Grâce à la liberté dans les communications, des groupes d’hommes de même nature pourront se réunir et fonder des communautés. Les nations seront dépassées.
Friedrich Nietzsche (Fragments posthumes XIII-883)

11 - SEP 12 - Des trolls et du trolling












C’est le jour où le tabloïd britannique The Sun a lancé sa nouvelle campagne «Ciblez un troll», dans le cadre d’un article sur les abus en ligne reçus par les parents de l’enfant disparue, Madeleine McCann. Sean Duffy, 25 ans, avait été reconnu coupable de communications malveillantes après avoir publié des messages et des vidéos en ligne se moquant de la mort d’adolescents. Une victime était la famille de Natasha MacBryde, 15 ans, décédée après avoir été touchée par un train en février 2011. Duffy a publié le commentaire suivant: "Je me suis endormi sur les rails" sur la page d'hommage Facebook créée par son frère. et posté une vidéo sur Youtube intitulée "Tasha the Tank Engine" avec son visage superposé à l'image de Thomas.

L’appel du journal était émouvant: «Le Sun demande aujourd’hui à nos lecteurs de lutter contre la menace des trolls. Notre campagne Target a Troll est lancée au milieu de révélations selon lesquelles des familles affligées d’une foule de victimes de crime très connues et de célébrités ont été frappées par des cinglés se moquant de la tragédie. Les preuves les plus puissantes sont venues des gens ordinaires. Linda Bowman, dont la fille (18 ans) a été assassinée en 2005, a expliqué: «Un troll a collé la photo de Sally Anne sur le corps d’une photo porno nue représentant une femme et l’a affichée sur des sites vils. Un autre a écrit: «Elle méritait de mourir vêtue comme ça et je lui en aurais donné un». «J’ai pleuré sur ce que ces gens ont fait», a-t-elle ajouté. L’article se termine par la condamnation de ces «individus tordus». Philip Hodson, psychothérapeute, explique à quel point "Internet est le terrain de jeu de la vengeance de l'impuissant - un monde imaginaire pour vandales anonymes et trompés", clamant ces agresseurs comme des "étrangers" probablement autistes et insensibles, qui doivent compenser leur impuissance en infligeant la douleur à d'autres. .





La presse s'est réjouie de cette nouvelle campagne. Au cours des mois suivants, de plus en plus de journaux ont rejoint le mouvement par peur tandis que des célébrités lésées sont venues sur le devant de la scène pour raconter leur histoire. En mars 2012, le présentateur de télévision Richard Bacon a diffusé un documentaire sur sa bataille de deux ans avec son troll. En avril 2012, Noel Edmonds a publié une vidéo sur la traque du troll qui aurait créé la page Facebook "Somebody Please - Noel Edmonds". Les autres abus étaient plus graves. En mai 2012, la députée conservatrice Louise Mensch a vu le «troll» qui l’avait maltraitée sur Twitter et qui avait menacé la vie de ses enfants être finalement jugé.

La loi montrait un intérêt croissant pour les activités en ligne. En mars 2012, Liam Stacey, étudiant à l’Université de Swansea, a été emprisonné pendant 56 jours pour avoir publié des commentaires racistes offensifs sur Twitter à la suite de la crise cardiaque survenue sur le terrain du footballeur Fabrice Muamba plus tôt dans le mois. En juillet, un adolescent de 17 ans avait été arrêté pour avoir envoyé des messages Twitter offensants au plongeur Tom Daley qui les avait republiés. En septembre, Azhar Ahmed, âgé de 19 ans, a été reconnu coupable d'avoir envoyé des communications "extrêmement offensantes" après avoir publié sur Facebook: "Tous les soldats devraient mourir et aller en enfer" deux jours après la mort de six soldats britanniques d'une IED en Afghanistan, alors qu'en octobre Woods, 19 ans, a été reconnu coupable de la même infraction après avoir publié des blagues sur la page Facebook "Sickipedia" au sujet de l'écolière assassinée April Jones. Après 12 semaines de prison, le président du tribunal a déclaré que les plaisanteries étaient si "odieuses" qu’il méritait la peine la plus longue que le tribunal puisse prononcer. Le même mois, Anthony Gristock, âgé de 24 ans, a été condamné à trois ans et demi de prison pour incitation à des troubles violents après avoir créé la page Facebook "apportez les émeutes à Cardiff" lors des émeutes britanniques de 2011.

