Grâce à la liberté dans les communications, des groupes d’hommes de même nature pourront se réunir et fonder des communautés. Les nations seront dépassées.
Friedrich Nietzsche (Fragments posthumes XIII-883)

07/08 - MAI>AVR - Auditions de Jeremy W




Jeremy W ne dit pas grand chose en réalité, hormis qu'il a vu Gerald MC et n'a pas vu Jane TB rua Francisco Gentil Martins, le 3 mai entre 20h45 et 21h15 (il sait qui est Jane TB, il l'a vue un peu plus tôt, 20h30, à un autre endroit). 
Il modifie son récit : présent dans le restaurant Tapas (4 mai)  il passe à son incapacité de voir l'intérieur du restaurant (7 mai). 
4 mai - yesterday, between 8.30 and 9pm, while he was in the Tapas restaurant, he noted...
7 mai - I left about 8:15 to 8:30 pm. I was pushing the pram around the complex and went to the toilet near the bar. I could not see inside the restaurant.
Il n'a pas vu d'où venait Gerald ni où il allait, mais il a vu qu'il marchait. Il indique qu'il faisait sombre, mais pas nuit noire comme diverses "reconstructions" fantaisistes le font croire. 
I believe that I left the apartment around 20h30. I calculate that I met Gerry on the road between 20h45 and 21h15.
I cannot affirm if I saw him exactly leaving the apartment through the passageway, and if he was heading towards the tapas Bar.
although it was not completely dark there was enough light to see clearly.
Il prend les devants et rapporte à un inspecteur qu'entre 8:30 et 9h, la veille, il a vu entrer dans le restaurant Tapas un homme d'environ 1m70, avec des cheveux blonds et longs, du style Rasta, avec des habits verts style armée. Cet homme n'est pas resté très longtemps. Son comportement était un peu étrange et il avait l'air assez nerveux. Il était seul, il n'a parlé à personne et est parti très vite. JW ne l'avait jamais vu.


