Grâce à la liberté dans les communications, des groupes d’hommes de même nature pourront se réunir et fonder des communautés. Les nations seront dépassées.
Friedrich Nietzsche (Fragments posthumes XIII-883)

12 - FÉV - Re-lecture - Enid O'Dowd (6)


by Enid O’Dowd FCA - Février 2012


The case of missing Madeleine McCann is unlike any other missing person case. Her parents Kate and Gerry McCann set up a limited company (Madeleine’s Fund) less than two weeks after she went missing, and engaged many, mainly legal, professionals, to further their search for her. This article looks at the history of the Fund, what the audited accounts reveal and the professionals engaged, using material from the book Madeleine and from independent sources.

Madeleine was reported missing by her parents Kate and Gerry McCann on the evening of Thursday May 3, 2007. On 15 May, just 11 full days later, the limited company Madeleine’s Fund: leaving No Stone Unturned was incorporated. The sad truth is that such Funds, Foundations or whatever one chooses to call them are normally set up after a tragic event as a tribute to the person’s memory. Amy Winehouse’s father has set up a Foundation to provide support and counselling to those seeking help with drink and drug addictions. In October 2002 at the memorial service of murdered teenager Milly Dowler, her parents announced Milly’s Fund. This fund was later subsumed into the Suzy Lamplugh Trust set up in 1986 by the parents of missing estate agent Suzy Lamplugh, whose body has never been found. In 2003, Australian teenager Daniel Morcombe went missing. Two years later, his parents set up a Foundation to continue the search and to educate the public. Daniel’s remains were found late last year and a man has been charged with his murder.

"Madeleine" nous informe que la société à responsabilité limitée est née d'une offre d'aide "d'un conseiller juridique de Leicester, via un collègue de Gerald MC. Cet homme travaillait pour l'International Family Law Group (IFLG), une société dont le siège est à Londres. Kate MC dit qu'il était difficile de savoir ce qu'ils pouvaient faire (et n'importe qui dans sa position serait d'accord) mais qu'ils avaient décidé qu'il serait intéressant de les rencontrer pour discuter des possibilités. Le conseiller juridique s'est rendu au Portugal avec un avocat non nommé dans l'après-midi du vendredi 11 mai. Les MC et eux se sont rencontrés ce jour-là et ont eu deux autres réunions au cours du week-end. L'avocat, ayant inspecté les lieux et la proximité du bar Tapas avec le G5A, a assuré aux MC que leur comportement (avec rondes de nuit périodiques) ne pouvait être considéré comme négligent et se situait dans les limites d'une parentalité raisonnable. Les avocats ont également conseillé de demander que Madeleine soit prise en tutelle par un juge (ward of court), ce statut étant utile, car les tribunaux ont le pouvoir d'ordonner la divulgation de renseignements pertinents non accessibles à tout un chacun.Dans le contexte de l'aide financière alors offerte, Kate dit que le conseiller juridique de l'IFLG leur a conseillé de créer un fonds de combat. L'IFLG en définirait les objectifs et chargerait un grand cabinet d'avocats, Bates Wells Braithwaite (BWB), de rédiger les statuts. L'utilisation du terme «combat» est étrange. Contre qui les MC se battaient ? Est-ce l'expression du conseiller juridique ou celle de Kate, qui la reprendrait à son compte ? Il est peut-être étrange que le parajuriste de l'IFLG, expert dans le domaine complexe des enlèvements internationaux de familles, veuille promouvoir l'idée de créer une société anonyme de manière si convaincante que les MC sont d'accord. Lors de la première rencontre, Madeleine avait disparu depuis seulement une semaine.
And, most significantly, Kate says on p.296 of Chapter 19 entitled ‘Action on three fronts’ writing about the time period autumn 2007
gradually my outlook was growing more positive and I was beginning to get past my early certainty that Madeleine must have been taken by a paedophile and murdered.
Si Kate croyait que sa fille avait été assassinée quand ils ont rencontré les deux juristes, pourquoi a-t-elle accepté l'idée de créer un fonds pour trouver Madeleine?

Further, in Chapter 19 she tells us, 
by October…we were able to concentrate on our top priority: finding Madeleine…so far beyond following up the odd piece of information outside Portugal, we had not gone down this road…we had been reassured that after a shaky start, the police were doing everything that could be done.
Si donc MF, mis en place en un temps record et probablement à un coût assez considérable, avait pour objectif de trouver Madeleine, pourquoi, comme Kate nous le dit elle-même, fait-il très peu pendant les quatre premiers mois , excepté collecter de l'argent et suivre des renseignements bizarres en dehors du Portugal?Fait intéressant, le livre ne mentionne pas les noms du conseiller juridique et de l'avocat qui sont allés au Portugal pour conseiller les MC, vraisemblablement à leurs frais. "Madeleine" mentionne et loue d'autres professionnels qui ont aidé Kate à différents moments après la disparition de sa fille, comme par exemple le gestionnaire de traumas Alan Pike et les avocats de Carter-Ruck, Adam Tudor et Isobel Hudson, qui (p. 289) «continuent de faire un gros travail pour nous, la plupart sans paiement, la plupart discrètement dans les coulisses».Le dimanche 13 mai, l'IFLG a publié un communiqué de presse indiquant Ann Thomas, directrice associée comme contact : la semaine dernière IFLG et l'avocat Michael Nicholls QC avaient été chargés d'agir pour les MC ... les détails sur la façon de contribuer (financièrement) à la recherche de Madeleine seraient disponibles dans les prochains jours.M. Nicholls était alors probablement l'avocat qui avait rassuré les McCann au sujet de leur parentalité «raisonnable». Selon le site internet de ses Chambres, ses principaux domaines de compétence sont:
‘International and domestic family law and medical ethics, including jurisdiction, recognition and enforcement, conflicts of law, child abduction, international relocation, private children’s cases, contempts, families and the media (freedom of expression and press injunctions) and disputes about medical treatment.’
It is unclear why his particular expertise warranted instruction in a missing child case where there was no issue of family abduction. Apart from his family law experience he also had expertise in media (freedom of expression and press injunctions) but at that time the media was totally supportive of the McCanns. The press release announcing the appointment of the IFLG contained four names each with a title, one of which was Richard Jones, Family Law Executive. Perhaps he is the persuasive paralegal at the Portugal meetings? Mr Jones is not currently included as a staff member of IFLG on their website.
The IFLG was apparently set up not long before Madeleine went missing. The website does not say when. However, since co-founder David Hodson was, according to his website career details working in Sydney until 2005, the IFLG cannot have been founded until 2005 at the earliest.

