Grâce à la liberté dans les communications, des groupes d’hommes de même nature pourront se réunir et fonder des communautés. Les nations seront dépassées.
Friedrich Nietzsche (Fragments posthumes XIII-883)

11 - Pat Brown revisited (2)



6. Le développement d'une théorie


Un des points faibles du scénario enlèvement, c'est qu'il ne peut avoir été perpétré que par un simple d'esprit (qu'il entre et/ou sorte par la fenêtre alors que la porte est ouverte ou ouvre la fenêtre pour laisser croire qu'il est entré et/ou sorti par là), sans équipement de base (pour anesthésier puisqu'il va devoir marcher pendant un certain temps) et sans véhicule. 
Un autre point faible est l'absence d'empreintes, de traces d'effraction et de marques sur le lit placé sous la fenêtre.
KMC écrit que pendant longtemps nous avons pensé que le ravisseur était entré et sorti par la fenêtre de la chambre des enfants, mais il est aussi possible qu'il soit entré par la porte-fenêtre ou même qu'il ait eu une clef de la porte principale. Il est peut-être seulement entré ou sorti par la fenêtre ; peut-être n'est-il ni entré ni sorti par la fenêtre, mais il l'a ouverte pour se ménager une sortie d'urgence au cas où, ou simplement pour dérouter les enquêteurs.
KMC, nulle part dans son livre, ne parle de preuve ou de manque de preuve liée à la fenêtre et aux persiennes. Elle ne dit nulle part que la PJ a forgé des preuves ou n'a pas fait son boulot. Au contraire elle cautionne l'absence d'indices d'effraction : peut-être n'est-il ni entré ni sorti par là !
Elle n'aurait jamais pu écrire cela s'il y avait eu une infime trace de passage comme l'écrabouillement des lychens. Écrire cela est incompatible avec les deux précédentes hypothèses. S'il n'y a aucune marque, alors personne n'est passé par là. Reste à trouver une explication pour la fenêtre fermée, mais l'issue ou la ruse sont ridicules.


On ne voit pas l'intérêt d'une issue aussi peu commode pour qui a un enfant dormant dans les bras alors que la porte s'ouvre de l'intérieur et débouche au même endroit. On ne comprend pas en quoi les enquêteurs auraient été trompés puisque, sortant par la porte ou sautant par la fenêtre, le ravisseur arrivait dans le même corridor. Eût-il été lourd et empoté, il eût pu ainsi mettre sur la piste d'un ravisseur élancé ? L'idée fixe d'un ravisseur eût été d'anesthésier, de saisir et de fuir.
Si le ravisseur, entré par la porte-fenêtre (que logiquement il aurait dû laisser vraiment ouverte pour sortir), entend quelqu'un arriver et se cache jusqu'à ce que GMC en l'occurence s'en aille, par la porte-fenêtre, on conçoit qu'il s'en aille par la porte d'entrée qui se situe à l'opposé, mais on ne conçoit pas qu'il tourne à droite en sortant du parking, risquant d'être vu par le père, au lieu de tourner à gauche.
L'hypothèse du ravisseur ouvrant la fenêtre et les persiennes pour le seul motif de donner le change est invraisemblable. Nul n'a vu la fenêtre et les persiennes ouvertes, sinon les MCs. Ou elles ont été ouvertes par l'un des deux ou n'ont pas été ouvertes du tout. KMC, quand elle a donné l'alarme, n'a pas crié que Madeleine avait été enlevée (mais seulement « Madeleine est partie ») en ajoutant, face à l'incrédulité de ses compagnons de voyage, que la fenêtre et les persiennes étaient ouvertes. Pourquoi se taire sur ce qui, selon KMC, l'a frappée immédiatement comme preuve de l'enlèvement ? Pourquoi aussi cherche-t-elle dans tout l'appartement ?
Vous entrez dans la chambre où vous avez laissé votre petit enfant en train de dormir, il n'est plus dans son lit. La maison est fermée à clef, aucune fenêtre n'est ouverte. Que pensez-vous ? Il est quelque part dans la maison, caché ou non. Mais si la fenêtre de sa chambre est grande ouverte, vous pensez immédiatement à l'intrusion d'un prédateur (vous êtes au RC) qui a emmené votre petit. Et vrai, il n'y a pas d'autre explication envisageable.