Ces «trolls» étaient de plus en plus considérés comme un problème systémique. Le 15 novembre 2012, un article du Daily Mail annonçait que «la police s'attaquait à l'épidémie de trolls sur Internet et que les condamnations pour avoir publié des informations sur des abus en ligne avaient augmenté de 150% en seulement quatre ans». Le 19 septembre 2103, ils avertissaient de la vague de trolling : Scotland Yard engloutissait 1 500 cas d'abus en ligne par an et, le 29 mai 2014, ils annonçaient: «2 000 enfants interrogés par la police comme des trolls en ligne: des centaines de jeunes ont eu un casier judiciaire pour abus, harcèlement et harcèlement sur Internet ».

Des personnalités publiques ont souvent été ciblées, les femmes se livrant surtout à des abus violents et misogynes. En janvier 2013, Mary Beard, historienne et animatrice, a été victime de sévices très personnels après avoir été invitée à l'heure des questions à la télévision sur BBC, un «troll», Oliver Eric Rawlings, photoshoppant son visage et lui envoyant l'image avec le message «retweet ça, sale vieille salope. Je parie que ton vagin est dégoûtant ». Peu de temps après, en juillet 2013, des militantes pour un billet de banque Jane Austen ont reçu des menaces de mort et de viol, tandis que les femmes journalistes qui les ont défendues ont reçu des menaces à la bombe.

Dans la presse et dans le discours populaire, "le troll" est devenu une puissante figure de haine, et tout ce qui est horrible se passe maintenant en ligne à cause des "trolls". Ainsi, en octobre 2014, ce sont des «trolls de Twitter» qui ont publié illégalement le nom de la victime du violeur et footballeur Ched Evans et des« trolls de Twitter »qui ont de nouveau menacé de violer la fille de Richard Madeley en raison de commentaires de sa mère au sujet du cas de Ched Evans. De même, c’était un «troll professionnel» que les journaux ont accusé d’avoir maltraité Claudia Winkelman en novembre 2014 à la suite de l’accident de sa fille. Le terme «troll» est resté et est désormais le mot clé pour signaler les abus en ligne. En août 2015, par exemple, la presse a rapporté que le «troll» Jamie Milligan avait été condamné à 160 jours de prison pour une agression ivre en ligne dans laquelle il se moquait de la mort d'un enfant en bas âge, avait fait des commentaires offensants à propos de Madeleine McCann et menacé de violer quelqu'un qui avait protesté. À ce sujet, la presse, les politiciens, les juges et le public étaient d’accord: un tel comportement ne serait plus toléré. Le 19 octobre 2014, le secrétaire d'État à la Justice, Chris Grayling, a déclaré au Mail on Sunday que son intention de quadrupler la peine maximale pour les "trolls sur Internet" montrait sa détermination à "prendre position contre une cyber-foule insidieuse". La loi de 2015 sur la justice pénale et les tribunaux, entrée en vigueur le 13 avril, a modifié la loi de 1988 sur les communications malveillantes pour porter la peine à deux ans.






À première vue, cet outrage public et la position de plus en plus sévère des autorités semblent justifiables, contribuant à réduire les abus et à faire d’Internet un lieu plus sûr et plus agréable pour le public. À y regarder de plus près, toutefois, les réactions de la presse, de la police et du gouvernement suscitent de vives inquiétudes.