BWB could not have been contacted before Monday morning May 14 when their offices opened – they had the company incorporated on Tuesday May 15. A Freedom of Information (FOI) request to the Charity Commission revealed several emails, telephone calls and a telephone conference between BWB and the Charity Commission about the possibility of charity status, for the then unincorporated company, between Monday afternoon May 14 and Tuesday May 15.
BWB emailed Alice Holt, Head of Legal Services (Status and Advice) at 9.39 pm on Monday evening with draft documents for the company as a charity. The email stated there was to be a press launch of the Foundation on Wednesday May 16 and that they awaited instructions on how the founders proposed to operate.
The minutes of the telephone conference held between BWB and the Charity Commission on the morning of Tuesday May 15 record that Alice Holt would look at revising the draft document to a form more acceptable to the Commission. The minutes also record that Commission official Kenneth Dibble was concerned that the press conference set for the next day might send out confused messages to the public unless it was settled what the fund could and could not be used for.
At 1.10 pm on May 15 the Charity Commission received an email from BWB saying their clients were likely to go the ordinary company route rather than pursue charity status. When that email was received Ms Holt was just finalising her promised revisions to the documents submitted to her the previous day. She sent her revised document anyway at 1.28 pm. To meet the Fund launch date of May 16, the McCanns had obviously decided to abandon the apparently hopeful charity negotiations in order to meet the deadline for same day company incorporation. Documents must be filed by 3pm for the company to be incorporated on that day.
It is odd that the McCanns committed themselves to a launch date, set it would appear, before BWB were engaged. In an email to the Charity Commission, BWB refer to being instructed ‘this afternoon’ (i.e. Monday May 14). What difference would a couple of days delay have made? And it is clear from the documentation that the Charity Commission officials were helpful, and that it was likely that charity status could have been obtained with only minor delay with a little compromise by the McCanns.

Charity status is valuable because it gives an organisation credibility with the public, grant making bodies and local government, making it easier to obtain funds. It also gives the organisation tax advantages. Individuals, sole traders and companies can also benefit from giving to registered charities. Higher rate tax payers may be able to claim a tax refund. Under the Gift Aid scheme a donation is treated as if standard rate tax (20%) has been deducted and this is equivalent to an extra 25p in the £ for the charity. For donations between 6.4.2008 and 5.4.2011 the government gave an extra 3p in the £ supplement. Individuals can also have charitable donations deducted from their salaries, and this is tax efficient as their income tax is calculated on their salary after the donation. See www.hmrc.gov.uk/charities-donors/ for more information on the benefits to an organisation of charity status.
Charities must give an annual report and accounts to the Charity Commission and make these documents available to the public on request. There are also rules relating to fundraising. The trustees (directors) cannot normally receive salary, fees or contracts from the charity and nor can their spouses or other close family members. These requirements are not onerous or unreasonable. Having hired charity experts BWB on the advice of the paralegal, it is surprising that Kate did not let them have a day or two more to explore charity status. And it is surprising that the McCanns have not apparently revisited this issue.

In Chapter 9 in which Kate describes her activities of May 14 she does not mention any dealings with BWB who must have worked very hard that day. Nor does she mention dealing with the paralegal or anyone else at IFLG. There must have been urgent emails and phone calls that day from her advisors. She just states that charity status would not be forthcoming as it was deemed that the ‘public benefit’ test would not be met, and adds that it (the Fund) ‘was set up with great care and due diligence by experts in their field.’ It would be more accurate to state it was set up with great haste and with no apparent reason for that haste.
Rather than going into detail about the busy day she must have had dealing with her lawyers, and why she made the decision to proceed with incorporation and abandon the negotiations for charity status, she talks of going for a run, her first since Madeleine went missing!
She mentions trying to focus on the imminent launch of Madeleine’s fund but doesn’t say when it was to be or explain why a limited company was required. A press launch can be called at short notice and given the high profile of the case at that time; it would have got a good media turnout however short the notice was. And again, it probably would not have been a problem to get another celebrity at short notice if the one booked to launch the Fund on May 16, Martin Johnson the rugby player, could not meet a rescheduled date.

And after they incorporated the company in 24 hours, BWB applied for British and European trade marks on 18 May 2007 and was given the reference 2456061. These trademarks protected fundraising, internet and print promotions. Again this action was unprecedented at this very early stage in a missing person case.

Review of the Memorandum of Association and Articles of Association filed in May 2007 reveals in 3.1.3 that one of the three objects of the company is to provide support, including financial assistance to Madeleine’s family (my italics). Now this could mean uncles, aunts, parents and any blood relations. This object was not included in the draft submitted to the Charity Commission on May 14. In fact the draft objects were different to the ones actually used for the company as incorporated. The objects in the draft were general, relating to missing persons and the education of the public and the promotion of sound administration of the law. An accompanying note from BWB headed ‘proposed activities’ did state that initially practically all the donations received would be used for the search for Madeleine, and that substantial funds would not be forthcoming if donations were not restricted in the first instance to her.
The objects of the company as incorporated are specific to Madeleine McCann, with a final object to pursue other cases when the objects relating to her case are fulfilled.
5.2.1 permits payments to directors as beneficiaries and 5.2.4 permits payment of rent where appropriate to directors for premises. Therefore, if the McCanns or family members used a room in their home to work for the Fund, the payment of rent from the Fund would be permitted if they should want it and the Board agreed.

The quorum for Board meetings is one third of the current Board membership. This makes the current quorum two, as there are now six directors. Three directors are family members. The Chairman has a casting vote. John McCann was Chairman until he resigned in July 2010. It is unclear who the current Chairman is. If Brian Kennedy (Kate McCann’s uncle) – who was one of the original directors – took over as Chairman, then the McCann family has a majority at board meetings by virtue of the Chairman’s casting vote.

The conflict of interest policy (Articles nos 37 and 38) is interesting. It says (37.1) that directors with a personal interest in an upcoming vote must declare that interest, and (37.2) withdraw from the relevant part of the meeting, and (37.3) not be counted in the quorum for that part of the meeting relating to their personal interest and (37.4) have no vote on the issue affecting them. That is proper governance. However n°38 states that ‘no director shall be regarded as having a conflict of interest solely because he or she is also eligible to receive the support of the Foundation.’ A reasonable person would conclude there is a clear conflict of interest for a family member director if decisions are to be taken on payments of legal fees, rent for part of his/her private house for use as an ‘office’, and other costs not directly related to the search for Madeleine. The draft documents sent to the Charity Commission only contained n°37 so had those documents been adopted, the McCanns and family members would not have been able to attend or vote on issues regarding certain proposed payments to themselves.

Interestingly a revised Memorandum and Articles of Association was filed in Companies House in December 2011. This deleted the object to provide support including financial assistance to Madeleine’s family. This particular object had attracted unfavourable comment in particular from internet bloggers. The motive for deleting this objective more than four years later is unclear. If the Board felt this minority criticism of the object was adversely affecting fundraising, it would presumably have changed it earlier.

On p.138 Kate says there needed to be independent people on the Board as well as John McCann, who is Gerry’s brother, and her uncle Brian Kennedy, and at that time she had no idea how important these independent people would be when later there was ‘massive scrutiny’ of the Fund.

