Grâce à la liberté dans les communications, des groupes d’hommes de même nature pourront se réunir et fonder des communautés. Les nations seront dépassées.
Friedrich Nietzsche (Fragments posthumes XIII-883)

Hypothèse des MC




Kate MC affirma qu'une bourrasque de vent, qu'elle décrivit dans nombre d'interview en écartant les bras tout en disant whoosh !, avait soulevé les double-rideaux, révélant que la fenêtre et le volet étaient ouverts. 
Cette bourrasque venue de nulle part, car il n'y avait pas d'appel d'air, pourrait avoir enlevé Madeleine et emportée à OZ où on lui parla d'un grand sorcier qui l'aiderait à rentrer chez elle. Mais elle se  sentait si bien à OZ qu'elle voulut y rester.







Ce qui caractérise en premier lieu la théorie des MC c'est que l'existence d'un ravisseur  y est de manière persistante présentée non comme une opinion, mais comme un fait, avec subliminairement non pas un Take it or leave it!, mais un Take it!.
En second lieu leur théorie se caractérise par son immédiateté. Ils ont eu la certitude de l'enlèvement, quelques minutes après avoir constaté que MMC n'était plus dans son lit, en raison d'un volet et d'une fenêtre, déclarés ouverts à la police et forcés à leurs proches. Il n'ont pas pour autant théorisé cette certitude de manière logique et plausible, leur théorie est donc ipso facto irréfutable.
Il est sinon vraisemblable du moins possible qu'un individu en mal de prédation soit entré dans l'appartement, ait vu Madeleine et l'ait emmenée après l'avoir assommée ou manuellement ou chimiquement. Mais il y a des zones d'ombres, un peu trop.

La porte-fenêtre
Lors des auditions du 4 mai, cette porte ne joua aucun rôle dans le récit de Gerald (ils étaient entrés dans l'appartement par la porte principale avec leur clef, lui vers 21h et sa femme vers 22h). En revanche Kate, entendue quelques heures plus tard, déclara être passée par la porte-fenêtre qui était ouverte. Plus tard les MC donnèrent à entendre, sans trop s'attarder, qu'il était habituel de passer par là. Or, selon Fiona WP, les MC avaient laissé la porte-fenêtre ouverte le soir du 3 mai pour une raison précise. Madeleine, le matin même, avait demandé pourquoi ses parents n'étaient pas venus voir ce qui se passait lorsque elle et son frère avaient pleuré. L'image de Madeleine seule devant une porte fermée à clef dérangeait la mère, il fallait que l'enfant, si elle se réveillait à nouveau, puisse sortir à la recherche de ses parents. Kate cependant n'était pas sûre d'avoir fait le bon choix et avait questionné ses compagnes au dîner. Gerald s'était interposé aussitôt pour assurer que "tout irait bien".
Kate, après la disparition de Madeleine, repoussa néanmoins avec véhémence l'idée que l'enfant ait pu sortir de son plein gré. Plusieurs raisons de laisser ouverte une porte qu'on ne pouvait fermer à clef que de l'intérieur se succédèrent. Ils craignaient que la clef tournant dans la serrure ne réveille les enfants, c'était le chemin le plus court entre le restaurant et l'appartement, il fallait permettre aux membres du groupe d'entrer et de vérifier que les petits MC dormaient bien.

Que Madeleine se soit réveillée, se soit vue seule, soit allée dans la chambre de ses parents et, ne les voyant pas, se soit mise à leur recherche est la première pensée qui vint à l'esprit non seulement des gendarmes mais aussi de tous ceux qui se mirent en quête de l'enfant cette nuit-là. À Rothley, quand elle se réveillait la nuit, n'allait-elle pas se coucher dans le lit de ses parents, une habitude que ceux-ci avaient tenté de combattre en instituant une récompense  si elle retournait dans son lit après s'être assurée que ses parents étaient bien là.