Tout d’abord, on pourrait s'interroger sur le moment choisi pour la campagne de The Sun, qui coïncide avec l’enquête Leveson sur «la culture, les pratiques et l’éthique de la presse». Cette enquête a été précipitée par le comportement immoral et illégal de certains membres de la presse tabloïd dans le "scandale du piratage", où il a été découvert que des journalistes avaient illégalement accédé à des messages vocaux sur téléphones portables, ainsi que des enquêteurs embauchés qui utilisaient des "tours sournoises" et corrompaient des fonctionnaires avoir des histoires. La tentative de dissimulation de News International a finalement été révélée par la révélation parue dans The Guardian le 4 juillet 2011, selon laquelle News of the World avait piraté le téléphone de la lycéenne assassinée Milly Dowler, parmi d’autres victimes sensibles. La révulsion du public a rapidement augmenté, ce qui a conduit à l'annonce de la fermeture du journal le 7 juillet. Des procès pénaux ont suivi, de même que la Commission Leveson qui, de novembre 2011 à novembre 2012, a recueilli les dépositions et les déclarations de centaines de témoins sur les pratiques de la presse. Les témoignages les plus impressionnants proviennent de victimes telles que les McCann, qui ont décrit une série d'histoires «répugnantes» à leur sujet et la publication d'un journal personnel acheté illégalement, et l'ex-maître d'école, Christopher Jefferies, qui a décrit son dénigrement systématique par une presse supposé qu'il était coupable du meurtre de sa locataire, Joanna Yeates, survenu en décembre 2010.



La campagne anti-troll correspondait donc à une panique morale cherchant à faire diversion et produite par le journal sœur de News of the World. Elle visait à éloigner l'indignation du public de la presse sur une cible manifestement indéfendable, le troll, et à suggérer que la réglementation de la presse était beaucoup moins importante que le besoin urgent de mettre de l'ordre dans l'anarchie d'une toile sans foi ni loi. L'ironie de cette attaque contre les trolls est que, avec sa divulgation d'informations privées, son piratage de téléphones cellulaires et de données personnelles, ses activités illégales et ses atteintes à la vie privée de ceux qu'elle voulait cibler, la presse fonctionnait comme les trolls les plus puissants et les plus importants de la culture britannique au cours des quatre dernières décennies. Des tactiques communément attribuées à des trolls, telles que les abus personnels ou le «doxing» (publication malveillante de renseignements personnels), avaient été peaufinées à la perfection par les tabloïds bien avant que quiconque ait entendu parler du World Wide Web.

Comme l'ont démontré ceux qui ont déposé devant la commission Leveson, les répercussions sur les individus ont été considérables (le 5 octobre 2014, Brenda Leyland, 63 ans, a été retrouvée morte dans un hôtel de Leicester, quelques jours après que Sky News ait fait savoir qu'elle publiait des commentaires abusifs sur Kate et Gerry McCann sur les réseaux sociaux). La campagne anti-troll des médias avait utilisé la tactique même que ceux-ci avaient condamnée, mais avec des résultats fatals.

La campagne du Sun devait peut-être aussi quelque chose à la concurrence entre les «anciens» et les «nouveaux» médias et à l’hostilité d’une classe d’information établie à la nouvelle capacité du public à publier ses propres opinions et à son désintérêt pour la rédaction professionnelle. Internet, et en particulier son incarnation «Web 2.0», constitue une révolution structurelle historique dans la communication sociétale. Alors que, par le passé, la capacité des individus à communiquer les uns avec les autres était limitée, les nouvelles technologies permettent désormais à quiconque de parler avec quiconque, ou de partager et poster ce qui lui plait. Une industrie qui croyait que nous devions écouter leurs informations et leurs opinions - et payer ce privilège - est clairement en colère de se retrouver dans un monde très différent. Un public à qui on a toujours dit quoi penser et au nom duquel les journaux prétendaient parler, parle pour lui-même. Ainsi, Internet n’est pas seulement une concurrence pour l’industrie de la presse, c’était fondamentalement son ennemi.



Nous pouvons donc comprendre que la campagne anti-trolls est une réaction extrême aux changements causés par les nouvelles technologies numériques. En quelques décennies, nous avons assisté à un renversement des structures actuelles d’information et de communication de l’ère de la radiodiffusion et à l’explosion des capacités des médias personnels, ce qui a exercé une pression considérable sur un cadre juridique qui n’avait pas été conçu pour le monde auquel il était confronté. Même la législation la plus récente, la loi de 2003 sur les communications, est devenue obsolète en un an en raison de l'essor de MySpace et de Facebook. Face aux nouvelles possibilités de communication avec un code de conduite à la traîne, et à la révélation publique d'opinions et de pensées auparavant privées ou restreintes, il était facile pour la presse de fomenter et d'exploiter une réaction morale.