2) JW produit une déposition écrite - 07.05.2007
À la demande de GA qui souhaite des détails sur un certain nombre de points, une équipe du MET se rend chez JW et recueille la déposition suivante (accompagnée d'un croquis localisant le point de rencontre). La déposition (l'original manuscrit en anglais est dans les PJFiles)  est envoyée au LC. 
Je suis... Cette déposition décrit mes vacances en Algarve et la conversation que j'ai eue avec Gerry, le père de Madeleine, le soir de sa disparition.
Nous sommes arrivés le 28 avril au complexe OC de PDL. J'étais avec ma femme.......Nous avons été logés... Il y a environ 15/20 appartements par immeuble.….
Gerry a le teint pâle, entre 1m78 et  1m83 et un léger accent de Glasgow. Il a des cheveux courts et sombres, un physique athlétique.
Nous avons joué ensemble au tennis pendant une partie de la (première) leçon. Nous avons parlé tennis et football. Il m'a fait l'effet d'être de bonne compagnie, grégaire et bavard. Les leçons de tennis duraient environ une heure. Nous nous sommes inscrits dans 4 au total. Je ne sais plus si j'ai vu Gerry encore ce jour-là.
Le 1er mai, nous avons eu encore une leçon de tennis ensemble. Après la leçon, cette fois-ci, nous avons fait un double avec deux amis à lui. C'est alors que j'ai réalisé que Gerry et sa famille étaient venus avec un groupe d'autres familles. Le jeu a duré environ une heure et quart.
Après le jeu nous sommes allés ensemble, avec un troisième homme appelé Russell ou Matt, chercher les enfants au mini-club.
Nous les y amenions à 9h chaque jour, jusqu'à 12h30. J'ai réalisé que Gerry avait trois enfants. Une fille appelée Madeleine et 2 jumeaux d'environ 2 ans. Le club accueillait les enfants de 3 à 5 ans. Il y avait deux groupes : les Sharks et les Lobsters. Ma fille était dans le groupe des Sharks. Je crois que Madeleine était chez les Lobsters. Je ne crois pas avoir vu la famille encore ce jour-là. 
Le 2 mai, j'ai vu qu'il pleuvait. La leçon de tennis avait été reportée à 14h30, mais j'ai découvert cela trop tard et j'ai perdu la leçon, je suis arrivé 5 minutes avant la fin. J'ai vu les gens de d'habitude. Je suis ensuite retourné chez moi.
Ce soir-là, Bridget et moi sommes allés au restaurant Tapas, qui fait partie du complexe, à côté de la piscine. Nous nous sommes assis pour diner à 19h30. Après environ 45 minutes, Jerry (sic) est apparu ainsi que l'un de ses amis. Je crois que c'était Russell. Ils se sont assis à la table d'à côté.
Nous avons naturellement parlé de choses quotidiennes. Nous avons parlé "enfants". Cette nuit-là nous avions eu recours au service de la crèche. Nous avons découvert que le groupe (les TP9) occupait les appartements du RdC derrière la piscine et qu'ils laissaient leurs enfants seuls afin de pouvoir dîner le soir au restaurant. Ils allaient régulièrement voir si les enfants dormaient bien.
J'ai découvert que Jerry (sic) était un cardiologue hospitalier. Sa femme était en train de mettre les enfants au lit. Nous avons reçu un appel de la crèche nous disant que notre fils était réveillé. Ma femme est partie d'abord et je l'ai suivie un peu plus tard. Le temps passé avec Jerry (sic) a été d'environ 15 à 20 minutes . Quand nous sommes partis il y avait 7 autres personnes avec Jerry (sic). (Rachael était souffrante) Je suis allé chercher ma fille à la crèche et nous sommes rentrés à l'appartement.
Le 3 mai, à 10h, je suis allé à ma leçon de tennis habituelle et Jerry (sic) était là avec une femme. Les deux autres femmes (des leçons habituelles ?) n'étaient pas là. Nous avons encore parlé de choses générales et joué pendant une heure. Je suis allé à la piscine où était Bridget. Je crois que la femme de Jerry (sic), Kate était près de la piscine et Jerry (sic) l'a rejointe. Ils ont conversé avec le tennis coach (she or he ?). Ils étaient très pris par la conversation, Gerry a fait une plaisanterie.
À 12:30 je suis allé chercher mon petit garçon à la crèche comme d'habitude. Tout le monde quittait la piscine à peu près au même moment. Je n'ai vu ni Jerry (sic) ni Kate. Nous sommes retournés à notre appartement. Nous avons décidé de passer la soirée chez nous en regardant la TV. Notre fils était réveillé et n'arrivait pas à s'endormir. J'ai décidé de l'emmener faire un tour dans sa poussette. Je suis parti vers 20:15/20:30. Je poussais la poussette autour du complexe et suis allé à la SDB du bar. Je ne pouvais pas voir l'intérieur du restaurant. Ce n'est pas ce qu'il dit dans le témoignage précédent. Dès que mon bébé s'est endormi j'ai pris le chemin du retour vers l'appartement. Je suis sorti vers la rue d'en haut (Agostinho da Silva probablement) Venait-il du parking en face de l'entrée du complexe Tapas ?
Je l'ai rencontré près des marches du patio. Il y avait une grille menant à quelques marches. J'ai eu l'impression qu'il venait de quitter l'appartement. Nous avons parlé pendant quelques minutes. Il a dit que je faisais mon devoir de promenade. J'ai parlé des pour et des contre et de quoi faire avec les enfants.
Il a dit que s'il était resté deux semaines, il serait resté dans son appartement une fois ou deux.
Je ne me souviens de personne marchant avec un enfant. La conversation a duré environ 3/5 minutes.
Il se comportait tout à fait normalement, étant donné ce que je connaissais de lui. Je suis ensuite revenu à l'appartement. J'ai dîné, regardé un DVD et suis allé me coucher vers 23h.
La sonnette nous a réveillés vers 1h. C'était le gérant, John, et l'un des amis de Jerry (sic), Matt. Il est Caucasien, mince et grand, avec des cheveux grisonnants. De conversations précédentes j'avais appris qu'il était un spécialiste du diabète. Nous l'avions rencontré dans l'avion. Matt a dit que la fille de Jerry (sic) avait été enlevée et que Gerry avait dit qu'il m'avait rencontré et qu'il voulait savoir si j'avais vu quelque chose. J'ai répondu "vous plaisantez". J'ai offert mon aide mais ils ont dit qu'on ne pouvait encore rien faire. Nous sommes restés dans l'appartement, mais je pouvais voir des gens autour de la piscine et devant avec des torches. J'ai vu aussi la police arriver. Nous nous sommes ensuite couchés.
Le jour suivant l'atmosphère était sombre dans le complexe. J'ai vu Gerry et Kate pour la dernière fois le 5 mai, vers 16 ou 17h. Nous étions assis près de la piscine. Je me suis avancé vers Jerry (sic), je voulais lui dire que je pensais à lui. Il m'a serré la main. Il était calme, mais ne pleurait pas. J'ai pensé que c'était brave de leur part d'aller à la piscine. J'ai dit hello à Kate. Je ne savais quoi dire dans cette situation. Elle avait l'air vraiment bouleversée. C'est la dernière fois que je les ai vus physiquement. Ma famille et moi avons quitté le complexe à 19h30 et pris l'avion pour Gatwick.
J'ai fait un croquis du complexe et marqué d'un X l'endroit où j'ai vu Jerry (sic) le jeudi soir.
3) Entretien chez JW, rapport despoliciers du LC (05.11.07)
Le soir du 31 octobre 2007 les officiers DC 1756 et DC 4356 de l'équipe du Leicestershire Op Task se sont rendus chez Jeremy Wilkins et Bridget O'Donnel pour tenter d'obtenir plus d'informations sur les TP9. Tous deux travaillent dans la production TV (documentaires). Bridget, auparavant collaborait avec la police dans le programme TV Crimewatch et comprend l'importance des informations sur le background. Ils sont mariés depuis plusieurs années et ont deux enfants (à l'époque fille 3 ans et garçon 8 mois). Ils ont choisi ce lieu à cause des facilités pour les enfants et parce que cette semaine-là était la moins chère de la saison.
Ils sont partis le 28 avril et ont conversé dans l'avion avec ROB et MO, ayant des enfants du même âge qui ont joué ensemble dans l'avion. Ils ont aussi fait connaissance de Jane TB et de Rachel MO. À l'arrivée au complexe ils se sont vus attribuer l'appartement G4O. Cet immeuble étant situé près des courts de tennis, au coin des rues  1 de Maio et Agostinho da Silva, est adjacent à l'immeuble où se trouvait l'appartement des MC.