The composition of the Board varied during the first year. At the most there were nine directors meaning the quorum was three. Two were family members; three were friends – Esther McVey, Jon Corner and Dr Peter Hubner. It is not known whether Michael Linnett, a retired accountant based in Leicester or P J Tomlinson (who resigned on 28.12.2007) were friends of the McCanns. Friends can of course be very independent, but the optics of having a majority of family and friends on the Board is not desirable. Gerry and Kate became directors on November 12, 2008. Board numbers were reduced to six, following the resignations of Dr Hubner, Dr Skehan and John McCann in 2010.

Revenant à la décision de créer une SARL, Kate ne mentionne nulle part l'option la plus logique pour gérer les dons : ouvrir un nouveau compte bancaire au nom de Madeleine, ou au nom de Madeleine et au sien. Un tel compte aurait pu éventuellement avoir deux signatures, la sienne et celle d'un signataire indépendant tel qu'un avocat ou un comptable. Cela aurait pu être fait rapidement, sans frais. Au bout du compte, lorsque la situation serait devenue plus claire, une autre structure aurait pu être envisagée.En fait, il y avait probablement déjà un compte au nom de Madeleine puisque de nombreux parents ouvrent un compte au nom de leur enfant pour déposer des cadeaux de la famille et des amis, et plus tard pour encourager l'épargne de poche. En outre, le système du Child Trust Fund, mis en place en septembre 2002 par le gouvernement et qui prévoyait un petit montant pour lancer ces comptes spéciaux, laisse présumer qu'il existait un compte bancaire au nom de Madeleine.Peut-être que les MC, très angoissés au moment des rencontres avec les avocats, acceptèrent docilement l'avis du para-juriste persuasif et lui donnèrent le feu vert. Mais les MC sont clairement intelligents et en dépit de la situation dramatique il est difficile de comprendre pourquoi ils ont accepté ce conseil.
Faire appel à une société haut de gamme pour monter une SARL est très coûteux et aurait dû être une source de préoccupation puisque les dons étaient pour la recherche de Madeleine et non pour payer des avocats. Les juristes les ont vraisemblablement informés des coûts associés à l'exploitation d'une SARL, tels que les frais d'audit. Les honoraires d'audit pour les quatre exercices pour lesquels des comptes sont disponibles s'élèvent au total à 31 585 £. On se serait attendu à un commentaire de Kate au chapitre 9 après le départ des avocats, se demandant si elle faisait bien de dépenser les dons du public pour créer une SARL.

L'argent déjà versé l'aurait été en espèces, ou des chèques auraient été remis aux MC, de sorte qu'il n'y aurait eu aucun problème à utiliser l'argent pour financer la recherche. Le 17 mai, un compte bancaire au nomde MF était ouvert et, chose étonnante,  l'entreprise assurant l'audit  avait été désignée.La Charity Commission, dans sa réponse au FOI, a fourni une copie du site officiel Madeleine (http://www.findmadeleine.com/) au 17 mai 2007 donnant des informations sur MF, y compris les détails concernant l'audit. Maintenant, les administrateurs d'une société nomment les vérificateurs. À cette date, il y avait trois directeurs, deux membres de la famille, John McCann et Brian Kennedy, et le patron de Gerry MC, le Dr Doug Skehan. Il est tout à fait possible qu'IFLG ou BWB ait recommandé cet audit aux administrateurs, mais cela n'explique pas la hâte de la nomination. Il est normal qu'une entreprise rencontre l'audit proposé pour convenir exactement de ce qui doit être fait (parfois l'entreprise chargée de l'audit peut fournir d'autres services), pour convenir des honoraires et pour rédiger une lettre d'engagement. Il est très improbable que l'entreprise chargée de l'audit ait eu une réunion avec les administrateurs. Selon Kate, la première réunion du conseil devait avoir lieu au cours de la semaine commençant le 20 mai, ce qui semblerait être la date à laquelle cette question non urgente a pu être discutée.

C'est Haysmacintyre à Londres WC1, une firme de 24 associés comptant 150 employés, qui a été désigné pour l'audit. Il est peut-être surprenant que les MC n'aient pas choisi une firme locale. Il est généralement plus pratique d'avoir une entreprise locale et peut être moins chère car une entreprise locale a normalement des frais généraux inférieurs à ceux d'une entreprise du centre de Londres. Le fait de réduire les coûts d'audit signifie davantage d'argent pour la recherche, même si la firme Haysmacintyre a peut-être été fortement recommandée par les avocats, ocette décision n'avait pas besoin d'être précipitée. L'audit des comptes d'une entreprise comme MF n'est pas un défi pour toute personne qualifiée, il n'était donc pas nécessaire de faire appel à une grande firme dotée d'une expertise particulière.Kate ne mentionne pas cette firme dans le livre ni la raison pour laquelle elle a été choisie et si vite. Beaucoup de nouvelles sociétés ne nomment la firme d'audit que plus tard au cours de l'exercice, bien que ce soit une bonne pratique de nommer à assez tôt pour avoir des conseils sur la mise en place des systèmes comptables avec les contrôles internes appropriés. Mais deux jours après l'incorporation est rapide selon tous les critères. Si une entreprise décidait de changer son statut en SARL, les comptables de l'entreprise seraient normalement chargés de l'audit de la SARL et l'auraient probablement mise sur pied dans le cadre de leurs fopnction. Mais ce n'était pas le cas ici.Le site officiel dit dans la section sur MF :

‘The majority of the fund money has been and continues to be spent on investigative work to help find Madeleine. Additionally money continues to be spent on the wider awareness campaign – reminding people that Madeleine is still missing and to remain vigilant. None of the directors have taken any money from the fund as remuneration.
Anyone who wishes further information with regards to the financial details of Madeleine’s Fund and its professional advisors please refer to the accounts filed at Companies House.’
Kate dit de la SARL à la p.138 
dès le début, tout le monde était d'accord que, malgré les coûts impliqués, il fallait respecter les plus hauts standards de transparence.
De beaux mots mais la réalité est différente.
L'analyse de l'information fournie par les comptes audités, comme le conseille le site Web, est intéressante, mais frustrante pour les exercices se terminant le 31 mars 2009, le 31 mars 2010 et le 31 mars 2011. Le premier exercice (du 15 mai 2007 au mars 31 2008) montre un excédent d'exploitation de 1 031 065 £.
Une page d'analyse des dépenses a été anexée aux comptes du premier exercice, ce qui n'est pas une obligation statutaire mais une bonne pratique pour une telle société qui est sans but lucratif selon le site officiel.

