Grâce à la liberté dans les communications, des groupes d’hommes de même nature pourront se réunir et fonder des communautés. Les nations seront dépassées.
Friedrich Nietzsche (Fragments posthumes XIII-883)

11 - MAI 11 - GA à KMC : dire la vérité



G. Amaral plaide pour que KMC "dise la vérité" 
 - 11.05.2011
Traduit par FrenchEuropean

par Nigel Moore

L'ancien coordinateur de police portugais, Gonçalo Amaral a plaidé pour que Kate MC "dise la vérité" et a exprimé sa joie d'avoir retrouvé sa liberté de parole.

Parlant en exclusivité pour "mccanfiles.com", à la veille de la publication du livre de Madame MC au sujet de la disparition de sa fille Madeleine, Monsieur Amaral a dit qu'il était surpris par la revendication de Kate d'avoir écrit son livre "pour témoigner de ce qui s'est passé en vérité"

"Il est étrange d'entendre le mot "vérité" venant de la bouche de quelqu'un qui n'a pas coopéré avec la police quand l'enquête était ouverte", a-t-il dit.

"Et il ne s’agissait pas d'une enquête quelconque: il s'agissait de trouver ce qui avait causé la mystérieuse disparition de sa fille et les efforts énormes pour la retrouver.

Monsieur Amaral pense que les MC ont " le droit d'écrire ce qu'ils veulent au sujet de l'affaire." et approuve le fait que Kate "use de son droit de liberté de parole". Quelque chose dont il a été privé récemment.

"Un livre qui est écrit par quelqu'un qui était suspecté, peut être utile comme document, peut même constituer un élément de preuve dans un dossier d'enquête."

Monsieur Amaral dont le livre bestseller "The Truth of the Lie" (l'Enquête interdite) a suscité de coûteuses démarches légales impulsées par les MC, a dit qu'il se sentait " comme un homme libre" depuis que l'injonction qui frappait son livre, a été annulée par la Cour d'Appel en octobre de l'an dernier. "Les MC aussi se sont sentis libres puisqu'ils ont décidé d'écrire un livre, " a-t-il observé.

Les MC qui ont échoué dans un récent appel devant la Cour Suprème du Portugal dans leur tentative pour rétablir l'interdiction de publication, doivent maintenant rendre toutes les copies du livre qu'ils avaient saisies, actuellement en possession de leur avocat, ou ils sont passibles de poursuites criminelles pour désobéissance.

"La légalité a été restaurée", a dit Gonçalo Amaral. "Les MC ont simplement perdu ,une nouvelle action juridique qui a été payée par de l'argent provenant du Fonds qui, disaient-ils , est consacré à retrouver leur fille."

"Elle comme lui étaient et sont toujours plus préoccupés par la défense de leur image que par le désir de trouver ce qui a causé la mystérieuse disparition de l'enfant."

Une version anglaise du livre de Gonçalo Amaral est en attente de publication au Royaume Uni. "Après la publication du livre des McCann, il n'y a plus aucune raison pour que "The truth of the Lie" ne soit pas publié en Angleterre. Les Britanniques ont le droit de connaître tous les faits."

Monsieur Amaral pense que le dossier judiciaire va être ré-ouvert et "la vérité matérielle connue" et n'accorde aucun crédit à la pétition des MC pour une revue du dossier.

"C'est un des malentendus créés de toutes pièces par les MC, a-t-il dit, " ils ne désirent pas de revue du dossier, ils veulent tout simplement une revue des informations qui ont été ajoutées après le classement du dossier, (en l’occurrence des signalements de l'enfant.)

S"ils désiraient une revue du dossier, ils demanderaient la ré-ouverture du dossier criminel et de l'enquête, et ils fourniraient tous les rapports provenant de leurs différents détectives privés qu'ils ont embauchés."
.
Si le dossier était ré-ouvert, Monsieur Amaral pense qu'il y a "de nombreuses enquêtes" qui pourraient être diligentées pour aider à trouver la vérité.

"Il y aura toujours des enquêtes qui vont être le résultat des recherches et des rapports des détective privés des MC. Ces enquêtes devront prendre en considération les conclusions auxquelles est arrivée la police en septembre 2007".

"C"est le point de départ, mais, à la fin, il pourrait arriver que ces conclusions ne soient pas avérées." Ce qui est nécessaire, c'est de compléter une enquête qui a été soudainement interrompue du fait de la volonté parents d"un enfant qui a disparu mystérieusement."

Monsieur Amaral n'a aucun doute sur l'action qui devrait être menée immédiatement pour aider à révéler ce qui est arrivé véritablement à Madeleine.

"La première enquête diligentée devra être la reconstitution de la nuit du 3 mai 2007."

Note from Nige:
With regard to the article/interview with Gonçalo Amaral below, this was written specifically for the Sunday Express after I approached them and they showed interest in receiving a piece from me.
It became clear this weekend, from the material they did choose to publish, that they were not going to publish this article, in any form. Why? Your educated guess is as good as mine.

Whilst it is certainly true to say that the Express offered no promises regarding the publication of the article (as is to be expected), it is, nevertheless, extremely disappointing that the mainstream press continue to plough one furrow, the one already dug for them by the McCanns.