Jeremy a fait connaissance de GMC à la session de tennis coaching menée par le personnel associé à Mark W, le lundi 30 avril. Il l'a trouvé amical et désireux de bavarder. Il a fait équipe avec lui pendant une partie de la leçon et le décrit comme un bon compagnon, si ce n'est un peu grégaire. Il n'a revu ni GMC ni aucun TP avant le 1er mai. C'était encore au cours d'une session de tennis et c'est alors qu'il a réalisé que les gens qu'il avait rencontrés dans l'avion faisaient partie du même groupe. Jeremy explique qu'il a utilisé le service "crèche" fourni par le resort. Ce service permettait aux parents de laisser leurs enfants entre 3 et 5 ans (mais les petits aussi !) auprès d'un personnel qualifié lors de plusieurs tranches horaires. Il se souvient avoir marché jusqu'à la crèche avec GMC qui y avait laissé Madeleine. C'était vers 12h30, le 1er mai. Il explique que les enfants pouvaient être laissés avec les nannies le soir et qu'on venait chercher la plupart avant 10h (c'était ouvert jusqu'à 11h30). Il n'était pas inhabituel de voir des gens marcher dans les rues le soir avec un enfant endormi dans les bras. La crèche fournissait aussi une couverture pour couvrir l'enfant, si on le demandait. Il avait profité de ce service, c'est pourquoi il savait comment il fonctionnait.
Jeremy and Bridget étaient allés au Tapas bar plusieurs fois et il avait remarqué que le groupe avait une table réservée pour tous les soirs. Cela était contraire au règlement selon lequel on ne pouvait réserver de table pour plus de trois soirs d'affilée. Le groupe était bruyant mais débonnaire, Gerry étant la figure centrale et presque entouré par sa cour. Toutefois ils avaient remarqué que David P était aussi grégaire et se prêtait presque au jeu de Gerry, sans être à sa hauteur (almost playing along with, if not up to, Gerry). Rivalité latente ? Imitation ?
Jeremy et Bridget se sont aperçu que, bien qu'utilisant le service crèche pendant la journée, les MC ne le faisaient pas le soir et laissaient leurs enfants dans l'appartement mais allaient voir si tout allait bien régulièrement, et que les autres membres du groupe semblaient faire de même.
Ils se sont dits surpris par cela car l'appartement des MC se trouvait à un endroit qui semblait vulnérable. Ils savaient que l'appartement était à un coin, avec un accès facile à la rue. Les appartements n'étaient pas très sûrs et il était facile d'entrer.

Ils expliquent ainsi les événements du 3 mai 2007 :
JW est allé joué au tennis à 10h30 et il se souvient que Gerry était là. Il a parlé avec lui et une femme de son groupe dont il ne sait pas le nom (Dianne ?), après quoi ils sont tous allés à la piscine. Gerry et Kate étaient là et ont passé la plupart du temps à parler avec LA tennis coach. La coach a parlé de sa vie en général et Jeremy et Bridget ont remarqué que Gerry et Kate l'écoutaient attentivement. Jeremy a pensé qu'ils étaient très polis puisqu'ils ne la connaissaient pas.
À 12h30 J et B sont allés cherchés leurs enfants à la crèche. Ils n'ont pas rencontré le groupe l'après-midi. Ils ont décidé de passer la soirée dans l'appartement. Leur fils n'arrivait pas à s'endormir et vers 20h15 Jeremy l'a mis dans sa poussette et est parti le promener. Il a marché autour du resort et est entré dans le Tapas bar pour aller à la SDB. Il ne peut dire quelle heure il était. Son fils était encore éveillé, donc il a encore marché dans les allées environnantes. Il a remonté FGM en direction de ADS. Alors qu'il marchait sur le côté droit de la rue, au moment où il passait devant le tapas bar à sa gauche, il a remarqué que l'éclairage public était mauvais, mais il ne faisait pas encore complètement nuit, il y avait assez de lumière pour voir. Alors qu'il s'approchait du coin que forme l'appartement des MC, il a vu Gerry apparaître du côté de la grille. Il a traversé la rue et a bavardé avec lui. Gerry tournait le dos au building, près de la grille, et Jeremy lui faisait face. La rue ADS éait à 10/15 m à sa droite et l'allée longeant les buildings à environ 5 m à sa gauche.
Il dit catégoriquement qu'il n'a vu personne d'autre dans les parages. Questionné sur le passage de Jane TB, il affirme à nouveau qu'il n'a vu personne. Il déclare aussi n'avoir vu ni entendu personne à sa droite. Il est conscient des images publiées récemment dans les journaux (bundleman) montrant quelqu'un marchant avec un enfant enveloppé dans une couverture et posé sur ses bras étendus, censé traverser la rue à sa droite, mais il dit encore qu'il n'a vu personne.La conversation avec Gerry a duré environ 3 minutes, Gerry était bavard et normal. Jeremy est ensuite parti vers son appartement.

Ils sont allés au lit vers 23h, mais ont été réveillés vers 1h par un coup sur la porte. Ils ont ouvert et parlé avec le gérant (John Hill) et quelqu'un qui faisait partie du groupe, Matthew. C'est là qu'ils ont appris que Madeleine avait disparu.
Ils n'ont plus eu de contact avec la famille, ils les ont seulement vus passer dans le complexe.
Plusieurs semaines plus tard, Gerry a appelé Jeremy pour lui demander la permission d'utiliser son nom dans le portfolio d'éléments probants compilés par une agence contractée par les MC. (Control Risks ?) Ils ont insisté beaucoup et ont plusieurs fois essayé de le contacter à son boulot et chez lui. JW a des objections, non quant à la demande, mais quant à la méthode employée.


