Grâce à la liberté dans les communications, des groupes d’hommes de même nature pourront se réunir et fonder des communautés. Les nations seront dépassées.
Friedrich Nietzsche (Fragments posthumes XIII-883)

U








Utilité
Dans un monde dominé par les impératifs économiques, est souvent invoqué l'argument d'utilité selon lequel la preuve qu'une idée est vraie est qu'elle "marche, réussit et donne de bons résultats." C'est le pragmatisme propre au sens commun. Ce qui valide une tactique d'action, c'est sa réussite en termes de résultats. Qui n'est pas en quête de résultats ? Il est évidemment tentant de considérer la vérité sous cet angle et de ne juger une idée que dans son application pratique. Trivialement on remplace la question de la vérité de l'idée par celle de ce que cette idée rapporte, comme si celle qui ne rapporte rien serait une idée fausse.
Dès lors, c'est l'utilité qui devient le critère de la vérité. Le mot "utile" est cependant vague. W. James distingue trois sens 
1) est utile ce qui coordonne le mieux nos idées, une idée est utile si elle permet de faire des synthèses et de rassembler un ensemble d'idées sous une forme cohérente. L'idée utile permet de mettre en ordre nos idées.
2) L'utile, c'est aussi ce qui en accord avec l'expérience, ce qui englobe, selon WJ, à la fois l'expérimentation et l'expérience subjective.
3) L'utile, c'est enfin ce qui présente un avantage, ce qui est vrai est ce qui est avantageux de n'importe quelle manière. 
L'utile désigne donc le vrai au sens de ce qui assure un certain confort intellectuel.