Si KMC avait crié cela à l'entrée de l'esplanade, GMC n'aurait pas dit « elle ne peut pas être partie ».
Les rondes de nuit à heure fixe sont incompatibles avec l'esprit de détente des dîners des TP9. Là s'explique peut-être le manque de concertation et de plan de rondes où chacun serait allé à son tour vérifier que tous les enfants dormaient et pas seulement le(s) sien(s). Ils allaient voir si tout allait bien quand, inquiétude ou sentiment parental, cela s'imposait. Tout cela dans un climat de confiance et de sérénité. Des rondes de principe sporadiques plus que dictées par la nécessité. D'autant plus que toutes les portes des OB et MO étaient fermées à clef. Les rondes elles-mêmes étaient principalement auditives, les pleurs étant censés être l'alerte absolue. Aucune crainte, semble-t-il, que les enfants se réveillent et dansent la carmagnole. Même MO, quand, selon ses dires, il entre dans l'appartement des MCs à 21h30 (cette ronde ne figure pas sur l'une des chronologies), ne fait rien d'autre qu'écouter du fond du salon.

GMC a déclaré avoir vu Madeleine dormir paisiblement à 21h10, mais n'a-t-il pas dit aussi que généralement il ne touchait pas à la porte de la chambre, se contentant d'écouter? Nous n'avons que sa parole quant à la présence de Madeleine dans son lit à cette heure-là. L'absence de bruit étant décrit comme signe que tout va bien, il pourrait aussi avoir extrapolé; n'entendant rien, que les trois enfants dormaient.
Quand Madeleine est-elle sortie de l'appartement, vivante, sédatée ou morte ?
Compte tenu de l'irrégularité des rondes et au nombre de déplacements indiqués, la réussite d'un enlèvement devait trop au facteur chance pour être viable. Plus rares les rondes, moins improbable l'enlèvement, mais plus prégnante aussi l'accusation de négligence. Dès le début du mois de juin 2007 (si la PJ ne leur en a pas parlé avant) les MC ont su par la presse irlandaise que la famille S avait croisé un porteur d'enfant vers 22h, alors qu'ils venaient de sortir d'un pub et rentraient chez eux. Le point fort du signalement "Smithman", par rapport au signalement "Tannerman", est que les S ont tous vu une petite fille de 3/4 ans, en pyjama, à la peau claire et aux cheveux châtain clair, mis longs. JT n'a vu de l'enfant que la partie du corps en dessous du genou. Ce qui est remarquable, c'est le silence des MC sur Smithman. Certes des mois plus tard ils apprendront que les patriarches de la famille S, après avoir vu GMC descendre de l'avion avec son fils profondément endormi sur l'épaule, ont eu une impression de déjà vu. Les ravisseurs n'ont pas pour habitude de tourner en rond, il n'est pas plausible que Tannerman, aperçu à 21h15, soit Smithman, aperçu trois quarts d'heure plus tard à 400 m de distance. S'il a agressé entre temps sa victime, pourquoi la transporterait-il, risquant d'être découvert ? Admettre que les S avaient vu Madeleine revenait à admettre que  JT ne l'avait pas vue, ou en tout cas pas au moment où GMC se trouvait aussi dans la rue, en train de bavarder avec JW. Le moment indiqué par Jane le 4 mai (car dans la nuit du 3/4, évoquant Tannerman, elle ne parle ni de GMC ni de JW) fournit effectivement à GMC le meilleur des alibis.