Pourquoi JW a-t-il refusé de situer dans le temps sa conversation avec Gerald MC, qui aurait pu avoir lieu entre 20h45 et 21h15, soit une fourchette d'une demi-heure.
Le 4 mai, il déclare à la PJ que, la veille, il était au restaurant Tapas entre 20h30 et 21h.
Le 7 mai, il déclare être sorti de chez lui vers 20h15 et 20h30 et quand il est allé aux toilettes du restaurant il ne pouvait pas voir à l'intérieur.
Donc dans l'espace de 3 jours sa présence au restaurant s'est changée en impossibilité de voir l'intérieur du restaurant.
Le 5 novembre il déclare avoir fini sa promenade au Tapas bar où il est allé aux toilettes.
Donc finalement était-il au restaurant, près du bar ou au bar ?



4) JW dépose dans mission rogatoire (08.04.2008)

This statement, consisting of five pages, each signed by me, is true to the best of my knowledge and belief and I make it knowing that, if it is tendered in evidence, I shall be liable to prosecution if I have willfully states in it anything I know to be false or do not believe to be true.
I am the above referenced person and live at the address previously given to this police. I gave an earlier statement to the Metropolitan Police relative to my holidays in Portugal in May of 2007. I stayed at the Praia da Luz resort from where Madeleine McCann disappeared. We arrived on Saturday, April 28, 2007.
Yesterday, I received a visit from Leicestershire police officers with the intent of clarifying some aspects and to obtain any possible additional information. The conversation was recorded as was the interview which was conducted by the same agents. I was told that these questions originated from the rogatory letter sent by the Portuguese authorities. I am aware that my deposition is subject to the Portuguese Criminal Code in addition to British law.
I was asked to read my original statement to refresh my memory for which I was given authorization.
What follows are answers to the questions posed to me in the following order:
Q. Relative to the time I met Gerry McCann on the Thursday night of May 3, 2007;
As stated in my original deposition, I believe that I left the apartment around 20h30. I calculate that I met Gerry on the road between 20h45 and 21h15. I am aware of the importance of this hour and am also aware that the media announced our meeting time as 21h05. Even if this were correct, I have no idea from where such information originated. It is not possible to give you a more exact time.
Q. From which direction Gerry travelling when you met'
From previous conversations had with Gerry, I am of the notion of the usual routine of the group in relation to checking on their children when they were in the Tapas Bar. I also was aware of the location of the McCann apartment. Naturally when I met him that night, I assumed that he had gone to check on the children. I cannot affirm if I saw him exactly leaving the apartment through the passageway, and if he was heading towards the tapas Bar.
Q. Relative to the exact location you met Gerry'
I left my apartment pushing my son's pram so that he could sleep. I did not have a particular direction to follow nor did I have a specific time to do this. I left the apartment and turned right. I walked via the lower street, looked to the building block where the McCann apartment was situated and saw a woman dressed in purple clothing. I referred to this woman in relation to the questions asked by Jane Tanner. At the next crossing, I turned right and continued on down the hill. At this point, I saw a man that was coming from the road and was headed to the reception. I believe that he was with a woman but I cannot be precise of any detail about her. It was a tall Caucasian man, with blonde hair in 'rasta style' tied with a band instead of free flowing. When I arrived, I headed to the WC near the pool area. He also was in the WC but appeared to be a taking a long time. I do not remember if he was still in that place when I left. I did not see a woman in that zone...
I had never before seen this man and did not see him after this. The next morning, after having become aware of Madeleine's disappearance, we went to breakfast and left the children in the club. Bridget and I returned to the apartment and minutes afterward, a uniformed police officer, accompanied by a British man serving as interpreter, showed up. Later we came to know him as Robert Murat. I do not remember if he gave me his details but recently when I was cleaning a bag, I came across a card with his name and telephone number. I believe that he may have given this to me so that we could contact him in case we had any additional information to offer. The police officer asked us if we had noticed anything out of the normal and Robert Murat translated. I spoke to him of the 'rasta man' and the police officer took some notes on paper. He also noted our names and passport numbers. During the days that followed, as we passed through the police cordon, we noticed Robert Murat on numerous occasions. On Friday, the 4th of May or Saturday, 5th of May 2007, at one of the police cordons, I again saw Robert Murat. He told me that they had investigated the lead of the 'rasta man' but that he was a local man and that everything was okay. He thanked me for my collaboration. I never saw Robert prior to his visit to our apartment with the police officer...After leaving the WC, I continued to walk around the back of the tennis court, and returned via the pathway opposite the pool in the Tapas complex. Whilst walking the streets, I was hoping my son would fall asleep. Some of the walkways did not have an exit and for this reason I walked practically in circles. When walking one of these paths, I came across a tourist called Curtis with his girlfriend whose name I do not know. He also knew Gerry from the tennis lessons. I remember passing by them but I assumed they were headed to dinner. Eventually, I left one road to the other side of the street to the pool complex, between the McCann apartment and the Tapas Bar. In order to visualise this street, I believe it was the street most used by the news agencies and journalists as all the parked cars indicated during the coverage period.
When I left the street, I remember seeing Gerry on the other side of the same. I believe that there was some speculation in the press regarding the circumstances of this encounter. I remember that I crossed the street to talk to Gerry. According to what I remember, Gerry was walking when I spotted him. As I mentioned previously, I assumed that he had gone to check on the children and was headed back to the Tapas Bar.
From what I remember, the conversation happened right there on the pathway but I am not certain who was located exactly where.
Q. Relative to the time we conversed
I am more certain of this than I am of our relative positions.
The conversation lasted for approximately three to five minutes. We spoke of the care of children and how they were getting along. He told me something like 'he was on night duty'. I explained to him that I was returning to the apartment as my son was now sleeping. I assumed that Gerry was off to dine with the group in the Tapas bar, but I cannot precisely say this came from him or if I figured this out from our previous conversations regarding the checking system for the children. I remember that Gerry told me if he had stayed another week, he would likely do as I was doing and would stay with the children one night. It appeared as though he was jealous of what I was doing, but given that he was with a big group, he felt the obligation to meet with them every night, and the chosen location was the Tapas bar. I believe that there was some sort of agreement with the tapas Bar as they appeared to have a reservation every night and it was impossible for other guests to book at spot there.
I do not know if we were face to face or side to side when this conversation occurred. As I had the pram with me I was rocking it so my son could sleep, it seems to me that I was in the downward direction, but it is possible that I was in the opposite direction.
I do not remember having seen anyone else at this time besides Gerry. After leaving each other, Gerry walked downward in the direction of the Tapas Bar and I began to walk in the other direction, up the pathway. I turned left at the crossing (donc il n'a pas pris l'allée) and passed the apartment. I did not meet anyone else during my walk and once in my apartment, I did not venture out again.
Q. Relative to whether I know Jane Tanner
Now I know her name, description of the clothes and photos which I have seen in the press. At that time I knew of her as a member of the group but did not know her name. I do not remember having seen her when I spoke with Gerry, but I believe I saw her when I first ventured out. She was stopped on the street in front of one of the group's apartments when I passed her down towards the exit to my apartment. (on ne comprend pas où il était, sur le parking du G4 ?) I do not know if it was her apartment or not. I remember that she was wearing the colour purple.
Q. Relative to the passerby/transient
I can affirm that it was a quiet street and it was very unlikely that someone could have passed by me in this way but this is an assumption and I do not remember anything having happened.
Q. Relative to anything strange in Gerry's behaviour
I can affirm without any reservation that Gerry's behaviour was absolutely normal. He was not preoccupied and conversed and appeared relaxed. He behaved if the same form as with the other times we met.
Q. Relative to the visibility and lighting conditions
I believe that the time I left it was dusk (the term lusco-fusco used in this statement is a Portuguese expression to define those brief moments when day and night intermingle in an undefined state, dusk, when day isn't still night) or nighttime when I returned and I do not remember if it was already dark when I spoke with Gerry. There were no weather conditions that impacted visibility. Given the lighting and the atmospheric conditions, I believe that it would have been possible to see if an individual was near but evidently, the greater the distance, the harder the difficulty in seeing. I would say that when I spoke with Gerry it was possible to recognize someone I knew who was passing on foot at the crossing at the top of the hill or to describe approximately someone unknown from that distance. Ce que n'a pas fait Jane..
Q. relative to the return to Portugal to realize a reconstitution
I spoke with the police for a long time regarding this topic. I had some reservation about the press' intrusion onto my personal life and the hurt that resulted. I actually think that I would prefer not to take part. I have helped the investigation and am particularly interested if the investigative team gave me a solid base which would justify the reconstitution.