Question à l'attaché de presse de HMRC (Her Majesty Revenue & Customs)

‘Has the term ‘not for profit’ any statutory meaning? It seems to be a catch all phrase used by organisations that may (or may not!) have very worthy aims and objectives.’
Réponse :
‘It has no meaning for HMRC, only charities and CASCs (Community Amateur Sports Clubs) benefit from tax beneficial arrangements.’
Donc «sans but lucratif», largement utilisé par les entreprises/organisations qui ne sont pas des sociétés commerciales normales, n'a aucun sens pour les autorités fiscales britanniques. Bien que le terme soit généralement utilisé sans intention de tromper, il est clair qu'on ne devrait pas le prendre systématiquement à sa valeur nominale.
L'annexe d'informations sur les dépenses a soulevé plus de questions que de réponses. Enid O'Dowd a posé les questions et les commentaires ci-dessous à la firme d'audit Haysmacintyre. Les comptes de mars 2011 n'étaient alors pas encore disponibles et, par conséquent, les questions ne concernent que les comptes de 2008, 2009 et 2010.
Haysmacintyre a transmis les questions à Clarence Mitchell, le porte-parole officiel de McCanns. Enid O'Dowd a échangé des courriels avec lui et  finalement reçu ceci :

I have now been authorised to issue the following brief statement from Madeleine's Fund in response to your approach:
"Madeleine's Fund - Leaving No Stone Unturned Limited" fulfils all of its legal requirements through the filing and public declaration of all the information that is legally required of it. It exists to support the search for Madeleine and remains entirely dedicated to finding her through everything that it does, fully in line with its published objectives."
I appreciate that this does not directly address your specific questions but this is all that the Fund wishes, or needs, to state at present. I hope it is helpful nonetheless.
Kind regards,
Clarence

Donc, Enid O'Dowd n'en sait pas plus, mais se trouve plus perplexe quant aux raisons qu'a le porte-parole officiel de ne pas faciliter ce que ses clients prétendent vouloir, les «plus hauts standards de transparence». En fait, la déclaration "officielle" «couvre» trois questions supplémentaires  directement posées à M. Mitchell. 
1) Pourquoi le site officiel de Madeleine ne fournit-il pas d'informations financières actualisées et à jour sur MF - c'est-à-dire l'analyse des revenus et les détails des dépenses? 
2) Tous les revenus comptables sont-ils versés à MF ? La couverture de "Madeleine" indique que toutes les royalties sont versées à MF. Les royalties ne sont payées qu'après liquidation de l'avance. L'avance sur recettes a-t-elle été versée à MF ? 
3) Le site officiel indique qu'un gestionnaire expérimenté a été nommé pour assurer les plus hauts standards de transparence et de responsabilité. Quel est le nom de l'administrateur du fonds et quand et comment a-t-il été recruté - l'emploi a-t-il été annoncé? 
M. Mitchell a renvoyé Enid O'Dowd à Alison Barrow (Transworld) sur la question de savoir si tous les revenus comptables iraient à MF. Enid a envoyé cette question par e-mail et a également posé des questions sur l'état des ventes  en Angleterre et en Irlande, mais elle n' reçu qu'un accusé de réception et aucune réponse ultérieure. Il était surprenant que Clarence Mitchell la renvoie aux éditeurs Transworld. Leur obligation est de payer l'avance sur recettes à l'auteur. La destinée finale du chèque n'est pas leur affaire et la norme est qu'ils l'ignorent. 

Enid O'Dowd a aussi questionné BWB:1. Les MC vous ont-ils approché directement pour mettre sur pied la SARL ou l'approche a-t-elle été faite par l'IFLG (International Family Law Group) ou un autre intermédiaire?2. À quelle date avez-vous été contacté et invité à créer l'entreprise?3. En rédigeant les documents et en vous mettant d'accord, avez-vous traité avec les MC au Portugal (par courriel et par téléphone) ou avez-vous eu affaire à un intermédiaire au Royaume-Uni comme l'IFLG?4. Avez-vous agi bénévolement ou à un tarif réduit compte tenu des circonstances en l'espèce?5. Lorsque la Charity Commission vous a dit que le statut d'organisme de bienfaisance n'était pas une option puisque le projet concernait un enfant en particulier et non les enfants disparus en général, avez-vous suggéré à vos clients d'envisager un compromis pour que le statut de charité soit obtenu?Il me semble que le statut d'association caritative aurait aidé l'organisme à court et à moyen terme, et qu'avec le compromis et l'expertise de votre entreprise, il aurait pu être obtenu en modifiant le projet de statut afin que, bien que le principal objectif fût la recherche de Madeleine, certaines ressources seraient consacrées à d'autres cas d'enfants disparus. Vos clients voulaient clairement que l'entreprise s'installe rapidement, mais je n'ai jamais compris pourquoi la rapidité l'emportait sur la question du statut caritatif qui aurait été extrêmement bénéfique pour le projet.6. En général, lorsque la Charity Commission ne soulève pas de problème, combien de temps faut-il pour obtenir le statut d'association caritative après la constitution de l'organisme?



Les documents FOI fournis ultérieurement par la Charity Commission ont en partie répondu à ces questions. Comme Kate n'a pas dit dans "Madeleine" ou ailleurs que BWB avait travaillé pro bono ou à un prix réduit, il est raisonnable de supposer qu'ils ont facturé des frais pour le travail qu'ils ont fait sous une énorme pression - payés par ceux qui ont envoyé de l'argent pour la recherche de Madeleine.BWB m'a envoyé un bref courriel de son partenaire Rosamund McCarthy le 18 juillet 2011, me renvoyant à Clarence Mitchell et indiquant que BWB ne travaillait plus pour la SARL. Toutefois, un rapport sur les nominations en cours, obtenu auprès de Companies House le 20 juillet 2011, indique BWB Secretarial Ltd (l'aile "secrétariat" de BWB) comme assurant le secrétariat de la SARL. Enid a demandé à Companies House de clarifier si c'était exact, au cas où une démission récente n'ait pas été reflétée dans le rapport, et a été informée que le rapport était correct. Elle a ensuite soulevé cette incohérence auprès de Mme McCarthy par courriel, mais n'a reçu qu'un accusé de réception et aucune réponse réelle.BWB n'est que l'un des cabinets d'avocats britanniques qui ont représenté les MC au cours des quatre dernières années. Les comptes de sociétés à responsabilité limitée contiennent normalement une page d'informations sur l'entreprise énumérant les avocats de la société, les banquiers, etc. Pour chacune des quatre années pour lesquelles les comptes sont disponibles, deux cabinets d'avocats sont mentionnés. BWB est mentionné pour chaque année, y compris 2011, donc probablement la date à laquelle ils se sont séparés des MC est postérieure à Mars 2011.

Dans les comptes du premier exercice, la deuxième société mentionnée est Hayes Percival. C'est une grande entreprise avec des bureaux dans 6 centres britanniques, mais cette entreprise n'est pas mentionnée dans "Madeleine" et on ne sait pas quels services juridiques ils ont fournis. Les comptes jusqu'en mars 2009, mars 2010 et mars 2011 désignent Stephenson Harwood, une grande firme internationale comptant 100 partenaires, en plus de BWB. Parmi les autres cabinets d'avocats retenus par les MC figure le cabinet Carter-Ruck, spécialiste en droit de la diffamation, et le cabinet de droit pénal, Kingsley Napley. Par ailleurs il y a les avocats portugais.Combien d'autres parents d'enfants disparus ont eu besoin de tant d'avocats?Les premiers avocats retenus étaient l'IFLG et Kate a expliqué qu'elle les avait rencontrés car ils étaient liés avec un collègue de Gerald. Mais il est étrange qu'ils aient été retenus étant donné leur expertise dans le domaine des enlèvements familiaux résultant du divorce, un domaine délicat impliquant la connaissance du droit de la famille dans différents pays. La disparition de Madeleine n'était clairement pas le résultat d'un enlèvement familial. S'il y a eu un enlèvement, alors il s'agissait d'un enlèvement criminel direct sans aucun problème juridique une fois que la police localisait le kidnappeur. Alors pourquoi l'IFLG a-t-il été retenu ? Selon l'imprimé du site officiel du 17 mai 2007, les dons postaux devaient être envoyés au bureau central londonien d'IFLG.