Au début, les MC justifièrent leur certitude absolue de l'enlèvement en disant à leurs proches qu'ils avaient trouvé le volet et la fenêtre forcés. Le directeur de l'Ocean Club souligna que la conception et le mécanisme des volets ne permettaient pas de les forcer de l'extérieur. L'équipe de la police scientifique ne trouva aucune indice suggérant qu'on ait tenté de le faire. Le lichen et la poussière sur le rebord de la fenêtre étaient clairement en place depuis un certain temps et étaient intacts. Comme personne n'avait vu ce volet et cette fenêtre ouverts, Gerald dut déclarer qu'il les avait fermés pour que les jumeaux ne prennent pas froid, alors qu'il était certain qu’un ravisseur venait d'emporter sa fille par la fenêtre et qu'il polluait ainsi sérieusement la scène de crime.  

Les MC étaient non seulement sûrs que MMC avait été enlevée, mais ils étaient aussi sûrs qu'elle avait été emmenée très loin, ce qui rendait les recherches locales inutiles sinon dérisoires. Ils étaient aussi convaincus qu'on ne lui avait pas fait de mal.

Ce serait bien la première fois qu'un enfant est enlevé sans qu'il lui soit fait de mal. Un ravisseur qui a la chance de trouver une Madeleine sédatée par ses parents.


Votre enfant meurt pendant que vous êtes en vacances à l'étranger et, pour quelque raison "personnelle", vous prétendez que votre enfant doit avoir été enlevé. Ce genre de drame est si rare qu'il attire l'attention des médias et fait travailler ensemble les forces de police de votre pays et du pays étranger. La police commence à vous regarder de travers, ce qui n'échappe pas aux médias. Les gros titres se mettent à suggérer que vous n'avez pas tout dit. Finalement vous devenez témoin assisté et les spots de la police sont sur vous. La police cherche des éléments de preuve. Vous rentrez chez vous et vous apercevez que vos concitoyens, eux aussi, sont convaincus que vous êtes mêlé à l'affaire.

La police essaie de réunir des charges contre vous pour vous inculper. Mais tout a une fin et la police doit piteusement déclarer qu'elle n'a rien trouvé contre vous et que l'affaire est un non-lieu. Vous poursuivez les médias en justice et obtenez un accord hors tribunal, une belle somme.

À ce point vous seriez pardonné si vous disparaissiez après déclaré "Nous nous sommes résignés à la disparition de notre fille chérie et vous demandons de nous laisser accomplir notre travail de deuil".

Mais ce n'est pas ce que vous faites. Au lieu de reculer vers le fond de la scène, vous dépensez une petite fortune en investigateurs privés, vous écrivez un livre dont les bonnes feuilles sont publiées dans le plus vendu des tabloïds, vous n'arrêtez pas d'apparaître sur les plateaux TV, tout cela bien sûr pour maintenir haut le profil de votre enfant dans la conscience collective, bien que vous sachiez ce qui s'est passé.

Trois années passent. Un jour vous envoyez une lettre ouverte à l'homme le plus puissant de votre pays, le premier ministre, dans l'espoir qu'il ordonne un nouvel examen de toutes les informations glanées sur l'affaire, indépendant, transparent et en compréhension. Votre désir est exaucé et la meilleure police de votre pays se penche sur l'affaire, aux frais du contribuables.

Vous apparaissez encore davantage sur les plateaux TV, participez à Crimewatch, exhortez les gens qui peuvent avoir vu quelque chose à se faire connaître.

Quel motif avez-vous pour faire tout cela ?

La seule raison qui pousserait des coupables à demander un réexamen peut être leur absolue certitude soit qu'aucune preuve de leur implication ne pourra être trouvée, soit qu'ils ne feront jamais l'objet d'une enquête.

rien dans cette affaire hypothétique n'a jamais été expliqué facilement ou rationnellement. Chaque fait, examiné de près semble ne pas petre si factuel que ça. Chaque explication est complexe et rien n’a jamais été expliqué rationnellement.