I was also asked question raised by the arguidos, to which I responded as follows.
Relative to my familiarity with Gerry and Kate.

I got to know them on Monday, 30th of April 2007 when I arrived at the tennis lesson. I had booked lessons and believed that Gerry had done the same. I believe that Kate was with Gerry before the first lesson but did not play.
Relative to the encounters between the 29th of April and the 3rd of May
I played against Gerry in the tennis lessons and we played a game outside the lessons together with two friends who made up part of his group. Kate was in the immediate area of the resort but the reason for our meetings was normally tennis. We got along well together.
Relative to seeing them with Madeleine and the other children;
I do not have grand memories of Madeleine but did see her on some occasions with her parents in the creche. My last memory of the twins, specifically, was in the company of adults (I think they were friends that travelled here) in the pool zone and also on the day that we left, Saturday 5th of May, 2007.
I never saw any member of the family inside or possessing a vehicle.
Relative to the encounter with Gerry and Kate on the 3rd of May 2007

I had a tennis lesson with Gerry from 10h00 to 11h00. After the lesson we (sa femme et lui probablement) went to fetch the children from the creche. I saw Gerry and Kate near the pool relaxing. I remember that they were talking to a British tennis instructor whose name is George or Georgina. I remember that she was telling them a bit about her personal life. Later that day, I went once again to collect the children from the creche and believe I saw them there, but I cannot affirm with exactitude if it was that day or if had been on a previous day. We did not see each other again on this day.
Relative to when I became aware of Madeleine's disappearance
After having gone to sleep on the 3rd of May, we were woken around 01H30 by the manager of the resort, John Hill and by a friend of Gerry's. It was them who told me what had happened. I did not see or hear anything else than what has been stated in this statement. I did not take part in any searches. I offered my help but it was not necessary. I did not see Gerry and Kate again until the afternoon of our departure. They were in the tourist complex. This was on Saturday, 5th of May 2007. If was a very emotional encounter and I did not know what to say to them. I went over to Gerry and gave him a pat on the shoulder and spoke briefly with Kate. Together they appeared constrained and I became emotional as well.
Relative to the meeting with Gerry McCann
I have already testified to the time of our encounter in this statement and have also spoken to the location where we met, when I saw him for the first time, what I observed regarding the details of our conversation. The same applies to Jane Tanner.
Relative to the sighting in Dr. Francisco Gentil street
From the location where we met for our conversation, it is possible to see the top of the hill. I cannot confirm if I was always turned in this direction. It is definitely possible that someone could have crossed holding a child without my noticing.
I do not remember any other information or relevant details which could help this investigation.