Pour revenir à la rapidité de mise sur pied de la SARL - alors qu'il ressort clairement de la preuve indépendante de la Charity Commission que le processus a été entamé le 14 mai et que l'incorporation a eu lieu le 15 mai - ce n'était pas la durée habituelle d'un montage spécifique à partir de rien.Enid a contacté la section des organismes de bienfaisance de BWB par courriel en me faisant passer pour une organisation bénévole qui pourrait avoir besoin de s'intégrer rapidement dans le cadre d'un financement qui dépendrait de la constitution en société, et qui aurait également besoin du statut d'organisme de bienfaisance. Après un échange de courriels pour démêler ce qui était nécessaire, BWB a convenu que si le délai du lundi matin (instructions prises) au jeudi (jour de constitution) était possible pour un enregistrement rapide, il serait préférable de prévoir une semaine. Pourquoi BWB a-t-il accepté de précipiter l'enregistrement comme ils l'ont fait, étant donné que quelques jours de plus n'auraient pas entravé la recherche de Madeleine? À ce stade, l'enfant aurait pu être retrouvée à n'importe quel moment, morte ou vivante. Évidemment, les MC ont demandé un enregistrement le 15 mai parce que le statut d'organisme de bienfaisance était moins important que le changement de date du lancement avec la presse. Est-ce bien cela ou ont-ils saisi ce prétexte parce que, à la réflexion, la SARL leur est apparue comme préférable ?Enid O'Dowd a questionné la firme d'audit sur l'absence de détails concernant les dépenses après mars 2008. Il y avait des informations sur les dons dans les premiers jours du site officiel. Maintenant, il n'y a pas d'informations financières du tout. Pourquoi ne pas faire figurer les comptes audités sur le site? Renvoyer le public à Companies House est-il l'idée que Kate MC se fait de la transparence ?J'ai noté que les comptes étaient toujours déposés près de la date limite de dépôt. Pourquoi ne pas déposer les comptes le plus tôt possible après la date de clôture? Une bonne pratique exige un dépôt précoce avant que l'information ne devienne, dans une certaine mesure, non pertinente. Les comptes de MF ont été déposés comme suit:




Pourquoi  n'y a-t-il pas en mars 2009, en mars 2010 et en mars 2011 un plan des dépenses équivalant à celui déposé en mars 2008 ? De toute évidence, les administrateurs ont décidé de ne plus fournir une analyse des dépenses et ont donné des instructions à la firme d'audit en conséquence. Une raison possible de la décision du conseil d'administration est la critique publique selon laquelle seulement 13% des dépenses semblaient aller à la recherche de Madeleine cette année-là. Ce pourcentage peut fort bien avoir été inexact d'une manière ou d'une autre parce que les détails publiés dans les comptes de 2008 soulevaient des questions nécessitant des éclaircissements supplémentaires. Enid O'Dowd n'a pu obtenir aucune clarification de la part de la firme d'audit ou de Clarence Mitchell, donc ne peut faire la lumière sur l'exactitude ou non des 13%.Il est tout à fait raisonnable qu'une société de commerce ordinaire ne révèle pas plus d'informations que la loi ne l'exige dans ses comptes parce que certaines informations pourraient être commercialement sensibles et utiles à un concurrent commercial. Cependant, cet argument ne s'applique pas à une SARL comme Madeleine's Fund où il serait avantageux pour le public de voir où va l'argent. Mais en dehors de 2008, la seule information disponible sur les revenus et dépenses à partir des comptes est :



Une autre question à laquelle Enid n'a pas obtenu de réponse est le nom du «gestionnaire expérimenté nommé pour assurer le plus haut niveau de transparence et de responsabilité» pour citer le site Web. Clarence Mitchell ne l'a pas révélé, ou plutôt il semble que ses clients, les MC, ne l'ont pas laissé le faire quand Enid O'Dowd lui a posé la question. Il est fréquent que les sites Web d'entreprises (qu'il s'agisse de sociétés commerciales normales ou d'ONG et d'organismes de bienfaisance) donnent au moins le nom de la personne de référence et son adresse électronique. Si la société avait obtenu le statut d'organisme de bienfaisance, le nom de cette personne aurait dû être indiqué dans le rapport annuel qui doit être soumis à la Charity Commission. Les organismes de bienfaisance doivent nommer le directeur en chef ou d'autres membres de la haute direction à qui la gestion quotidienne du personnel est déléguée par les trustees. En outre les comptes des organismes caritatifs doivent être accessibles au public sur demande. Le public doit savoir comment accéder aux comptes d'une SARL à Companies House et payer une somme modique pour les obtenir. 
M. John McCann était-il l'administrateur du Fonds jusqu'à sa démission du Conseil en juillet 2010? Le Times (22.5.2007) et le Guardian (20.9.2007) ont tous deux déclaré qu'il s'était mis en disponibilité pour une durée indéterminée en tant que représentant médical chez AstraZeneca. D'autres journaux ont déclaré qu'il avait effectivement démissionné de son poste pour chercher sa nièce. L'article du Guardian indiquait qu'il s'était mis en congé pour administrer le fonds de 1 million de livres sterling.
Le site officiel indique que «aucun des administrateurs n'a été rémunéré avec l'argent de MF». Mais cela signifie-t-il simplement de l'argent en guise de rémunération pour le  travail spécifique d'administrateur  ou pour tout le travail effectué pour MGF et pour les services fournis sans lien avec la fonction d'administrateur? Si John McCann était l'administrateur de MF ou s'il effectuait d'autres tâches pour lMF et n'était pas payé pour son travail, comment a-t-il respecté ses engagements financiers? Il est retourné à son entreprise en l'été 2010 après une pause de trois ans. Il est peu probable qu'il ait été payé pendant un congé de trois ans. En général, les interruptions de carrière, quelle qu'en soit la raison, ne sont pas payées. Selon sa page LinkedIn, M. McCann a quitté AstraZeneca en mai 2011 pour un poste chez Bayer.Les comptes pour l'année 2010 révèlent dans la note 2 à la page 8 qu '«il n'y avait pas d'employé, comme pour l'année 2009». Cela semble contredire l'affirmation du rapport des administrateurs pour 2009 et 2010 selon laquelle MF «a fourni un soutien administratif à la famille de Madeleine pour maintenir l'élan de l'enquête». Les comptes de mars 2011 ne contiennent pas cette note, donc nous ne savons pas s'il y avait des employés ou non cette année-là, bien qu'il apparaisse dans le rapport des administrateurs qu'il y avait un employé parce que le rapport mentionne un soutien gestionnaire pour l'enquête et les campagnes pour trouver Madeleine (coordinatrice de campagne et liaison avec les médias). 