Deux ans plus tard, les MC finissent par admettre l'existence de Smithman, mais en prenant soin de dire que les deux porteurs ou ravisseurs n'en font qu'un. 
Pat Brown s'interroge légitimement sur la ronde de 21h30 que MO offre à KMC de faire à sa place. Étonnante parce que 1) personne n'a encore fait de ronde pour le compte d'un autre, 2) MO n'est qu'une connaissance, pas un ami, 3) il n'est jamais entré dans l'appartement des MC, qui n'a pas la même configuration que le sien, 4) l'obscurité est pratiquement totale, 5) GMC est revenu 10' avant d'une ronde visuelle, pourquoi prendre le risque qu'un quasi inconnu réveille les enfants ?, 6) il serait infiniment plus simple et rapide de lui confier la clef et 7) la ronde de MO manque sur l'une des deux lignes de temps. Pourquoi en outre, alors qu'il lui suffirait d'approcher son oreille du volet, à trois mètres du sien, prend-il la peine d'entrer dans un appartement inconnu pour se contenter d'écouter du fond de la salle ? PB émet l'hypothèse que, conformément à ce qu'a dit KMC, la ronde de GMC s'éternisait, KMC ayant même supposé qu'il était en train de regarder le foot à la TV (KMC est la seule qui trouve le temps long). Il se pourrait donc que, GMC ne revenant pas, MO, qui allait faire sa ronde, ait offert d'aller voir ce que faisait GMC, ce qui expliquerait pourquoi il n'écoute pas simplement au volet. Mais pourquoi ne pas dire la vérité ?
PB n'exclue pas la collaboration de MO et ROB si GMC a découvert MMC inanimée. 
Logiquement, si Matthew a fait la ronde pour KMC, ce serait à GMC de faire la suivante, quitte pour KMC, plus tard, de compenser MO en faisant la ronde pour lui. Donc stricto senso MO n'a pas fait la ronde de KMC, il a différé celle-ci.
Erronément PB indique que le personnel du Tapas situe l'alarme peu après 22h. Ricardo O, déclare précisément qu'il n'y avait plus que DW à table après 21h50.
 Il n'y a pas de témoignage indépendant sur la présence de GMC dans le restaurant lorsque KMC a donné l'alarme. Certains ne l'évoquent qu'indirectement en faisant dire à KMC  Madeleine est partie, Gerry. Mais il ne serait pas raisonnable de spéculer qu'il n'était pas là et que les TP7 aient gardé le silence.

 
Tous les TP9 semblent penser que Madeleine et les jumeaux (à en juger par l'état des jumeaux) furent drogués par le ravisseur. Comment enlever un enfant de cet âge sans risquer qu'il hurle et se débatte ? Droguer trois jeunes enfants est plus facile à imaginer qu'à exécuter. Et pourquoi perdre du temps à rendre comateux deux petits qu'on ne va pas emporter et qui dorment ? Mais il est sûr que le sommeil tenace des jumeaux au milieu de la tragédie n'est pas naturel, comme l'ont pensé tous les témoins présents, en particulier leur mère et l'anesthésiste Fiona WP
Selon PB, après avoir été mise au lit, Madeleine ne s'est pas endormie ou s'est réveillé très vite, craignant le départ de ses parents dont, la veille, elle a constaté l'absence. Elle se lève et les cherche en vain. Peut-être a-t-elle été sédatée. Elle grimpe sur le sofa pour regarder par la fenêtre, glisse et chute. Fracture du crâne, du cou, asphyxie positionnelle ? GMC s'en aperçoit lors de la ronde de 21h05. Demande-t-il à MO d'avertir les autres ? Craint-il l'accusation de négligence ? Il décide de feindre un enlèvement. Il lui faut sortir de là le corps de Madeleine et puis avertir la police. Ses compagnons sont-ils tous mis au courant ? Sont-ils tenus au secret par le fait qu'ils prennent tous les mêmes risques en laissant leurs enfants sans surveillance ? Cette hypothèse est démentie 1) par les alertes de l'EVRD Eddie (l'odeur de cadavre n'est perceptible qu'après un PMI de 150'/180' en moyenne, 2) par le fait qu'il s'agit d'un accident domestique et 3) par l'absurdité de solliciter une complicité insensée auprès de compagnons de voyage qui ne sont pas des amis. MO n'a pas vu la fenêtre et le volet ouverts, il n'a donc pas fait cette ronde (pourquoi a-t-il menti ?) ou la fenêtre et le volet ont été ouverts plus tard (par qui, personne ne les ayant vus ouverts ?)
  