The witness should be expressly asked about his availability to come to Portugal, on a date yet to be set (as soon as possible), in order to re-enact the events occurred on 3rd May, 2007, between 5.30 p.m. and 11.00 p.m. at the Ocean Club, with sound and image recording. This should be requested to him during the interview.
We don't know when Jez spotted Gerry. Going up a steep hill pushing a buggy you tend to look down and not up. Gerry had probably left the gate and was taking a few steps towards Jez to bar him from the gate.



Heure du chat

JW a déclaré ne pas pouvoir dire à quelle heure il était de retour après la promenade d'endormissement, mais BOD dit qu'il était juste 21h30.

Met-on 15 minutes pour aller de la grille du patio du G5A au G4 où J et B logeaient ?

Tout au plus 5 minutes.

Mais JW ne souhaite manifestement pas s'engager et, au lieu de calculer à rebours à quelle heure il a quitté GMC (ce qui aiderait à déterminer l'heure du rapt), il préfère être vague et déclarer que "c'était entre 20h45 et 21h15", une fourchette de 30 minutes !




De quel côté de la rue ?

Imaginez que vous quittez la table d'un restaurant quelques minutes après avoir passé commande pour faire un saut chez vous, à moins de 100 m, et vous assurer que vos enfants dorment sagement. Vous n'aimez manger ni froid ni réchauffé, surtout quand le fond de l'air est frais. C'est peut-être même une des raisons qui vous font laisser la porte-fenêtre ouverte car passer par le patio est le plus court chemin. Alors que vous sortez du patio pour retourner au restaurant, vous apercevez un compatriote, transitoire partenaire de tennis, qui monte la rue avec une poussette. Il est sur le trottoir opposé. Il vous a vu aussi et se prépare à traverser. Traversez-vous la rue pour converser avec lui, obligeant l'autre à s'arrêter, voire à reculer, alors que 1) vous devrez la retraverser pour arriver au restaurant, 2) vous êtes relativement pressé car le plat principal vous attend ? Il est infiniment plus probable que vous laissez l'initiative à l'autre, a fortiori parce qu'il doit traverser pour rentrer chez lui. Si, vous apercevant, il entreprend de traverser la rue, vous ne continuez pas votre chemin en l'ignorant : vous marquez une pause et échangez quelques paroles avec lui, ne serait-ce que par courtoisie.

Il suit de là qu'il est difficile de croire que Jane TB, qui a des "claquettes" (l'onomatopée flip-flop qui les désigne en anglais est expressive) soit passée à deux pas (à la lettre) sans être vue ni entendue d'au moins l'un des deux hommes et sans faire un signe de la main ou lancer un "hi", ce que l'on fait toujours, même si l'on s'est vu le jour-même, ou même cinq minutes avant. Le salut vise seulement à marquer que l'on est conscient de la présence de l'autre.
Pourquoi Gerald se serait-il donné la peine de traverser la rue pour parler à quelqu'un qui se préparait à la traverser, étant sur le chemin du retour ? Ce point ne soulève guère de doute, a fortiori parce que JW a affirmé lors d'entretiens différents qu'il avait traversé la rue et a même dit où. En revanche la question demeure de savoir quand la rencontre a eu lieu et combien de temps a duré un bavardage sans aucune importance, comme JW le précise. Du reste, si son bébé était enfin endormi après presque une heure de promenade, JW devait craindre qu'il ne se réveille avant d'être mis dans son cot. C'est pour cela qu'il n'arrête pas de bouger la poussette d'avant en arrière. Les deux hommes ont probablement conversé à voix basse.

Comparaison entre les déclarations
JW 7th May statement :
Il a rencontré GMC "près de la grille donnant sur l'escalier "(du patio), il s'est dit que "GMC venait de l'appartement". Mais apparemment il n'est pas sûr, ou ne veut pas s'engager, car

JW Rogatory :
Il a assumé que GMC "venait de vérifier que ses enfants dormaient bien", en raison de conversations précédentes, mais ne peut affirmer qu'il l'a vu quitter l'appartement ni dire si GMC s'est dirigé ensuite vers le Tapas bar.



JW semble tenir énormément à faire des déclarations prudentes : s'il n'a pas vraiment vu Gerry sortir par la grille, il ne peut pas dire que c'est ce qu'il a fait. Toutefois il est possible que la nature de la conversation lui ait fait penser que Gerry venait de l'appartement. Il est aussi possible que son impression provienne du mouvement esquissé par Gerry lorqu'ils se sont dit au revoir : allait-il descendre la rue vers le Tapas bar ou se diriger vers la grille ?