Cette réaction a des implications importantes pour la démocratie car les sanctions légales ont mis en évidence le manque de liberté d'expression régnant dans la société occidentale contemporaine. Malgré tous les nobles idéaux de la philosophie libérale démocrate et le combat historique pour "la liberté de la presse", nous sommes soumis à une législation qui est maintenant très efficace pour étouffer notre droit individuel à la parole. Cela pourrait être raisonnable lorsque ce discours contient des menaces de violence, mais de nombreuses personnes sont jugées pour ce qui constitue simplement des opinions et des valeurs différentes. Ce qui compte comme "offensif" est purement subjectif et l’application légale du standard très douteux de la communauté en matière de communications "grossièrement offensantes" est destructrice des principes fondamentaux de la démocratie. Quand Azhar Ahmed a exprimé maladroitement sa haine des soldats, il faisait une déclaration politique qu'on a le droit de critiquer et de contester. Le condamner pour "crime" était toutefois fondamentalement répréhensible. Comme le souligne Mick Hume dans sa défense de la liberté d’expression de 2015, Trigger Warning, nous devrions contrer les discours qui ne nous plaisent pas avec plus de discours, pas moins. Et rarement, voire pas du tout, avec de la prison.


La pêche à la traîne



Dans ce contexte, il est utile de revenir sur l’ensemble du concept de trolling présenté par la presse. Le terme est utilisé aujourd'hui uniquement comme synonyme d’offensive: ainsi, un troll est une personne qui publie quelque chose d’offensif ou de cruel. Il s’agit d’une nouvelle conception qui s’écarte sensiblement de la signification originale du terme. Le terme «trolling» remonte au milieu du XVe siècle, probablement au français «troller», ce qui signifie «errer ici et là (à la recherche de gibier)» et au vieil allemand «trollen», qui signifie «flâner». Après avoir suivi ces racines, le terme "trolling" est devenu un terme de pêche décrivant les mouvements des lignes dans l'eau à la recherche de poisson. En 1682, par exemple, Robert Nobbes a publié le livre "Le Compleat Troller, ou l'art du trolling", expliquant ces méthodes. Le terme a ensuite été utilisé par les pilotes de l’armée de l’air américaine lors de la guerre du Viêt Nam.

Ensemble, ces idées - l’idée d’un sport, de l’appâtage, voire du jeu avec la cible - sont devenues un élément important de la première utilisation en ligne du terme. En 1992, un afflux d’utilisateurs sur Usenet a irrité les utilisateurs plus anciens et le «trolling des débutants» est devenu un sport reconnaissable, incitant le nouvel utilisateur à réagir de manière à provoquer la moquerie. Bien que le trolling soit devenu plus complexe, le concept sous-jacent est resté centré sur l’idée de publier du matériel pour le sport: pour le plaisir de la provocation et de la réaction.

L’utilisation du terme «troll» par la presse comme synonyme de causeur d'offense est donc fausse - d’abord parce que ceux qui veulent offenser ou blesser croient en ce qu’ils font, alors que le provocateur n'y croit pas; deuxièmement parce que cela réduit la complexité du trolling e à une activité trop simpliste; troisièmement, parce que cela élargit simultanément la définition du trolling pour englober une vaste gamme de comportements. Les conséquences de cette expansion sont graves. L'application aveugle du terme à un large éventail de comportements, allant des plaisanteries aux opinions personnelles et aux commentaires politiques sur des problèmes graves tels que les menaces de mort et les menaces à la bombe, a conduit à la pathologisation et à la criminalisation de nombreux modes d'expression qui ne devraient pas être soumis à une sanction légale. Traiter tout dans la catégorie simpliste des «trolls» a donné lieu à un système juridique trop punitif qui a directement porté atteinte aux droits d’expression individuels et à notre système démocratique.