7. Lequel des signalements de Jane TB et de la famille S semble plausible ?

La prédilection pour le signalement Tannerman, en dépit de la mémoire évolutive de Jane TB (cherchant sans doute à bien faire) au détriment du signalement Smithman, beaucoup plus convaincant, a sans aucun doute donné à penser et décrédibilisé l'hypothèse de l'enlèvement.
Jane TB part environ 5 minutes après GMC, donc vers 21h10/15, passe de manière inaperçue à un mètre de lui alors qu'il bavarde avec un partenaire de tennis, JW, et sait qu'il est de retour de sa ronde. Comment? Ils n'échangent pas un mot, ni GMC ni JW ne voit Jane, d'où lui vient ce savoir ? La seule explication est que Jane étourdiment cherche à corroborer ce qu'a déclaré GMC : en sortant du G5A, il est tombé sur JW. Si sa ronde restait à faire, il devrait découvrir que MMC avait disparu !  Seule Jane aperçoit Tannerman qui s'en va tranquillement, sans se préoccuper d'être vu ou non, dans une direction à l'opposé de la sortie de PDL. Quand les enquêteurs confrontent Jane avec la piste de MMC suivie par les chiens, qui ne passe pas par l'endroit du signalement, elle se fâche et jure "par ce qu'il y a de plus sacré" qu'elle ne ment pas. 
PB a du mal à croire, car 45 minutes plus tard KMC crie que MMC a disparu et Jane ne pipe mot, elle veut éviter de la torturer davantage, ainsi Tannerman a-t-il plus de deux heures d'avance, car Jane racontera très vite à Rachael et à Fiona, puis aux gendarmes, une heure et demie plus tard. La PJ s'est sûrement demandé comment Jane, si convaincue qu'elle avait vu le ravisseur a-t-elle pu laisser tous les chercheurs s'en aller dans toutes les mauvaises directions. Pourquoi s'était-elle tue alors qu'on pouvait peut-être encore sauver l'enfant avant qu'elle ne soit éventuellement violée et tuée ? Il est vraisemblable que le discrédit accordé par la PJ au témoignage de Jane provienne de cette aberration (le discrédit sera confirmé en 2013 par l'identification de Tannerman en Crecheman). En tout cas KMC ("Madeleine") n'est pas du tout fâchée : je n'ai jamais ressenti colère ou amertume vis-à-vis de Jane. Au contraire, je lui suis reconnaissante d'avoir vu quelque chose. Je suis sûre que cette expérience a été un fardeau terrible à porter chaque jour et j'en suis désolée. À peine cyniquement on se dit que Kate est reconnaissante à Jane du mensonge qui fournit à GMC un alibi.
Pourquoi les MC ont-ils passé Smithman à la trappe bien avant d'apprendre que les "patriarches" de la famille S ont réalisé que GMC pouvait être Smithman ? Ce n'est pas la façon de porter qui était spéciale, mais la sensation d'inconfort (signalée dans le premier témoignage de Martin S). Les MC n'avaient-ils pas terriblement besoin d'un solide alibi, Smithman sachant qu'il risquait d'être identifié par l'un ou l'autre des 9 S qui avaient croisé son chemin ? Si Jane signalait l'enlèvement vers 21h15 alors que GMC bavardait avec le témoin indépendant Jeremy W, il était écartait de lui le soupçon qu'il était Smithman.


Quand les MC ont fini, contraints et forcés, par admettre l'existence de Smithman, c'est à la condition qu'il soit en fait Tannerman, autrement dit ait enlevé MMC vers 21h15 quand GMC était occupé à bavarder avec JW et puis ait pris son temps à flâner dans le village dans l'espoir d'être vu. Ce que les MC ne veulent pas, c'est que Tannerman ne soit pas le ravisseur et que Smithman reste seul en lice. Or cela, c'est précisément ce qu'a fait Operation Grange. Le seul motif qu'ont les MC de ne pas pousser la police ou leurs privés sur la piste de Smithman, c'est que les S ne se sont pas trompés en identifiant Smithman à GMC. Il n'y a aucune autre explication logique, puisque un enlèvement entre le passage de Matthew et l'arrivée de KMC est moins invraisemblable qu'un ravisseur caché derrière la porte.
Les pisteurs n'ont suivi ni le parcours de Tannerman (traversée du parking, puis à droite dans la rue AdS, puis traversée de FGM, puis continuation de AdS vers l'est, ni celui de Smithman (hypothétiquement l'allée, le passage entre les G5 et G4, le parking de G4, la traversée de PdM, puis EP jusqu'à la 25dA). Mais ces chiens dont l'odeur de référence était celle d'une MMC vivante en aucune manière auraient pu suivre la piste d'une MMC morte (les chiens font la différence entre l'odeur, unique, d'un individu vivant et celle, universelle, d'un individu mort, à partir d'un PMI de 150'/180'). Il est intéressant de remarquer que KMC ne fait aucune mention de ces chiens pisteurs. La curieuse piste suivie non pas par un seul chien, mais par trois, lâchés indépendamment, laisse penser qu'il n'y avait pas de piste plus fraîche de MMC vivante à suivre et que la petite fille n'est pas sortie vivante de l'appartement le 3 mai.