De plus curieux en plus curieux, pour citer Alice au pays des merveilles.




Les comptes du premier exercice, qui comprenaient le détail des dépenses, ne mentionnent pas de salaire ; il semblerait donc qu'il n'y avait pas de gestionnaire de MF ou d'autre employé à moins qu'il/elle ait été payé(e) par un bienfaiteur extérieur. Cependant, il n'y aurait aucune raison de le faire parce que c'était l'année avec le plus gros revenu, et le site Web avait spécifié (et le fait toujours) que l'embauche d'un employé était très nécessaire.
Et n'était-ce pas conforme à la raison d'être d'une SARL d'avoir une structure formelle pour tous les revenus et toutes les dépenses ?
Une autre indication de l'absence de salarié est le manque apparent de bureau. Les comptes audités mentionnent l'adresse enregistrée comme 2-6 Cannon Street, London EC4, qui est l'adresse des avocats BWB. Il n'y a qu'une adresse postale à Leicester sur le site officiel. Dans les comptes de 2008, lorsque les détails ont été fournis, il n'y avait pas de loyer ou de taxe professionnelle parmi les frais de gestion. Pour les années suivantes, comme aucune ventilation des dépenses n'est donnée, nous ne pouvons pas être sûrs, mais comme la note dans le compte 2010 indique qu'il n'y avait pas d'employé en 2009 ou 2010, il n'y avait pas besoin de bureau. S'il n'y avait pas de bureau avec les coûts associés de la taxe professionnelle, du chauffage et de la lumière, cela soulève la question de savoir ce qui est inclus dans les dépenses de gestion en 2009, 2010 et 2011, à l'exception des frais d'audit que nous connaissons car la loi exige qu'ils soient divulgués.





Ces «other administrative costs» (autres coûts de gestion) pourraient-ils tous se rapporter aux coûts engagés par Kate MC pour l'utilisation d'une pièce de sa maison comme bureau pour MF ? Clairement, elle aurait des coûts comme le téléphone, les cartouches d'imprimantes, les frais de port, la papeterie et le chauffage de la pièce, mais ceux-ci ne dépasseraient guère 20 000 £. Elle pourrait avoir à payer des taxes professionnelles pour l'utilisation commerciale d'une partie de sa maison, mais même ainsi, il est difficile de voir comment les coûts de gestion sont si élevés dans le contexte de cette SARL. Les coûts liés à l'expédition des marchandises et du matériel de campagne seraient probablement imputés aux coûts de marchandising & campaign et non aux frais de gestion.Aucun des comptes des quatre exercices ne comprend d'actifs fixes. S'il y avait un employé, vous vous attendriez à un équipement de base: un bureau et une chaise, un ordinateur et une imprimante et un classeur.La note 3 des comptes de 2008 et 2009 indique un paiement anticipé de 19 795 GBP au 31 mars 2008 et au 31 mars 2009. Les remboursements anticipés concernent normalement les frais qui doivent être payés à l'avance comme l'assurance, les souscriptions ou le loyer et la taxe professionnelle. La plupart des frais sont payés au moment ou après la réception des biens ou services. Or, comme il ressort des parties précédentes de cet article que MF n'avait ni employé ni bureau, l'assurance-responsabilité des employeurs, le loyer et la taxe professionnelle ne s'appliquent pas. Il aurait pu y avoir des paiements anticipés sur un abonnement de surveillance des médias et éventuellement sur une police d'assurance de voyage relative aux administrateurs qui pourraient voyager à l'étranger dans le cadre de la recherche. Cependant, tout prépaiement d'un tel abonnement ou d'une assurance voyage ne pourrait pas s'élever à  près de 20 000 £! 

Pour quelle raison MF aurait-il pu payer un montant aussi important à l'avance? Les principaux coûts détaillés dans les comptes de 2008 étaient les frais juridiques et les frais de recherche. Est-ce que l'une ou l'autre des entreprises concernées aurait pu exiger des sommes importantes à l'avance, comme l'indiquent les comptes audités ? Le conseil aurait dû accepter cela. Il est imprudent de payer une entreprise à l'avance pour des biens et services non reçus - à moins qu'il y ait une très bonne raison de le faire, peut-être parce que c'est le seul moyen de s'assurer des services essentiels aux objectifs de l'organisation.

L'examen des comptes de l'exercice clos le 31 mars 201 pose la question «qu'est-il arrivé aux avances sur recettes de "Madeleine", payées  fin 2010?L'énorme avance (non quantifiée) rapportée dans les médias en octobre 2010 ne semble pas figurer dans les comptes. Si tel était le cas, elle figurerait soit dans la rubrique "revenus" de l'Income and Expenditure Account, soit dans le bilan avec une note comptable expliquant que le paiement avait été reçu dans l'année et serait inclus dans le compte des revenus et dépenses pour l'année se terminant en mars 2012, période où le livre a été publié. Il n'y a aucune entrée ou note de bilan.Cela pourrait-il être dans le revenu?Peu probable car les comptes montrent un revenu total de seulement 177.534 £ et aucune ventilation. Au cours de cette année comptable (de mars 2010 à mars 2011), le site officiel fait référence à quatre collectes de fonds officielles, trois événements «Sacs d'espoir» au Centre spatial national de Leicester, à la crypte de la cathédrale métropolitaine de Liverpool et au Crowne Plaza Glasgow - et une randonnée cycliste de 81 miles sponsorisée par Gerry, l'Etape Caledonia, en Ecosse. En plus de ces collectes de fonds officielles, il y aurait sans doute eu les collectes de fonds de la part des supporters à travers le pays et les profits de la vente de marchandises. Habituellement, les artisans des «bonnes causes» indiquent sur leur site Web ou dans leur rapport annuel ou autres publications le succès d'une collecte de fonds, indiquant le montant augmenté ou le type de fonds levés. Le site Web des MC donne seulement des informations de base sur ces événements, y compris sur leur localisation. Il n'y a aucune mention des sommes obtenues, seulement un commentaire comme quoi l'événement était «très positif».