Cela a également engendré la situation ridicule dans laquelle le comportement en ligne est puni davantage que le préjudice physique réel. Pour ne prendre que deux exemples au hasard, le 6 mars 2015, le Liverpool Echo a raconté comment un homme "pleurait de soulagement" après avoir évité la prison pour avoir assommé une femme lors d'une violente attaque à l'extérieur d'un casino, après l'avoir jetée au sol la tête avant d'attaquer aussi son amie. Le même jour, The Independent a raconté comment un père avait brutalement attaqué par derrière un chauffeur de bus "héros" qui était sorti de son taxi pour aider un garçon sur la route. Il a été condamné à 4 mois d'emprisonnement avec sursis à 18 mois. Comparez cela avec les peines prononcées pour les délits de médias sociaux et la peine de deux ans pour les trolls introduite dans la loi de 2015 sur la justice pénale et les tribunaux. Nous vivons dans une situation absurde sur le plan juridique: si vous n'aimez pas ce que j'écris ici et que vous m'abusez de Twitter, vous pouvez être emprisonné pendant deux ans, mais si vous me battez et me laissez inconscient dans la rue, il est peu probable que vous irez prison.



Même la définition originale du trolling peut cependant être remise en question aujourd'hui. Si un «troll» est quelqu'un qui poste du matériel uniquement pour la réaction qu'il recevra, cette idée est obsolète dans un monde Web 2.0 où chaque personne poste continuellement afin de susciter une réaction, de provoquer les autres et pour leur propre plaisir. La moyenne des médias sociaux regorge de statuts, de commentaires et de liens incendiaires et motivés, qui visent souvent délibérément d’autres individus, groupes ou positions, de sorte qu’il est aujourd'hui difficile de déterminer qui ne peut être qualifié de troll. Plus important encore, nous pouvons affirmer que cette définition traditionnelle du troll a toujours été imparfaite. Comme la plupart des ouvrages existants sur le trolling, il se concentre sur l’individu et traite le trolling comme un phénomène essentiellement psychologique et pathologique.



À ce jour, les commentaires sur le trolling ont été dominés par des approches psychologistes qui cherchent généralement à identifier des types particuliers de trolls ou de personnalités trolls. Il y a eu de nombreuses tentatives de classification des «types» de trolls, des six types de troll Usenet de Cappy Hammer aux revendications de Jonathan Bishop en 2012 sur douze types de trollers, à l'article de Clare Hardaker publié en juillet 2013 dans The Guardian sur les trolls d'Internet : un guide sur les différentes saveurs, mais aucune d’elles n’a de base scientifique, ne fonctionnant que comme un catalogue évolutif de comportements. L'idée d'un type de personnalité troll ou d'un ensemble de traits négatifs est populaire dans la littérature. Bishop, par exemple, écrivait en 2013 dans l'International Journal of Cyber-Criminality, identifie un «trouble de la personnalité antisociale» comme étant au cœur du trolling, tandis que Buckels, Trapnell et Paulhus, écrivant en 2014 dans le journal Personality and Individual Les différences, prétendent trolling est liée à «le tétrade sombre de la personnalité», en corrélation avec «sadisme, psychopathie et machiavélisme». Trolling, concluent-ils, "semble être une manifestation du sadisme quotidien sur Internet". Bien qu'ils prêtent la parole à des références culturelles plus larges, aucune analyse significative de celles-ci ne permet d'expliquer le trolling. Au lieu de cela, leur méthodologie socio-scientifique présente une illusion d’objectivité académique pour appuyer ce qui est une conclusion purement morale: condamner le troll comme un «méchant du chaos et de la pagaille».

Cette condamnation est la réponse la plus courante au trolling. Considéré comme un produit de l’anonymat et de ce que John Suler appelle notoirement «l’effet de désinhibition en ligne», le trolling est qualifié de déficience «toxique», antisociale et personnelle ayant des conséquences purement négatives. Comme Julian Dibble le soulignait dans son article pionnier de décembre 1993 intitulé «Un viol dans le cyberespace» et dans son article Wired de janvier 2008 sur "Griefers" (Les endeuillés), le succès de toute communauté en ligne dépend de sa capacité à vaincre ces «sociopathes» et à réglementer collectivement le comportement de ses membres. Le trolling est donc fondamentalement anti-ordre: il doit être surmonté pour que toute forme de société puisse prospérer.