8. Où est le corps de Madeleine ?


Selon PB, le corps a été placé d'abord quelque part sur le rivage, puis caché dans les falaises. Le principe est que lorsqu'on veut se débarrasser d'un corps on cherche un endroit familier, où on ne risque pas d'être vu et où on ne cherchera pas, du moins avant très, très longtemps.




9. Les comportements post- disparition

Malgré leur répugnance à être observés, les MC ont répondu sans reluctance (tant que leur présence médiatique massive servait leurs intérêts) de centaines de caméras et des micros, GMC rédigeant un blog quotidien dont l'optimisme laissait rêveur et KMC un journal. En outre ils ont accepté de l'argent, beaucoup d'argent, à travers une SARL, pas une association caritative, créée à l'origine pour rechercher MMC dont les comptes sont devenus de moins en moins transparents jusqu'à se réduire au minimum légal. Par ailleurs, et outre leurs propos acerbes visant à discréditer la PJ, ils se sont employés à traduire en justice le commissaire GA en raison d'un livre qui, disaient-ils, empêchait entre autres choses les recherches pour retrouver MMC.  Ils ont obtenu le retrait du livre des ventes. La vindicte des MC vis-à-vis de GA est-elle prévisible ? Personne n'aime être soupçonné d'avoir caché le cadavre de son enfant, certes, mais le livre de GA ne faisait que reprendre l'opinion de son équipe compte tenu des éléments de preuve rassemblés, aucune accusation n'avait été formulée contre les MC, faute de preuves suffisantes, et soupçonner les parents est statistiquement raisonnable puisque, dans   la grande majorité des cas, des proches sont en cause. Il a été évidemment erroné de suivre d'emblée la piste indiquée par les parents qui éloignait la police de leurs personnes. Les experts (sauf les avocats de la défense) conseillent aux innocents suspectés de s'éliminer eux-même en coopérant très étroitement avec la police, autrement dit en répondant sans retenue à toute questions et en offrant éventuellement de se soumettre à un polygraphe. Or KMC, se faisant porter épuisée, a échappé au second entretien à la PJ et a refusé, trois mois plus tard, de répondre à l'interrogatoire  son droit).
Pour couronner ces esquives, les MC se sont dérobés à la reconstitution des événements demandée par le MP.
Il y a eu aussi les fausses nouvelles téléphonées aux proches dans la nuit du 3/4 (volet fracturé, fenêtre cassée) visant à ne laisser aucun doute sur l'enlèvement. Au lieu de téléphoner à un membre de leur famille, chargé de prévenir les autres, ils ont pris soin de téléphoner à chacun en répétant la même histoire, alors que l'urgence manifeste était d'essayer de retrouver la petite avant qu'il ne soit trop tard. Pendant ce temps-là des gens qui ne les connaissait pas cherchaient leur fille qui, si elle était blessée, ne répondrait qu'au son de la voix des siens.
Quant à l'importance des apparences, le narcissisme qui ont étonné le monde de la part de parents "orphelins", ils étaient sans doute présents avant la disparition. Le comportement passé fonde la prévision du comportement futur et a plus à voir avec ce
que quelqu'un est qu'avec ce qui lui arrive et il ne serait pas raisonnable d'en déduire qu'ils savaient ce qui était arrivé à MMC.
Le public compassionnel d'abord, bienveillant ensuite, n'a pu s'empêcher d'avoir la puce à l'oreille en lisant ou entendant :
- (GMC) Nous considérons que nos actes ont été responsables. Nous faisions notre propre baby listening, bien que nous ayons parlé de notre sentiment de culpabilité de ne pas avoir été là lorsque Madeleine a été prise. 1) Alors que l'argument des MC était qu'un ravisseur avait profité de leur absence pour entrer chez eux et prendre leur enfant, ils continuent à trouver responsable d'avoir laissé les enfants seuls. 2) La seconde partie de la phrase est insensée : si les MC avaient été présents, comment le ravisseur aurait-il osé entrer et saisir leur fille ? Se seraient-ils battus ? Mais si on traduit "notre sentiment de culpabilité de ne pas avoir été là lorsque la
vie de MMC a été prise", alors la phrase acquiert un sens. Dans l'hypothèse d'un accident en leur présence, ils auraient pu réanimer, appeler une ambulance, emmener l'enfant à l'hôpital.
PB trouve étrange le recours au "gentil" verbe "take" (couramment employé pour désigner le moment de la mort) au lieu de kidnapper, voler, enlever, car les parents d'un enfant enlevé ne nourrissent que des sentiments négatifs à l'égard du ravisseur.
- (GMC) Nous avons chacun confiance dans l'innocence de l'autre à 100%. Innocence de quoi ? D'être le ravisseur de son propre enfant ? Quel sens peut avoir cette déclaration ? En revanche, s'ils pensaient que MMC a eu un accident, ils pourraient se considérer l'un l'autre comme innocent de l'avoir causé.
- KMC a déclaré qu'au bout de 5 jours elle avait réussi à dormir. Plus tard sa mère a parlé de problèmes de sommeil et KMC a confirmé. Pourquoi la narration a-t-elle changé ? Parce qu'on a dit qu'une mère convaincue que sa fille est violée et torturée par un prédateur ne peut trouver le sommeil ? Une mère qui dort serait une mère qui sait que son enfant ne souffre plus ?
- Le fait que Madeleine's Fund ait pour objectif que de retrouver MMC, ne devant s'intéresser à d'autres enfants disparus qu'une fois MMC retrouvée assure pratiquement le public que rien ne sera fait pour aider d'autres enfants dans les prochaines décennies.