ROG 8 April 2008

JW dit que lorsqu'il a quitté la rue (quitté le trottoir pour traverser ?) il a vu Gerry de l'autre côté de cette rue. JW remarque qu'il y a eu des "spéculations dans la presse quant aux circonstances de cette rencontre". Il "se souvient qu'il a traversé la rue pour parler avec Gerry" et que "Gerry marchait quand il l'a aperçu". Il se souvient qu'ils ont parlé sur le chemin (au bout du chemin ?) mais il n'est pas sûr de la localisation exacte de chacun d'eux.

JW a dit qu'il avait regagné son appartement par la rua Agostinho da Silva.

Par ailleurs, puisqu'il était sur le trottoir opposé, il était logique eu égard à la poussette que, arrivant au parking (en face de la réception de l'OC) il traverse la rue plutôt que remonter sur le trottoir après avoir franchi l'entrée du parking.

L'imprécision temporelle du témoignage de JW :
On penserait que le fait d'être sur le chemin du retour (enfant endormi) et à 3 minutes de son propre appartement aurait aidé JW à situer la rencontre dans le temps.


Q. Relative to the time I met Gerry McCann on the Thursday night of May 3, 2007;
As stated in my original deposition, I believe that I left the apartment around 20h30. Il avait dit 20h15/30

I calculate that I met Gerry on the road between 20h45 and 21h15. I am aware of the importance of this hour and am also aware that the media announced our meeting time as 21h05.
Even if this were correct, I have no idea from where such information originated. It is not possible to give you a more exact time.

Il faut comparer à la déclaration d'octobre où il dit qu'il était en train de regagner son appartement : dès que mon bébé s'est endormi j'ai pris le chemin du retour vers l'appartement.

L'indétermination de JW pourrait s'expliquer par le souhait d'écarter une certaine pression venant des MC, comme semble l'indiquer le rapport du 5 novembre 2007.

Il est étonnant que, puisque JT voit le ravisseur traverser la rue juste après avoir dépassé JW et GMC, puisque Matthew lui annonce que Madeleine a été enlevée, on ne demande pas à JW, à 1h du mat, s'il a remarqué cet individu quand Jane est passée à côté d'eux. Par ailleurs, parce qu'il avait été dans les parages, tournant en rond, pendant trois quarts d'heure il aurait pu remarquer quelque chose, il était même une des premières personnes à contacter !



Une théorie

Peut-être que GMC a bavardé avec JW à l'aller et non au retour, il ne savait rien, il était normal. Il est possible qu'en franchissant la grille, il ait vu tout de suite le pyjama clair sur le bac à fleurs.. Le cri de Capenter ? Il prend sa fille dans ses bras, grimpe les marches et va entrer quand il entend la poussette de JW. Il pose l'enfant sur la véranda, descend les marches et s'offre un alibi. Ou bien : il entre dans l'appartement, découvre que sa fille n'est plus là, entre en panique et commence à la chercher partout (est-ce un "Madeleine" lancé par lui qu'a entendu Mrs Carpenter ?). Il trouve le corps de Madeleine, peut-être dans le massif de plantes où elle serait tombée en se penchant ou en grimpant sur la balustrade afin de distinguer l'origine des voix qu'elle entendait venir du Tapas. Il emporte le corps à l'intérieur et le cache derrière le sofa. Puis il retourne au Tapas. Après l'alarme il revient avec Kate dans l'appartement, saisit le corps de Madeleine et part vers l'océan par l'allée obscure. Au retour il raconte à Kate la rencontre avec la famille S et ce que, par conséquent, il a dû faire du corps  (le cri de Salcedas).
Ou il retourne au Tapas et ne dit rien, ne peut rien dire compte tenu de circonstances. Il attend que Kate revienne, alertant sur la disparition de Madeleine. Il revient avec elle dans l'appartement. Il doit lui dire ce qui est arrivé, il lui dit de dire qu'elle a trouvé le volet et la fenêtre ouverts (elle bombarde cela sur Dianne), il emmène le corps. Quand il revient il doit lui dire ce qu'il a dû faire, elle pousse le cri de Salcédas.

Pourquoi GMC a-t-il répété avec insistance, contre JT et JW, que la rencontre avec JW avait eu lieu de l'autre côté de la rue ? Si JT était passée à un mètre de distance, ils n'auraient pas manqué, au moins, d'entendre ses flip-flops.
Est-il possible que JT ait prétendu avoir vu Tannerman alors qu'elle passait à côté des 2 hommes parce qu'elle voulait s'exonérer de la responsabilité de ne pas avoir réagi ?
Jane n'a pas raconté la même histoire dans la nuit du 3/4 mai : dans cette première version "Tannerman", elle se trouve dans le corridor et Tannerman dans AGS...



Un peu trop de “faits” incompréhensibles en 90 minutes :

L'appartement ressemble à une passoire, il y a la porte-fenêtre ouverte d'un côté, pour entrer, et la porte principale comme issue de secours.

GMC est dans l'appartement en même temps que le ravisseur.

GMC, JW, JT et le ravisseur sont dehors à quelques pas les uns des autres.

Les deux premiers ne voient pas les deux derniers (on ne sait pas si le ravisseur voit quelqu'un)
Aucun son n'est proféré par Madeleine.
Les Smiths voient le ravisseur 45 minutes après JT.

