet âge. Il s’agit donc du premier événement et à ce stade, Robert Murat était soupçonné d’avoir un lien avec l’affaire, et ce témoin a déclaré: "Je connais Robert Murat et cet individu n’est pas Robert Murat". Plus tard, déjà lorsque les parents de l'enfant rentrent en Angleterre, nous parlons de septembre, mi-septembre, une image à la télévision montre le couple qui descend de l'avion, marche sur la piste, et ce témoin principal, quand il voit le père de l’enfant disparue avec l’un des jumeaux dans les bras, à la façon dont il marche, se dit: "Je vois la personne que j'ai croisée la nuit du 3 mai à Praia da Luz ”. 

VO: Dans le documentaire qui aborde toutes les thèses sur la disparition de Maddie, les parents apparaissent en tant que suspects. Cela s'est produit dès que PJ a décidé d'ouvrir son jeu et de dire qu'il était possible que MMC soit morte. À ce moment-là, il a également été dit que les trois enfants étaient sous sédation et que les parents dînaient tranquillement.

[inséré un extrait du documentaire du 10e anniversaire de la CMTV]

GA: Ils étaient endormis, ils ont continué à dormir jusqu'à ... jusqu'à l'arrivée de la police, NON tout ce monde, beaucoup de bruit à l'intérieur de la maison, des témoins, du personnel de l'Ocean Club et dormant, ils sont allés à l'appartement, dans un autre appartement où ils ont été emmenés plus tard, continuant de dormir, quand, plus tard, on a appris que la mère passait toute la nuit à vérifier leur respiration du nez et de la bouche, ce qui est aussi un peu grave ...

UR: ... et cela indiquerait quoi?

GA: Cela indiquerait qu’elle savait qu’ils pouvaient être sous sédation, pour ainsi dire, et qu'elle craignait que quelque chose ne leur arrive, comme cela aurait pu arriver à l’enfant disparu.

VO: Un autre des moments qui a suscité le plus de doutes parmi ceux qui soupçonnent l'implication des parents dans la disparition de l'enfant concerne le jour où la mère de Maddie a été interrogée toute la journée par la police. À ce moment-là, Kate a refusé de répondre aux 48 questions posées par la PJ de Portimão lors de l’interrogatoire qui a débuté dans la matinée et s’est achevé dans la nuit. Beaucoup de questions suggéraient que du sang et une odeur de cadavre avaient été trouvés dans la maison où dormait l'enfant. Une des questions est claire: si Kate avait une responsabilité ou une intervention dans la disparition de sa fille. 48 questions, zéro réponse.

MP: Et un chercheur américain a proposé à son laboratoire de réexaminer les échantillons d’ADN de l’affaire Madeleine qui n’avaient pas été jugés concluants. La police britannique a ignoré cette offre gratuite.

VO: Les policiers qui ont enquêté sur l’affaire Maddie au Royaume-Uni ont ignoré l’offre... Voir ci-avant. 



Rua Segura - 11.04.2019

Magali Pinto: Des experts britanniques font pression sur Scotland Yard pour qu’elle envoie aux États-Unis les échantillons d’ADN de l’affaire Maddie. La nouvelle analyse pourrait apporter un revirement à l’affaire.

Voice over: La police qui a enquêté sur l'affaire Maddie au Royaume-Uni a ignoré une offre d'experts légistes américains visant à réexaminer des échantillons d'ADN jugés insuffisants, trop complexes et peu concluants, insuffisants pour tirer des conclusions. Des experts médico-légaux britanniques et des policiers à la retraite font pression sur Scotland Yard pour qu'elle envoie les échantillons et ne comprennent pas l'absence de réponse. À titre d’exemple, un détective qui, au cours de sa carrière, a résolu 30 homicides, estime également que cette offre de nouvelles compétences peut aider à résoudre le mystère de Madeleine McCann. En gros, la police britannique devait envoyer les 18 échantillons d’ADN prélevés à ce moment-là par la police portugaise et analysés en Angleterre aux États-Unis, mais jusqu’à présent rien n’a été fait dans ce sens. Nous rappelons que Mark Perlin, expert en criminalistique nord-américain, rapporte que les techniques avancées de son laboratoire aux États-Unis peuvent donner des résultats impossibles il y a 12 ans. Ce nouvel expert dit que les nouvelles techniques peuvent apporter des résultats surprenants. Les preuves ont été rassemblées dans l'appartement de l'Algarve et dans la voiture louée par la famille après que la police eut détecté une odeur de cadavre. La police portugaise a envoyé ces vestiges à analyser dans un laboratoire médico-légal à Birmingham, au Royaume-Uni. À l'époque, les experts ont déclaré que certains composants de l'ADN correspondaient à Maddie, mais que les échantillons étaient trop complexes pour une interprétation significative. Cet expert américain estime que les méthodes utilisées à l'époque sont maintenant obsolètes. Son laboratoire, qui a même permis d'identifier les victimes du 11/9, peut permettre de débloquer ce que le laboratoire britannique n'a pas pu.