Contre ces discours psychologiques autour du troll, d’autres analyses ont émergé au sein des sciences sociales, offrant des interprétations plus compréhensives de comportements en ligne perturbateurs. Parmi les travaux récents, citons l'article de Whitney Philips de 2011 sur le RIP trolling, la défense de la sous-culture de trolling et de piratage par Gabriella Coleman en 2012, le numéro 22 de la revue en ligne Fibreculture en 2013, consacré au trolling et à «l'espace négatif de l'internet», ainsi que l'article de McCosker en 2014 Convergence qui défendait la "provocation" de la pêche à la traîne. La principale contribution de ces textes est d’aider à réorienter le débat en l’éloignant de l’individu, du psychologique, du pathologique, de l’antisocial, du criminel et de l’immoral. Ils nous aident à commencer à développer une compréhension plus nuancée et plus profonde de la pêche à la traîne en tant que phénomène culturel.

Parce que l'interprétation psychologiste du trolling en tant que pathologie individuelle ne nous dit rien sur le trolling, elle ne nous parle que du système qui s'y oppose - un système qui doit le définir comme un problème individuel et un problème de santé mentale, car il ne peut accepter l'alternative: l'existence et l'attrait d’une critique systémique de son ordre. Le but de ce livre est d'explorer cette critique. Je situe historiquement le trolling dans le cadre d’une culture riche qui se confond avec la civilisation et s’opère à travers celle-ci. Je soutiens que le trolling doit être compris comme une manifestation contemporaine d’un esprit ancien et fondamental: un esprit de perturbation, de désordre, de défi, d’irrévérence, de jeu et d’humour. C'est un esprit qui travaille à la transformation de la vie quotidienne: à l'exposition et au renversement de son ordre construit et des structures et systèmes de pouvoir qu'il soutient. Son but est d'abattre toute autorité qui se dresse sur un tel ordre, faisant fi du pouvoir, désobéissant à ses édits, ridiculisant ses airs et ses grâces et écartant sa position et son pouvoir.

Ce livre offre donc une histoire culturelle du troll, bien qu’elle ne soit ni complète, ni linéaire. Au lieu de cela, il se concentre sur des moments précis de cette histoire - sur certaines manifestations de son esprit et des idées, principes et phénomènes sous-jacents qui le motivent. Si l'esprit incarné par le troll est un esprit qui éclate momentanément, comme une explosion dans le réel, son histoire est l'histoire de ces instants. Contrairement à la campagne anti-troll, cet esprit ne peut être expulsé, éliminé, purgé ou enfermé dans des prisons car il est naturel, inévitable et insoluble. C'était là avant l'ordre et hante tous les systèmes établis. Il pète les plombs devant l’autorité, ne vous fait aucun reproche et rit du retard de vos réponses. Bien que la tâche puisse sembler injustifiable, le but de ce livre est de défendre le trolling - d’offrir une défense soutenue de cet esprit historique de subversion et de ses formes. Il espère nous amener au-delà des termes simplistes du débat actuel - au-delà de la pathologisation psychologique pseudo-scientifique générée par le système; au-delà de la panique morale inventée de la presse et de la moralité hypocrite d'un public plus indigné par les "attentats" en ligne que par les civils et les enfants victimes de ses campagnes de drones et de la moisson de mort récoltée au lendemain de ses guerres de libération démocratique.



Le livre espère donc approfondir notre connaissance du trolling et de son histoire culturelle, nous faire rire avec et apprécier son esprit et peut-être même nous opposer au réel, à l'ordre et aux systèmes de morale qui les soutiennent. Loin de représenter une horreur qui doit être extirpée et punie, ce livre affirme que cet esprit est vital pour notre humanité, pour nos progrès, pour notre renouveau et pour notre survie. C'est le système qui veut s'arrêter, rester à jamais au pouvoir comme le réel qui nous menace vraiment. Loin de châtier les agents du désordre, nous devrions les célébrer. Nous devrions adopter l’attitude de l’ancien dada, Richard Huelsenbeck, qui a écrit, en 1958, qu’il avait vieilli avec ses compatriotes avant de conclure: «Et pourtant, c’est un sentiment agréable d’ennuyer le monde. Par expérience, je pourrais dire que c’est le seul sentiment sur lequel on puisse jouer sa vie à l’heure actuelle ». C'est un livre sur ennuyer le monde et un appel à chacun de nous rejoindre.


Internet trolling shines a light on the darkest corners of human nature, corners most of us wish did not exist.