JW dit que GMC marchait. Marchait-il vers la grille (du patio) ou s'éloignait-il d'elle ? S'il était "très sûr" que GMC s'éloignait de la grille, "près de la grille", "près de la grille" n'est pas "à la grille"...

JT assume, on ne sait pour quelle raison, que GMC revient de l'appartement. Dans sa version de la nuit du 3/4, elle s'en retourne au Tapas et d'ailleurs Russell dit qu'elle a vu Tannerman sur le chemin du retour. Rien pourtant n'interdit de croire que GMC a rencontré JW après avoir quitté le restaurant et qu'il se prépare à entrer dans l'appartement à la fin de la conversation. JT est censée être partie très vite après GMC. Si GMC a passé un certain temps loin du restaurant, la rencontre avec JW est plus probable avant qu'après. Mais si l'on croit BOD, la rencontre aurait pu commencer vers 21h20.



JW semble réservé et éviter de confirmer positivement les déclarations de GMT quant à l'heure et au lieu exact de leur rencontre. Ainsi la tranche horaire qu'il concède est d'une demi-heure. Il est plus ferme sur l'endroit, mais n'en fait pas un casus belli. Toutefois, par ailleurs, il dit que son enfant était endormi lorsqu'il a rencontré GMT et qu'il était donc de retour vers son appartement et sans doute pressé d'arriver et de dîner.
Il faut pondérer le poids de l'incertitude quand, en face, on a des parents qui, non seulement n'ont plus leur enfant, mais ignorent ce qui a pu lui arriver, c'est peut-être ce qui explique la réserve de JW. Qui aurait le courage de contredire des parents orphelins ?




24.04.2008
To : Ricardo Manuel Goncalves Paiva
Subject : NOT PROTECTIVELY MARKED : FW : Re-enactment questions
Ricardo
here is Jes's reply
spk soon
Stu


From : Jes Wilkins
Sent : 16.04.2008     CallmeStu met 8 jours à faire suivre...
To : Prior Stuart

Subject : Re : Re-enactment questions
Thanks Stuart,
As discussed with your colleagues last week (ROG ci-dessus) I still feel reluctant to agree to this for a number of reasons including family and work commitments, the likelyhood of media intrusion and a lack of information about anything tangible or constructive that is likely to be achived by doing this.
I am happy to discuss further if necessary.
Jes


----------Original Message------------- From : Prior Stuart
Sent : 16.04.2008 16h48
To : Jes Wilkins
Subject : Re-enactment questions
Dear Jeremy,
As you are aware I had the opportunity to discuss the proposed re-enactment in Portugal, of Madeleine's disappearance with the PJ Director and Senior Investigating Officer Paulo Rebelo. I explained the concerns that you and the other holidaying friends had raised over your involvement in this re-enactment.
He informed me that he would consider the comments that each of you made and would discuss these issues with Senior colleagues of the PJ and the Prosecutor.
He has now had the opportunity to do this and has forwarded the attached document to me which explains the Portuguese position in relation to the concerns that you have raised.
He has asked that I forward a copy of this response to each of you.
I trust that these answers will assist you and the others in reaching a decision as to whether you intend to participate in the proposed re-enactment.
If you wish to discuss this further then please do not hesitate in getting in touch with myself.
Stu


Stu envoie un courriel à JW le 16 avril à 16: 48, il fait référence à la réponse du PR et de la PJ. Il dit que Rebelo lui a forwardé une copie de la réponse du PR en lui demandant de la communiquer à tous les invités à la reconstitution. Il ne dit pas qu'il l'envoie... mais pense que les réponses du PR vont aider les invités à prendre une décision.

JW répond 2h20 minutes plus tard... (19:10). A-t-il eu le temps de lire la lettre du PR (s'il l'a reçue) ? A-t-il eu le temps d'en parler avec BOD ? De consulter son agenda, ses compromis, etc ? Le fait est qu'il ne mentionne pas, dans sa réponse, la lettre du PR et ne fait référence qu'à la conversation avec les flics ROG de la semaine antérieure.



From : Prior Stuart
Date :
30.04.2008 heure ?  
To : Ricardo Manuel G. Paiva
Subject : FW : Witnesses' Questions
Ricardo
This is the reply from Jes.
It implies that if each of the other witnesses' are going to take part then Jes will consider his position as to whether he will attend or not.
Give me a call
Stu


From : Jes Wilkins
Sent : 30.04.2008 12.09 pm
 
To : Prior Stuart
Subject : Witnesses' Questions
Thanks for this and for your message. Lequel ?
La lettre du PR ?  
I'm not sure what they mean by witnesses' being compelled to attend as my understanding is that I am under no obligation ?
C'est donc bien ce que CallmeStu a sous-entendu : ils ne sont pas obligés de reconstituer, ce qui n'est pas tombé dans l'oreille de sourds...
My position remains the same really. As you mentioned in your message last night if everyone else is on board and I am the only outstanding person saying no I would be more likely to reconsider.
Feel free to call me if you wish to discuss it further.
Best
Jes

--------------------Original Message--------------------
From : Prior Stuart
Sent :
29.04.2008 19.10 To : Jes Wilkins
Subject : Witnesses' Questions
Dear Jes,
This is the response that I have received from Paulo Rebelo, the Officer leading the Portuguese Investigation, following the issues that you and your friends raised in relation to the proposed re-enactment and his earlier replies.
I will call you shortly to discuss this further,
Thanks
Stu

Où est cette réponse ?