10.  Profil final et recommandations de Pat Brown
1) MMC a disparu le 3 mai 2007
2) Selon PB MMC a disparu entre 20h30 et 22h (démenti par les chiens)
3) Les émotions des MC sont réelles, mais sont d'abord les émotions de parents effrayés (surtout KMC), puis de parents dévastés par la mort de leur enfant : we have failed her (nous n'avons pas été à la hauteur), des émotions d'échec et de supplication/prostration qui signent la culpabilité et la quête d'expiation.
4) La dernière personne qui dit avoir vu MMC vivante est son père vers 21h10. Selon PB il a trouvé l'enfant morte et l'a emportée vers la plage.
5) Selon PB les TP7 ou la plupart d'entre eux ont su que MMC était morte et ont collaboré à une narration d'enlèvement.
6) Selon PB, le corps de MMC a été caché dans les falaises, emmené à Huelva trois mois plus tard, puis peut-être au RU.
7) Selon PB, Le comportement des MC consécutif à la disparition indique qu'ils la savent morte et sont impliqués dans cette mort et dans le maquillage du crime.
8) Sur la scène du crime aucun élément probant ne vient à l'appui de l'enlèvement (absence de trace d'effraction et de présence dans l'appartement).
9) Les chiens britanniques ont détecté des odeurs de cadavre et de sang dans l'appartement. Il n'est pas possible de suivre PB sur le reste, car les faits évoqués sont faux.

10) Le chien EVRD a réagi à des vêtements de Kate, ce qui laisse penser à un contact après la mort (sans oublier le PMI de 150'/180'...)

La recommandation de base de PB aux MC et à leurs compagnons de voyage est sage : vous avez peut-être dit la vérité, mais vous n'avez pas été convaincants et vous n'avez pas semblés honnêtes, essayez à nouveau et ne cachez rien, car meilleure manière de persuader la police de se concentrer sur un prédateur est de faire en sorte qu'ils vous éliminent comme suspects.
Quant au ravisseur, s'il y en a eu un, PB exclut le gang organisé, mais, en se fondant sur Tannerman et Smithman, penche pour un pédophile local qui aurait tué MMC dans les heures suivant l'enlèvement.
Les "privés" ont tendance à suivre n'importe quelle piste, ridicule ou non, en général coûteuse.
PB trouve douteux qu'un ravisseur se soit donné la peine de s'en aller à pied s'il avait un grand parking disponible à côté de la scène du crime. Cela semble indiquer que l'homme n'avait pas d'auto.