Les "sacs de l'espoir" ont été mis en vedette lors d'une vente aux enchères de sacs donnés, certains par certaines célébrités très en vue. L'Écho de Loughborough (11.3.2011) a déclaré que les trois événements espéraient lever «des dizaines de milliers de livres». Les participants, selon les NotW (6.3.2011), ont payé 50 £ par personne pour y assister. Les sites utilisés avaient une capacité substantielle. Kylie Minogue, Coleen Rooney, Fearne Cotton, Carol Vorderman, Chris Tarrant et Lorraine Kelly étaient parmi les célébrités qui ont donné des sacs. Compte tenu des célébrités impliquées et de l'équipe professionnelle derrière les MC, ces événements doivent avoir levé des dizaines de milliers de livres, comme l'espéraient les organisateurs.Si l'avance est incluse dans Income and Expenditure Account, elle doit être inférieure à 100 000 livres sterling. Même en tenant compte de l'exagération médiatique à propos de l'avance, il n'est pas crédible que l'agent littéraire Christopher Little de Kate McCann ait accepté une telle avance pour un livre qui avait un énorme potentiel de ventes. Cette agence établie de longue date a travaillé récemment avec JK Rowling.L'autre explication possible, à savoir qu'il n'y avait pas d'avance payée à la signature du contrat comme c'est l'habitude, n'est pas crédible non plus. Aucun agent littéraire ayant un client avec un livre «chaud» ne le permettrait.Donc, l'explication probable est que l'avance sur recettes n'a pas été versée au Fonds.Ses allées et venues sont un mystère pour Enid O'DowdLe HMRC a confirmé à Enid qu'il n'existait pas de traitement spécial de l'impôt sur le revenu pour les revenus provenant de la rédaction d'un livre, comme par exemple en Irlande pour certains écrivains et artistes. Ainsi, en supposant que le contrat pour le livre ait été conclu entre Kate MC et les éditeurs, l'argent reçu en vertu de ce contrat serait assujetti à l'impôt sur le revenu au taux en vigueur. Les taux pour l'année d'imposition britannique 2010/2011 dans lesquels l'avance initiale sur la signature du contrat semblerait avoir été reçue étaient les suivants: taux de base 20% s'appliquant au revenu imposable de zéro à £ 37.400, taux supérieur 40% appliquant au revenu imposable de £ 37 401 - £ 150 000 et un taux supplémentaire de 50% sur le revenu imposable de plus de 150 000 £. L'impôt sur le revenu prendrait une bonne partie de l'avance, eu égard au salaire de Gerald McCann comme consultant médical à plein temps et les gains de Kate seraient taxés à 40% et 50% d'impôt. Kate devrait faire une déclaration de revenus pour 2010/2011 indiquant les revenus du livre (et tout autre bénéfice qu'elle aurait pu avoir durant l'année) avant le 31 octobre 2011 (sur support papier) ou avant le 31 janvier 2012 (en ligne).




Outre le paiement de l'impôt sur les revenus du livre, il y a le paiement d'une commission à l'agent littéraire. Le site Web de l'agent indique que cette commission est de 15%. Bien sûr, un chiffre inférieur a pu être négocié, le livre devant recueillir des fonds pour la recherche de Madeleine. Si le contrat de livre avait été entre l'éditeur et MF, l'avance devrait clairement figurer dans les comptes de MF pour l'année se terminant en mars 2011. Lorsque Enid a regardé les comptes audités pour voir ce qui est dit au sujet de la fiscalité, elle a trouvé une note 1.3 "fiscalité" (taxation) parmi les notes sur les états financiers de 2008, 2009 et 2010 :
La SARL demeure responsable des obligations fiscales découlant des gains en capital, des intérêts, des activités de négociation et de tout autre excédent, sauf des dons reçus.
Dans les comptes au 31 mars 2008, il y a un excédent de 1 064 489 £ avant impôt mais l'impôt sur les sociétés à payer n'est que de 12 462 £. C'est parce que la plupart des revenus pour cette période provenaient de dons. Selon l'annexe détaillée des dépenses pour cette périod, 1 390 360 £ de dons ont été reçus par la banque et 391 740 £ de dons ont été reçus via le site Web. Il n'y a pas de note sur la fiscalité dans les comptes de 2011, et Enid O'Dowd ne comprend pas pourquoi. L'impôt dans les comptes de 2011 est de 8 371 £.

Enid se pose une autre question au sujet de l'impôt sur les sociétés dans les comptes de 2010. Le montant de l'impôt sur les sociétés pour 2010 dans Income and Expenditure Account est de 2 598 £, mais le montant de l'impôt sur les sociétés dû dans l'analyse des créditeurs sur le bilan (note 4) donne au créancier de l'impôt sur les sociétés 4 666 £ plutôt que 2 598 £ . Toutefois, la note 3 qui analyse le montant des débiteurs sur le bilan inclut 2 068 £ pour le débiteur de l'impôt sur les sociétés». Déduisez le créditeur de l'impôt sur les sociétés du débiteur de l'impôt sur les sociétés et vous aurez le montant de l'impôt sur les sociétés dans Income and Expenditure Account . L'explication probable de ceci est que le débiteur de l'impôt sur les sociétés se rapporte à un paiement de S.419 (ICTA 1988) sur un emprunt d'administrateur non remboursé dans les délais prescrits. En résumé, lorsqu'un administrateur d'une SARL emprunte à la SARL une somme qu'il ne le rembourse pas dans les neuf mois suivant la fin de l'exercice au cours duquel l'emprunt a été contracté, un paiement de 25% de l'emprunt est dû à HMRC (Her Majesty Revenue & Customs). Ce paiement peut être récupéré lorsque l'emprunt de l'administrateur est remboursé. Ainsi, il semblerait qu'un administrateur du Fonds ait contracté un emprunt de 8 272 £ auprès de la société. L'examen des comptes de 2011 indique que l'emprunt fait par l'administrateur a été remboursé et que HMRC a remboursé les 2 068 £ (25% x 8 272 £) à la SARL. Plus d'informations sur le S.419 ici >Page d'accueil de l'impôt sur les sociétés > Prêts aux administrateurs et Impôt sur les sociétés.

Si un administrateur a emprunté de l'argent à MF, avec naturellement l'approbation du conseil administratif, il serait intéressant de connaître les raisons de l'approbation parce que l'argent, même temporairement emprunté à MF, réduit les fonds disponibles pour la recherche de Madeleine.Cependant, l'emprunt d'un administrateur devrait être inscrit que le bilan comme un débit sinon les comptes ne seraient pas équilibrés! En ce qui concerne les années concernées, les bilans de 2008 enregistrent un total de 585 369 £ pour les débiteurs, de 2009 pour les débiteurs de 19 795 £ et de 3 718 £ pour les débiteurs. Dans les notes, ces totaux sont analysés, sauf pour 2010. D'après l'analyse, le seul endroit où l'"emprunt" pourrait être inclus est celui des «pré-paiements» de 19 795 £ qui ont été examinés plus haut. L'emprunt fait par un administrateur n'est pas un «pré-paiement» mais a peut-être été mal placé dans cette rubrique. S'il n'y a pas eu d'emprunt fait par un administrateur, alors le paiement de l'impôt sur les sociétés en 2010 est un mystère.En plus de la modification de la note d'imposition, Enid O'Dowd remarque un changement dans la note 1.2 "Revenus". Les comptes 2008, 2009 et 2010 déclarent tous
Les revenus comprennent les dons reçus par la société ainsi que les revenus générés par les marchandises, hors TVA.
Mais dans les comptes 2011, "Revenus" se change en "Chiffre d'affaires" (Turnover) et la note dit que le chiffre d'affaires comprend les produits reconnus par la SARL comme les biens et services fournis par elle, à l'exclusion de la taxe sur la valeur ajoutée et des remises commerciales.



Pourquoi le mot "donation" a-t-il été effacé ?
Le site Web recherche des dons et, lors d'entrevues, les McCann insistent toujours sur le besoin d'argent pour continuer leur recherche. Bien que les dons à MF aient manifestement diminué et que le rapport des administrateurs en fasse état, il doit y avoir eu des dons, y compris de l'argent provenant de petites collectes organisées par les nombreux partisans de la famille MC à travers le pays. 
Retour à l'avance "manquante".Peut-on faire valoir que la promesse sur la couverture du livre de «toutes les royalties pour MF» n'incluait pas l'avance sur recettes, étant une partie distincte du paiement pour le livre ? L'avance est  «sur les royalties» et aurait dû être déposée sur le compte bancaire de MF. Il est purement sémantique de prétendre que l'avance est distincte des royalties, qui ne seraient payées qu'après la publication du livre et après compensation de l'avance par les ventes. 
Tout ce qui précède rend Enid O'Dowd sceptique quant à Madeleine's Fund. Même le nom est trompeur parce que la connotation habituelle de "Fund" est que l'objectif est altruiste. MF ou plutôt la SARL est simplement une société privée ordinaire déposant les détails comptables minimum pour se conformer à la loi, très prêt de la date-butoir légal.Bien que le site officiel indique (depuis quand ?) que MF n'a pas le statut d'organisme de bienfaisance, il y a une grande confusion publique quant au statut de MF et les médias se sont comme bien gardés de le dissiper. Le terme «sans but lucratif» utilisé par MF n'a aucun sens pour le HMRC, et étant donné le manque d'informations financières, il est impossible de dire si une interprétation raisonnable de ce terme se justifie dans le cas de MF.Dans l'année comptable au 31 mars 2011, les MC ont perdu deux appels dans leur affaire contre Sr Amaral pour son livre «La vérité du mensonge». Le rapport des administrateurs n'y fait pas allusion, malgré les implications financières pour la SARL. Dans les rapports des directeurs de 2009 et de 2010, il a été fait référence au paiement d'une représentation légale pour la famille au Portugal dans le cadre de l'assignation de Gonçalo Amaral. Ainsi, il est raisonnable de supposer que ces frais juridiques portugais ont été assumés dans l'année à mars 2011 et le seront à l'avenir. Un autre appel des McCann est prévu pour le mois d'avril 2012. Il aurait certainement dû être fait mention de ces frais juridiques en cours dans ces comptes.



Pour conclure, les comptes de l'exercice clos au 31 mars 2009 n'ont pas été correctement vérifiés par le Conseil et par la firme d'audit.Il y a un DÉFICIT pour l'année de £ 354,885.Cependant• Le rapport des auditeurs (p.5) fait référence au SURPLUS pour l'année• Le compte des revenus et dépenses (p.6) utilise le mot SURPLUS lorsque le mot correct est DEFICIT• Dans la note 2 p.8, la rubrique devrait être déficitaire et non excédentaire et le texte devrait utiliser le déficit et non le surplus• Dans la note 3 à la p.8, l'année comparative devrait être 2008 et non 2009Le directeur Brian Kennedy (l'oncle de Kate) a approuvé ces comptes au nom du conseil d'administration le 6.1.2010 et les a signés à la p.7. Les auditeurs ont ensuite déposé ces comptes à Companies House.Le 14 juillet 2011, Enid O'Dowd a envoyé un courriel à la campagne Find Madeleine (en utilisant un autre nom) en suggérant que les informations financières, y compris les comptes audités figurent sur le site. Elle s'est aussi référée à des difficultés pour commander un pack de vacances. Le 18 juillet, elle a reçu un courriel de 'Karen' lui disant que (les infos) étaient à Companies House et qu'elle communiquerait ma suggestion à l'équipe et verrait ce qu'ils en pensent. Elle a dit qu'il y avait eu des problèmes avec la boutique de commande en ligne et que Enid pouvait commander via l'email général tant que le problème n'était pas résolu. Il n'y a pas eu de courriel de suivi disant ce que l'équipe pensait de la suggestion d'Enid et l'absence d'information financière sur le site a continué!
Après avoir passé en revue les antécédents de la création de MF et les comptes publiés, et obtenu des informations auprès de sources indépendantes disponibles, en tant que comptable agréé ayant également travaillé à la fois pro bono et moyennant rémunération pour des organismes de bienfaisance et des organisations "sans but lucratif", Enid O'Dowd est incapable de comprendre pourquoi dans le contexte d'un enfant disparu 
• MF (SARL) a été créé quelques jours seulement après la disparition de Madeleine• les comptes, mis à part 2008, sont si peu informatifs• ce qui est arrivé à l'avance sur recettes pour le livre Madeleine qui ne semble pas avoir été versé à MF comme prévu • si MF a déjà eu du personnel rémunéré et, en particulier, s'il y a déjà eu un gestionnaire comme le dit le site officiel • la réticence à fournir des informations financières significatives• le besoin de tant de conseillers professionnels, principalement des avocats, et si leurs honoraires ont été payés entièrement ou en partie par MF• pourquoi la question du statut d'organisme de bienfaisance n'a apparemment pas été réexaminée compte tenu des avantages évidents pour la recherche de MadeleineLes gens partout ont été touchés par l'histoire de cette enfant disparue. Beaucoup ont envoyé de l'argent, certains éventuellement possédant peu. Ces personnes méritent d'être traitées avec respect; et cela signifie que des informations détaillées sur l'utilisation de l'argent soient publiée et mises à jour.Le respect signifie également répondre à des questions raisonnables de la part de la presse ou du grand public. Les observations d'Enid O'Dowd sont basées sur les preuves disponibles et son expérience professionnelle. Si certaines observations sont insuffisamment ciblées, c'est en raison du manque de transparence. Une certaine transparence de la part des MC et de leurs conseillers permettrait sans doute d'améliorer leur image publique.
Dès le début, tout le monde a convenu que, malgré les coûts impliqués, il (le Fonds) doit être soumis aux plus hauts standards de transparence.
On pourrait penser qu'avec l'expertise de PR à la disposition des McCann, ce serait le cas.Ça ne l'est pas.Pourquoi?

Il n'est pas interdit de penser que Kate MC, sans doute touchée par l'afflux d'argent, était sincère dans cette déclaration de transparence à tout prix. Mais c'était en mai 2007 ! Avec le temps la transparence s'est avérée dangereuse et les explications embarrassantes, même si MF n'ait pas fondamentalement des intentions frauduleuses. La transparence a donc dû passer à la trappe. D'une certaine façon on peut le comprendre. Le problème c'est que le site officiel n'ait pas fait état de ce changement de perspectice. C'est là que se situe la malhonnêteté. Et puis "Madeleine" est sorti en mai 2011, alors qu'il y avait belle lurette que la transparence était un leurre. Pourquoi Kate MC n'a-t-elle pas saisi l'occasion de ce livre pour remettre les pendules à l'heure ?